France: La Modernisation Du Regime Français De Financement Alternatif

A peine deux années après la mise en place d'un cadre spécifique au régime du crowdfunding, l'année 2016 aura connu plusieurs évolutions importantes : la libéralisation des conditions de financement par les plateformes internet établies par des conseillers en investissements participatifs (CIP), des prestataires de services d'investissement (PSI) ou des intermédiaires en financement participatif (IFP) (1) ; la création d'un nouveau titre appelé « minibon » pour les financements des entreprises par les bons de caisse (2) ; la clarification de certaines règles applicables aux CIP (3) ; et l'ouverture à certains fonds d'investissement du financement des entreprises par le crédit (4). Les deux premiers de ces développements résultent de l'ordonnance n° 2016-520 du 28 août 2016 et du décret n° 2016-1453 du 28 octobre 2016, le troisième de l'évolution de la doctrine et la pratique de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) au cours de l'année, y compris par l'arrêté du 12 octobre 2016, et le quatrième du décret n° 2016-1587 du 26 novembre 2016.

Ces développements ont lieu dans le contexte français bien particulier, car le monopole bancaire français interdit sauf exception toute activité d'octroi de crédit à titre habituel à des entreprises ou des particuliers par des acteurs autres que les établissements de crédit et les sociétés financières.

Dans ce cadre, les réformes et évolutions du régime applicable au financement participatif traduisent une volonté des autorités françaises d'étendre peu à peu le champ d'activité du crédit aux acteurs du financement alternatif.

Plusieurs développements ces derniers mois illustrent ce mouvement, par exemple le règlement européen n°2015/760 du 29 avril 2015 sur les European long-term investment funds (ELTIF), qui permet à certains FIA d'octroyer des prêts aux entreprises en direct1 ; la nouvelle faculté pour des entreprises ayant des relations économiques entre elles de s'octroyer des prêts de trésorerie, même si cette faculté est entourée de sévères restrictions2 ; l'opinion de l'ESMA du 11 avril 2016 préconisant la libéralisation et l'harmonisation des restrictions sur le financement des entreprises par les fonds3 ; et l'article 117 de la loi Sapin II qui prévoit l'adoption par ordonnance des mesures permettant à certains fonds d'octroyer des prêts aux entreprises ou d'acquérir des créances professionnelles non échues4.

La modification des conditions applicables aux offres de financements intermédiés par les plateformes internet des CIP, PSI et IFP

Le décret n° 2016-1453 précité, entré en vigueur le 31 octobre 2016, apporte deux modifications aux conditions des offres de titres financiers (actions et obligations) intermédiés par les CIP ou les PSI.

D'une part, le plafond des offres de titres financiers pouvant être proposées par un même émetteur, sans obligation d'établir de prospectus, est augmenté à 2,5 millions d'euros sur 12 mois, étant précisé que des offres des titres de capital excédant 1M€ sont limitées à 50% du montant du capital de l'émetteur5.

D'autre part, les titres pouvant être proposés par les CIP et les PSI sur leurs plateformes internet, depuis le 1er octobre 2014, étaient limités aux actions ordinaires et aux obligations à taux fixe, mais le décret n° 2016-14536 permet désormais l'intermédiation aussi :

  • de toutes catégories d'actions (dont les actions de préférence) qui donnent lieu à un droit de vote « au moins proportionnel à la quotité de capital qu'elles représentent », sous réserve de l'article 225-123 du Code de commerce qui prévoit l'attribution sous certaines conditions de droits de vote double ;
  • des titres participatifs émis, pour un terme de 10 ans maximum, par les sociétés par actions appartenant au secteur public, les sociétés anonymes coopératives, les banques mutualistes ou coopératives et les établissements publics de l'Etat à caractère industriel et commercial.

En ce qui concerne les prêts intermédiés par les plateformes IFP, le décret n° 2016-1453 en augmente les limites par prêteur, de 1000€ à 2000€ pour avec les prêts avec intérêt et de 4000€ à 5000€ pour ceux sans intérêts7.

Ces augmentations sont clairement positives pour le développement du marché, mais elles ne modifient pas les deux restrictions très importantes qui freinent le développement de « marketplace lending » en France : l'interdiction de participation de personnes morales (dont les fonds) à des crédits consentis par internet, et l'interdiction de l'octroi de crédit avec intérêts au travers de ces plateformes dans le cadre du crédit à la consommation.

La création d'un nouveau titre appelé « minibon » pour les financements par bons de Caisse

L'ordonnance n° 2016-520 du 28 avril 2016 a institué un nouvel encadrement du titre sui generis qu'est le bon de caisse, titre simple représentant une reconnaissance de dette née d'un prêt sousjacent, traduisant une pratique de financement immémoriale. Ces bons, à échéance de cinq ans au maximum, peuvent être émis par tout commerçant (société ou personne physique ayant une activité commerciale), à condition que l'émetteur ait établi le bilan de son troisième exercice.

Jusqu'à l'entrée en vigueur de cette ordonnance le 1er octobre dernier, aucun encadrement spécifique n'était prévu pour le financement participatif (crowdfunding) par l'émission de bons de caisse, et son utilisation pour le financement des PME et TPE, au travers des plateformes de financement participatif, a largement prospéré. L'ordonnance vient ainsi encadrer l'utilisation de cet instrument.

Les nouveaux textes modifient le régime général des bons de caisse et instaure un nouveau régime de financement participatif utilisant une catégorie spécifique de bons de caisse, appelée « minibons ».

Le régime général des bons de caisse8 est désormais plus restrictif, notamment en interdisant leur émission sous forme anonyme (à ordre ou au porteur) ou par des sociétés de financement et leur transmission par endossement. L'émission de bons de caisse par un intermédiaire ou en série est exclue, sauf dans le cadre des émissions de minibons. Les bons de caisse seront inscrits dans un registre tenu par l'émetteur, qui remet au propriétaire les derniers comptes annuels « dont il atteste la sincérité » (l'émetteur ne pouvant pas se prévaloir de la possibilité de ne pas publier ses comptes)9 et un certificat d'inscription portant des mentions obligatoires10. La cession des droits du propriétaire d'un bon de caisse, ne pouvant plus se faire par endossement, sera soumise au régime de droit commun de cession des droits par écrit, opposable à l'émetteur dès notification à celui-ci. Le démarchage des bons de caisse est interdit.

Pour leur part, les minibons11 peuvent être émis, en série, par les sociétés par actions (SA, SAS ou en principe les SCA) et les SARL (les sociétés civiles et notamment les SCCV sont exclues), dont le capital est intégralement libéré. Ils font l'objet d'un certificat d'inscription remis à l'investisseur, portant des mentions obligatoires. Ils portent un taux d'intérêt fixe, limité (comme les prêts intermédiés par des IFP) par le taux d'usure pour les découverts en compte des professionnels12, et sont amortis par des échéances trimestrielles (ou plus fréquentes) de montant en principal et intérêts au total constant (ce qui a pour conséquence que les financements in fine, c'est-à-dire remboursables en totalité au terme du prêt, sont interdits)13. Le montant maximal des émissions de minibons par un seul émetteur sur une période de 12 mois est de 2,5 millions d'euros.

Les minibons sont obligatoirement émis par l'intermédiaire des plateformes internet des CIP et des PSI (qui auront accès dans ce contexte au même titre que les IFP, au fichier bancaire des entreprises ou « FIBEN »). Les règles de bonne conduite applicables aux CIP et aux PSI pour l'intermédiation des actions et des obligations s'appliquent également à l'intermédiation des minibons. Ces plateformes peuvent prendre en charge des bulletins de souscription et tenir le registre des minibons – et il est prévu que les cessions de ces titres pourront être effectuées soit par contrat notifié à l'émetteur, soit par un dispositif de « blockchain » dont les détails seront précisés par un décret en cours d'élaboration.

Rappelons que l'ordonnance n° 2016-520 a précisé que l'émetteur des bons de caisse n'est pas en situation de violation du monopole de réception des fonds du public, sauf à faire des opérations « à titre de profession habituelle », et que investisseurs qui souscrivent des minibons sont pour leur part exempts du monopole du crédit lorsqu'il s'agit des « personnes physiques agissant à des fins non professionnelles ou commerciales » et des « sociétés agissant à titre accessoire à leur activité principale »14. En outre, certains fonds d'investissement alternatifs devront pouvoir investir dans les minibons, dans les limites qui leur sont applicables (voir ci-dessous).

La clarification de certaines règles applicables aux CIP

Pendant l'année 2016, la pratique de l'AMF en ce qui concerne l'agrément et le contrôle des CIP a évolué. Rappelons que l'accès au statut de CIP, par inscription à l'ORIAS, nécessite l'agrément (sous forme « d'attestation ») de l'AMF octroyé après instruction d'un dossier comportant un exposé détaillé des activités prévues et les ressources qui y sont consacrées, ainsi que nombreuses pièces. Au cours de l'instruction des dossiers CIP, l'AMF a été confrontée à nombreuses questions nouvelles relatives à l'application, au financement participatif, des principes applicables généralement aux prestations de services financiers. La pratique de l'AMF s'est affinée au cours de l'année 2016, ce qui peut favoriser un processus d'instruction plus fluide.

En outre, il sera permis aux CIP notamment :

  • d'intermédier des titres (actions, obligations et minibons) dans le cadre de placements privés15 ;
  • de prendre en charge l'inscription de titres financiers (ainsi que les minibons) dans un compte-titres16 ;
  • d'intermédier les flux de paiements, en devenant agent de prestataire de services de paiement17.

L'ouverture à certains fonds d'investissement du financement par le credit

La percée la plus spectaculaire du financement alternatif est celle de l'octroi du crédit, aux entreprises et aux particuliers, par les investisseurs professionnels ou institutionnels. Mais si cette percée a bien lieu à l'étranger – au Royaume-Uni, dans d'autres pays européens, aux Etats-Unis, en Chine – tel est moins le cas en France.

Certes, le monopole bancaire comporte une exception pour l'octroi de crédit par des OPCVM et certains autres fonds18. Mais cette activité était jusqu'à maintenant sévèrement limitée par les règles applicables aux fonds, notamment celles relatives à la composition de leur actif.

Outre les fonds labélisés ELTIF, deux types de fonds peuvent maintenant prêter directement aux entreprises (sans faire transiter la créance de prêt un instant de raison dans le bilan d'une banque). Il s'agit des fonds professionnels spécialisés (FPS) et des fonds professionnels de capital investissement (FPCI).

Pour l'octroi de tels prêts, deux conditions doivent être satisfaites : que les actifs en question soient éligibles par le fonds, et que leurs sociétés de gestion soient agréées par l'AMF pour « octroyer » des prêts, et non seulement de les « sélectionner ». Une instruction DOC-2016-02 du 27 juin 2016 de l'AMF a défini les critères devant être satisfaits par une SGP qui gère une telle activité de ces fonds.

Le décret n° 2016-1587 du 26 novembre 2016 définit les conditions d'agrément des sociétés de gestion (SGP) des FPS et FPCI souhaitant octroyer des prêts à des personnes morales de droit privé (autres que celles ayant une activité financière ou des OPC). Il faut que la SGP soit agréée (en France ou dans un autre pays membre de l'EEE qui impose les mêmes contraintes que la France) pour « octroi de prêts » et que le fonds respecte certaines règles notamment de fonctionnement, comme celle d'établir des procédures relatives à l'analyse et la mesure des risques de crédit, l'actualisation des connaissance des emprunteurs, la sélection des risques de crédit, la lutte antiblanchiment/ financement du terrorisme et la communication aux emprunteurs des caractéristiques essentielles des prêts proposés et ses conséquences de défauts de paiement. Enfin, la SGP doit procéder à une analyse juridique des conditions de l'octroi des prêts afin de s'assurer que ceux-ci respectent toutes les conditions applicables localement aux prêteurs et, lorsque le prêt est assorti de garanties ou sûretés, à une analyse juridique de l'existence et la validité de ces dernières.

Toutefois, aux termes de ce texte, la souscription des minibons ne nécessite pas stricto sensu l'agrément pour « octroi de prêts » ; mais l'AMF exigera néanmoins de cette société de gestion qu'elle dispose de moyens suffisants pour exercer cette activité. Sur ce dernier point, la position de l'AMF peut encore évoluer.

En revanche, les conditions nécessaires pour la souscription de minibons par les organismes de titrisation (OT) ne sont pas pour l'instant définies.

Footnotes

1 Le règlement 2015/760 est entré en application le 9 décembre 2015 ; voir aussi Code monétaire et commercial (CMF) articles L214- 154, L214-160, L214-169 et L221-32-2 et les libéralisations à l'étranger, par exemple en Allemagne (modification de l'OGAW-VUmsetzungsgesetz entrée en vigueur le 18 mars 2016) et Italie (Décret-loi du 14 février 2016).

2 Textes issus de la loi Macron du 6 août 2015 et de son décret d'application, cf. CMF articles L511-6 3 bis, R511-2-1-1 et suivants.

3 Document ESMA/2016/596 , qui traite des problématiques concernant notamment la nécessité d'une autorisation des fonds concernés et de leurs sociétés de gestion, le contrôle de leur activité, l'ouverture de ces fonds aux investisseurs particuliers et les règles relatives à la liquidité et à l'utilisation des outils à effet de levier.

4 Loi relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, texte définitive voté le 8 novembre 2016 (en attente de promulgation), article 117.

5 CMF article D411-2 ; cette limite ne s'applique pas aux offres de titres d'une société holding intermédiaire, qui détient des participations dans une société sous-jacente qui ne dépassent pas cette limite de 50%.

6 Voir CMF article D547-1.

7 CMF article D548-1.

8 CMF article L223-1 et s.

9 CMF article L223-4.

10 CMF article D223-1.

11 Voir CMF article L223-6 et s.

12 CMF articles L223-10 et L313-5-1.

13 CMF article D223-3.

14 CMF articles L511-6 7bis et L511-7 4.

15 CMF article L547-1 I.

16 CMF article L547-1 II.

17 Cf. S'informer sur le nouveau cadre applicable au financement participatif (crowdfunding) du 30.09.2014 mis à jour le 26.08.12016, pages 3 et 9.

18 CMF article L511-6 premier alinéa in fine.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
Some comments from our readers…
“The articles are extremely timely and highly applicable”
“I often find critical information not available elsewhere”
“As in-house counsel, Mondaq’s service is of great value”

Related Topics
 
Related Articles
 
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions