Canada: L'accès Public Aux Comptes D'honoraires Des Avocats : Vers Une Application Deux Poids Deux Mesures Du Secret Professionnel?

Last Updated: July 24 2017
Article by Karl Delwaide and Antoine Guilmain

Le secret professionnel avocat-client est en principe de nature constitutionnelle ou quasi constitutionnelle, protégé qu'il serait selon les circonstances, soit par la Charte canadienne des droits et libertés[1] soit par la Charte (québécoise) des droits et libertés de la personne[2]. Notre système juridique s'appuie sur le droit fondamental d'une personne de consulter son avocat en toute liberté, sans crainte que ses propos ne deviennent publics ou ne soient divulgués devant un tribunal (sauf exceptions dont nous ne traiterons pas ici). Le privilège appartient au client et seul celui-ci peut y renoncer, pourvu qu'une démonstration claire existe en ce sens.

Les organismes publics assujettis à la Loi sur l'accès aux documents des organismes publics et à la protection des renseignements personnels[3] (« Loi sur l'accès ») y ont aussi droit, et ce, de façon qui a préséance sur les exemptions limitées à l'encontre d'une communication résultant d'une demande d'accès.

1 décideur, 2 décisions, 2 résultats

La Commission d'accès à l'information du Québec (« CAI ») a récemment eu l'occasion de se pencher sur cette question, deux fois plutôt qu'une. Dans deux décisions rendues respectivement les 10 et 12 avril 2017, la CAI, par son commissaire Me Philippe Berthelet, s'est penchée sur le caractère public ou non des comptes d'honoraires des avocats retenus par un organisme public, plus particulièrement sur le montant des honoraires, y compris le montant global de ceux-ci. Deux dossiers, même commissaire, mais deux décisions différentes : logique? Nous faisons le constat d'entrée de jeu que même si les décisions traitent du droit des organismes publics à la protection des renseignements couverts par le secret professionnel avocat-client, ses ramifications et conséquences s'appliquent tout autant aux entreprises du secteur privé. C'est ce que nous tenterons de dégager.

Dans le premier dossier, L.P. c. Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais[4],  la demande vise « ... tous les frais déboursés au bureau d'avocats Bastien, Moreau, Lepage dans le cadre des négociations des matières locales des conventions collectives... des trois syndicats de l'organisme... ». La CAI en vient à la conclusion que peut être rendue publique notamment la mention « Négociations locales et le montant correspondant aux honoraires totaux de ce service ».

Dans l'autre dossier, P.M. c. Loto-Québec[5], la CAI rejette la demande de révision du demandeur d'accès qui ultimement visait à obtenir l'accès aux sommes totales payées par Loto-Québec à un cabinet d'avocats dans le contexte de deux litiges civils (encore en cours devant la Cour supérieure au stade de la demande d'accès et même encore à ce moment au stade de l'appel).

Raisonnement adopté

Dans son analyse, la CAI adopte la même approche dans les deux dossiers. Pour qu'un renseignement  (en l'occurrence, le montant global des honoraires payés) soit considéré comme protégé par le secret professionnel avocat-client, il faut :

  1. Une communication entre un avocat et son client;
  2. Qui comporte une consultation ou l'obtention d'un avis juridique; et
  3. Que les parties estiment confidentielle.

Dans les deux dossiers, la CAI estime que les conditions 1) et 3) sont rencontrées. Quant au second critère, la CAI adopte la même approche analytique : il y a présomption de confidentialité, quitte à ce que le demandeur d'accès réfute cette présomption; c'est d'ailleurs son fardeau. Mais le demandeur peut s'acquitter de celui-ci sans nécessairement devoir administrer une preuve comme telle! Selon la CAI, cette démonstration peut se faire à l'aide d'arguments logiques tirés du dossier. Intéressant, mais potentiellement problématique : face à une preuve, la partie adverse peut tenter d'y répondre; face à un argument logique tiré par le tribunal, il est difficile de « deviner » ce qui est logique ou non aux yeux du tribunal... hormis la lecture de la décision. Mais il est alors trop tard pour y répondre ou pour administrer une preuve qui réfuterait cette perception toute logique qu'elle soit au point de départ.

Dans le dossier Loto-Québec, la CAI a conclu qu'il pourrait y avoir divulgation d'un élément protégé par le secret professionnel si le montant global des honoraires des dossiers en cours était divulgué. Sans doute que le fait qu'il s'agit de dossiers de litige et que ceux-ci étaient toujours en cours au moment de la demande d'accès y ont été pour quelque chose dans le résultat final. Les tribunaux sont habitués, voire plus enclins, à identifier et à protéger des communications entre un client et ses avocats dans le contexte de dossiers litigieux. Même le montant global des honoraires peut tomber sous l'ombrelle du privilège : les honoraires sont susceptibles de divulguer les efforts qu'un client est prêt à prendre, ou à ne pas prendre, dans la défense de ses intérêts. Donner accès aux comptes d'honoraires des avocats équivaudrait à permettre de déduire le niveau d'engagement de l'organisme face aux procédures entreprises. D'où la protection du secret professionnel.

Par contre, dans l'affaire du Centre de santé et de services sociaux de l'Outaouais (le « Centre »), la CAI n'arrive pas au même résultat. En vertu de la Loi sur le régime de négociation des conventions collectives dans les secteurs public et parapublic[6], les parties nationales ont le mandat de conclure des ententes à incidences financières et monétaires. Les parties régionales ont la responsabilité de négocier toute matière locale prévue à la Loi. Le Centre a confié le mandat à une firme d'avocats de l'assister dans les négociations des matières locales. Selon la CAI, les conseils de l'avocat sur de pures questions d'affaires ne seraient pas couverts par le secret professionnel avocat-client. Ce type de services ne serait pas couvert par l'article 128 de la Loi sur le Barreau[7], qui énonce les actes exclusifs de l'avocat. Une difficulté demeure : s'il est incontestable que ce ne sont pas tous les gestes posés par un avocat qui relèvent du champ de pratique de l'avocat et qui sont couverts par le secret professionnel, la Cour suprême du Canada a bel et bien souligné dans son arrêt Société d'énergie Foster Wheeler Ltée c. SIGED[8], que « [t]oute solution doit aussi prendre en compte l'évolution des professions juridiques que manifeste l'extension de leurs interventions dans des domaines qui dépassent largement ceux de la pratique traditionnelle des avocats » (para 33) et « [d]e plus, il faut demeurer conscient que la fonction de l'avocat et les conditions d'exercice de sa profession ont fortement évolué » (para 36).

Nous ne connaissons pas le détail des services rendus par le cabinet mandaté par le Centre, la décision de la CAI ne les décrit pas de façon spécifique (à juste titre d'ailleurs). Mais le résultat soulève des questionnements : des avocats pratiquent dans divers domaines du droit, pas seulement en litige. Souvent, leurs conseils stratégiques se situent aux confins du droit et du monde des affaires. Comment distinguer ce qui entre dans ce que la CAI qualifie de « pures questions d'affaires » - vs - celles qui ne le sont pas. Après tout, le client voudra faire converger ses intérêts d'affaires avec la réalité juridique. L'un ne va pas sans tenir compte de l'autre et ce qui distingue le bon conseil de l'excellent ne réside-t-il pas dans la connaissance que le conseiller juridique aura de la réalité d'affaires de son client? La protection du secret professionnel dépend-elle alors de la catégorie du droit dans laquelle les conseils seront dispensés? L'avocat impliqué dans un litige va donner ses conseils en fonction de la réalité d'affaires de son client; les services juridiques dispensés dans ce cadre risquent fort d'être protégés de divulgation, y compris quant aux montant d'honoraires. Le client de l'avocat, conseiller d'affaires, verra-t-il s'appliquer à lui une sphère de protection différente de celle de son collègue en litige?

Conclusion

Les deux décisions examinées ont été rendues dans le contexte d'application de la Loi sur l'accès. Mais ses implications débordent, selon nous, la sphère plus immédiate du droit d'accès aux comptes d'honoraires des avocats externes retenus par un organisme public.

L'arrêt Foster Wheeler nous invite à distinguer les services rendus par un avocat et la qualité en vertu de laquelle ils seront dispensés. Nous en convenons, mais il y a une différence entre les exemples utilisés par la Cour suprême du Canada pour appuyer son raisonnement dans l'affaire Foster Wheeler (ex. : l'avocat-fonctionnaire du gouvernement qui donne des conseils en matière de politique qui n'ont rien à voir avec sa formation ou son expertise juridiques mais font appel à ses connaissances du ministère concerné) par opposition à l'avocat qui conseille un employeur ou un investisseur en tenant compte de la réalité d'affaires de son client.

Revenant à une préoccupation exprimée ci-dessus quant à l'approche retenue de conclure à l'application (ou non) du secret professionnel à partir d'arguments logiques tirés du dossier (et pas nécessairement de la preuve administrée par témoins), nous sommes d'avis que la prudence est de mise. Avant de franchir ce pas, surtout en l'absence de preuve de la partie qui veut obtenir des renseignements qui pourraient être couverts par le secret professionnel, le tribunal devrait donner une occasion au bénéficiaire du secret professionnel de fournir ses observations sur cette « perception » du tribunal sur l'application (ou non) du privilège. Peut-être qu'un éclairage pourrait alors être apporté sur la nature véritable des services rendus par l'avocat, et ce, dans une perspective qui tient compte de l'évolution des professions juridiques. Cela permettra sans aucun doute au tribunal de bénéficier de la meilleure « preuve » possible pour décider en toute connaissance de cause si la situation commande une protection véritable du secret professionnel, et ce, en fonction de l'acte professionnel examiné plutôt qu'en fonction d'une catégorie du droit dans laquelle Suvre le conseiller juridique. Après tout, n'est-ce pas là l'essence d'une interprétation contextuelle et évolutive de la loi?

L'arrêt attendu de la Cour d'appel dans l'affaire Commission scolaire des Patriotes c. Quenneville,[9] apportera-t-il réponse à nos interrogations? Le jugement de la Cour supérieure dans cette affaire confirme la présomption de protection des comptes d'honoraires des avocats, sujet à preuve contraire. Mais l'intérêt des deux décisions récentes de la CAI et commentées dans le présent bulletin réside dans les  éléments à partir desquels le tribunal pourra inférer une telle preuve. À suivre...

Footnotes

[1] Loi constitutionnelle de 1982, Annexe B de la Loi de 1982 sur le Canada (R-U), 1982, c 11.

[2] Charte des droits et libertés de la personne, RLRQ c C-12.

[3] RLRQ c A-2.1.

[4] 2017 QCCAI 78.

[5] 2017 QCCAI 77.

[6] RLRQ c R-8.2.

[7] RLRQ c B-1.

[8] [2004] 1 R.C.S. 456.

[9] 2015 QCCS 4598

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions