France: Transfert De Personnel : Quels Changements Après La Réforme Du Code Du Travail ?

Last Updated: 15 November 2016
Article by Laurence Dumure Lambert

Lorsque se produit une cession, fusion-absorption ou tout autre évènement tel qu'une externalisation ou reprise d'activité entraînant un transfert d'entreprise au sens de l'article L.1224-1 du Code du Travail (anciennement L122-12), les contrats de travail des salariés compris dans le transfert d'entreprise sont automatiquement transférés au repreneur de l'activité.

Cette règle n'a pas été modifiée par la réforme du droit du travail.

En revanche, des changements sont opérés quant au sort du statut collectif des salariés compris dans le transfert.

Comme par le passé, les conventions et accords collectifs qui étaient applicables aux salariés transférés dans leur entreprise d'origine sont automatiquement mis en cause. Seuls les usages et engagements unilatéraux sont opposables au nouvel employeur qui peut les dénoncer.

Une négociation en vue de remplacer en tout ou partie cet ancien statut collectif doit être mené à compter de l'expiration d'un préavis de 3 mois suivant l'évènement générateur. A défaut d'accord intervenu dans un délai de 12 mois à compter de l'expiration du préavis de 3 mois, le Code du Travail imposait jusque-là  un maintien des avantages individuels acquis.

Pour mémoire, l'avantage individuel acquis a été défini par la jurisprudence comme celui qui, au jour de la dénonciation ou de la mise en cause, procurait au salarié une rémunération ou un droit dont il bénéficiait à titre personnel et qui correspondait à un droit déjà ouvert et non simplement éventuel.

En pratique, il était souvent difficile d'inventorier les avantages individuels acquis et leur conservation posaient de nombreuses difficultés liées aux inégalités de traitement qui pouvaient en résulter.

L'article 17 II à IV de la loi Travail du 8 août 2016 a modifié (1) les conditions de la négociation suite à la dénonciation ou mise en cause d'un accord collectif et, (2)  a supprimé le maintien des avantages individuels acquis à défaut d'accord.

1. De nouvelles conditions de négociation du statut collectif en cas de transfert d'entreprise :

La loi du 8 août 2016 a assoupli les conditions de la négociation d'un accord collectif et a surtout mis fin à une jurisprudence de la Cour de Cassation qui empêchait la conclusion d'un accord de substitution avant le terme du délai de préavis de 3 mois.

En outre, lorsqu'un accord collectif se trouvait mis en cause, le nouvel employeur était tenu de négocier un accord de substitution, ou à défaut de maintenir les avantages individuels acquis. La loi introduit une alternative à cette situation en permettant au nouvel employeur de conclure un accord d'adaptation pour une durée maximale de 3 ans.

Désormais, à partir du moment où un évènement susceptible d'entraîner un transfert d'entreprise (fusion, scission, cession...) est envisagé, les employeurs des entreprises concernés sont en droit d'entamer des négociations, mais aussi et surtout de conclure un accord de substitution d'une durée de 3 ans maximum.

Cette négociation doit se tenir entre l'employeur de l'entreprise cédante, l'employeur de l'entreprise cessionnaire et les organisations syndicales représentatives qui sont présentes dans l'entreprise employant les salariés dont les contrats sont susceptibles d'être transférés.

Ainsi, au jour où l'évènement qui met en cause l'accord collectif survient, le nouvel employeur pourra appliquer immédiatement l'accord nouvellement conclu avec les organisations syndicales et ne sera pas tenu d'appliquer aux salariés transférés, même temporairement, le statut collectif qui leur était applicable antérieurement.

Ces nouvelles dispositions permettent au nouvel employeur de préparer l'intégration des nouveaux salariés dans l'entreprise et d'aligner progressivement les rémunérations et droits des salariés "entrants" sur ceux des salariés déjà présents.

Si un accord n'est pas négocié à la date de survenance de l'évènement générant la mise en cause, il sera toujours possible pour l'employeur de conclure un accord dans le délai de 15 mois (3 mois de préavis plus 12 mois de survie) qui suit ledit évènement.

Ces nouvelles dispositions peuvent également faciliter la procédure de consultation des Comités d'Entreprise et CHSCT concernés. En effet, les instances représentatives du personnel seront ainsi en mesure d'apprécier les conséquences du transfert sur le sort des salariés concernés.

Dans un schéma idéal, l'entreprise d'accueil n'aura donc plus deux statuts collectifs concurrents à appliquer et l'harmonisation des statuts suite à un transfert d'entreprise sera grandement facilitée.

2. La disparition de la notion d'avantages individuels acquis :

Sous l'ancienne législation, l'employeur qui reprenait des salariés dans le cadre de l'article L. 1224-1 devait conclure un accord de substitution à l'accord mis en cause dans un délai de 12 mois après le préavis. A défaut d'accord dans un délai de 12 mois, il était contraint de maintenir les avantages individuels acquis intégrés au contrat de travail des salariés transférés.

La réussite de la négociation était primordiale pour le nouvel employeur, au risque de devoir intégrer au contrat des éléments de rémunération qui font généralement l'objet d'un accord collectif, telle qu'une prime de 13ème mois ou une prime de vacances.

Les syndicats n'avaient alors aucun intérêt de parvenir à un accord de négociation, les salariés bénéficiant automatiquement du maintien de leurs avantages acquis.

Désormais, en cas d'échec des discussions la nouvelle rédaction des deux articles susvisés se limite à imposer à l'employeur de maintenir au profit des salariés "une rémunération dont le montant annuel, pour une durée de travail équivalente à celle prévue par leur contrat de travail, ne peut être inférieur à la rémunération versée au cours des 12 derniers mois".

Il était tentant de penser que la rédaction susvisée permettait désormais au nouvel employeur de maintenir le seul salaire de base.

Cependant, le législateur a tempéré la suppression de la notion d'avantage individuel acquis en précisant que le maintien de salaire à défaut d'accord devait s'entendre de la rémunération visé à l'article L. 242-1 du Code de la Sécurité sociale.

Or, ledit article vise non seulement le salaire mais aussi les indemnités de congés payés, les indemnités, primes, gratifications et tous autres avantages en argent ainsi que les avantages en nature.

Force est de constater que le champ de la rémunération à maintenir au profit du salarié en cas d'échec des négociations couvre donc un périmètre qui peut inclure de nombreux éléments de rémunération qui entraient antérieurement dans la notion d'avantages individuels acquis, comme la prime de 13ème mois, un avantage en nature voiture ou téléphone...

En dépit de la suppression de cette notion, si l'employeur de l'entreprise d'accueil ne conclut pas d'accord de substitution et que ces avantages n'existent pas dans son statut collectif, les disparités entre les salariés sont toujours vouées à exister.

Surtout, l'article L242-1 du Code de la Sécurité sociale dispose que "sont considérées comme rémunération toutes les sommesversées aux travailleurs en contrepartie ou à l'occasion du travail, notamment...".

La liste n'est donc pas exhaustive et l'on peut imaginer des contentieux à venir sur certains avantages accordés par l'ancien employeur qui ne serait pas accordés par le nouvel employeur. Il reste donc matière à difficultés qui seront traitées au fur et à mesure par la jurisprudence qui ne manquera pas de se développer.

3.L'insertion d'un tempérament dans le principe "à travail égal, salaire égal" lors d'un transfert conventionnel :

La loi Travail a également introduit une exception au principe susvisé dans le cadre d'un transfert conventionnel réalisé entre deux entreprises prestataires se succédant sur un même site.

Dans une telle hypothèse, le nouvel article L. 1224-3-2 du Code du Travail prévoit que "les salariés employés sur d'autres sites de l'entreprise nouvellement prestataire et auprès de laquelle les contrats de travail sont poursuivis ne peuvent invoquer utilement les différences de rémunération résultant d'avantages obtenus avant cette poursuite avec les salariés dont les contrats de travail ont été poursuivis".

Autrement dit, les salariés présents chez le nouveau prestataire antérieurement au transfert conventionnel ne peuvent demander à leur employeur de bénéficier des mêmes avantages en matière de rémunération que ceux qui font l'objet du transfert.

Deux nuances à l'application de cet article sont à envisager.

Tout d'abord, l'article L. 1224-3-2 vise expressément des salariés employés sur d'autres sites. La rédaction laisse donc à penser que si des employés présents antérieurement au transfert conventionnel chez le nouveau prestataire venaient à être affectés sur le nouveau site, ils seraient en droit de prétendre au bénéfice des mêmes avantages.

Par ailleurs, le législateur a à priori subordonné l'application de cet article au cas de transferts conventionnels qui sont réalisés "en application d'un accord de branche étendu".

Cette disposition a vocation à s'appliquer à des entreprises dont l'effectif peut varier en fonction de l'obtention ou de la perte d'un marché, auquel cas la convention collective de branche devra prévoir les modalités du transfert conventionnel (exemple : la convention collective de la propreté et celle des entreprises de la prévention et de sécurité prévoient le transfert des salariés vers l'entreprise entrante en cas de perte de marché).

A défaut d'une stipulation conventionnelle de ce type, l'application de l'article L. 1224-3-2 ne sera pas opposable aux salariés.

4. La suppression de l'interdiction de licencier avant un transfert d'entreprise :

Jusqu'à présent, la jurisprudence considérait que l'accord entre le cédant et le cessionnaire visant à supprimer des postes avant éluder l'application de l'article L. 1224-1 rendait le licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Cette position de la Cour de Cassation a partiellement été remise en cause par la nouvelle rédaction de l'article L. 1233-61 alinéa 3 du Code du Travail qui prévoit désormais que les entreprises d'au moins 1.000 salariés, celles appartenant à un groupe d'au moins 1.000 salariés, ainsi que les entreprises de dimension communautaire ou appartenant à un groupe de dimension communautaire peuvent procéder à des licenciements pour motif économique, à la double condition que ceux-ci s'inscrivent dans le cadre :

  • d'un plan de sauvegarde de l'emploi qui comporte le transfert d'une ou de plusieurs entités économiques et ce afin de sauvegarder une partie des emplois ;
  • de l'acceptation d'une offre de reprise par l'entreprise cédante suite à l'accomplissement de son obligation de rechercher un repreneur.

Si ces deux conditions sont remplies, le transfert des contrats de travail dans le cadre de l'article L. 1224-1 du Code du Travail se fera dans la limite des emplois qui n'auront pas été supprimés à la date d'effet du transfert.

Conclusion :

Si les mesures susvisées tendent à faciliter et anticiper les conséquences d'un transfert d'entreprise sur le statut collectif des salariés concernés et à permettre l'harmonisation des statuts pouvant coexister au sein d'une entreprise, il n'est pas exclu qu'un contentieux se développe autour de la sélection des salariés repris en cas de fermeture d'un site ou de la persistance d'inégalités de traitement en dépit d'accord d'adaptation.

Ce contentieux pourrait notamment se développer à la faveur de la loi pour la modernisation de la justice du XXIème siècle qui a été adoptée à l'Assemblée Nationalité le 12 octobre dernier et qui introduit, dans le chapitre IV du titre III du livre I du Code du Travail, des dispositions relatives à l'action de groupe en matière de discrimination imputable à un employeur.

Dès que la loi sera promulguée, le Code du Travail comportera ainsi un nouvel  article L. 1134-7, permettant  à une organisation syndicale représentative d'agir en justice afin de faire établir notamment, que (...) plusieurs salariés font l'objet d'une discrimination, directe ou indirecte, fondée sur un même motif figurant parmi ceux mentionnés à l'article L. 1132-1 et imputable à un même employeur".

L'action pourra avoir pour but la cessation de la discrimination par le biais d'une action portée devant le  Tribunal de Grande Instance et mener, le cas échéant, à la réparation des préjudices subis par les salariés.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
Similar Articles
Relevancy Powered by MondaqAI
 
Some comments from our readers…
“The articles are extremely timely and highly applicable”
“I often find critical information not available elsewhere”
“As in-house counsel, Mondaq’s service is of great value”

Related Topics
 
Similar Articles
Relevancy Powered by MondaqAI
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions