Canada: La Cour Suprême Rejette La Doctrine De La « Promesse Du Brevet » Et Redéfinit La Condition D'utilité Des Inventions Brevetées Au Canada

Last Updated: July 24 2017
Article by Julie Desrosiers and Michael Shortt

Vendredi dernier, les neuf juges de la Cour suprême ont statué que la prétendue doctrine de la « promesse du brevet » ne fait pas partie du droit canadien des brevets et ont défini une nouvelle approche du critère d'utilité qui assouplit de façon significative les règles applicables à la preuve de l'utilité des inventions brevetées au Canada. Cette décision, qui vient modifier de façon importante le droit des brevets sera assurément saluée par les titulaires de brevets, notamment dans l'industrie pharmaceutique et le secteur des sciences de la vie.

L'un des auteurs, Julie Desrosiers, représentait la Fédération internationale des conseils en propriété intellectuelle (FICPI), un des intervenants dans cet important litige

CONTEXTE

La Loi sur les brevets exige que toutes les inventions brevetées soient « utiles », mais ne précise pas spécifiquement comment l'utilité doit être évaluée par les tribunaux. Pendant longtemps, ce silence législatif n'a pas revêtu d'importance particulière, puisque rares étaient les brevets invalidés pour absence d'utilité. Toutefois, depuis le milieu des années 2000, les attaques fondées sur l'utilité ont commencé à se multiplier au Canada. Ce phénomène tient à plusieurs facteurs, le plus important étant l'émergence de la doctrine de la « promesse du brevet » et de l'« obligation de divulgation accrue ».

Selon la doctrine de la « promesse du brevet » telle qu'elle était appliquée par la Cour fédérale, pour évaluer l'utilité d'un brevet, il faut déterminer s'il a été démontré ou valablement prédit, au moment du dépôt au Canada, que l'invention permet de réaliser tout ce qui est promis dans le mémoire descriptif. Si un seul des éléments retrouvés dans le mémoire descriptif et considéré comme une promesse n'était pas démontré ou prédit valablement à la date du dépôt canadien, le brevet était invalide. La promesse du brevet a souvent été opposée à l'approche de la « parcelle d'utilité » selon laquelle le brevet sera valide si l'invention comporte simplement une parcelle d'utilité (scintilla of utility).

Selon l'« obligation de divulgation accrue » telle qu'elle était appliquée par la Cour fédérale, le breveté devait divulguer dans le brevet des données ou des renseignements suffisants pour satisfaire au test de la prédiction valable (par opposition à, par exemple, la démonstration d'utilité qui était satisfaite si l'inventeur avait fabriqué un prototype fonctionnel; et ce sans aucune obligation particulière d'inclure des données ou informations dans le brevet). En vertu de l'obligation de divulgation accrue, si le breveté avait accès à des études qui fournissent des arguments scientifiques permettant raisonnablement de conclure que l'invention brevetée avait une certaine utilité particulière, ces études devaient être incluses dans le mémoire descriptif, à défaut de quoi le breveté ne pouvait s'appuyer sur celles-ci pour prouver l'utilité.

L'affaire AstraZeneca portait principalement sur la « promesse du brevet », le juge de première instance ayant invalidé le brevet pour absence d'utilité au motif que toutes les promesses incluses dans le brevet n'étaient pas valablement prédites. Après avoir constaté que l'invention brevetée était un traitement utile pour réduire l'acide gastrique, le juge de première instance a cependant statué qu'elle n'avait pas d'utilité au sens de la Loi sur les brevets parce qu'une des soi-disant « promesses » contenues dans le brevet (c'est-à-dire que le médicament produirait des résultats plus fiables et moins variables d'un patient à l'autre) n'avait pas été tenue. Le médicament présentait bel et bien une variation interindividuelle moins importante, mais les inventeurs ne disposaient pas de données suffisantes pour prédire valablement cette  propriété à la date du dépôt au Canada.

L'ARRÊT DE LA COUR SUPRÊME

La Cour suprême a rejeté d'emblée qu'il faille mesurer l'utilité aux  « promesses » d'un brevet. Selon le juge Rowe, s'exprimant au nom de la Cour, la prétendue « doctrine de la promesse » souffre de plusieurs lacunes majeures. Tout d'abord, elle s'appuie à tort sur ce qui est écrit dans le mémoire descriptif pour l'évaluation de la validité, et ce même lorsque les revendications ne sont pas ambiguës. Pour le juge Rowe, l'analyse de la validité doit reposer principalement sur les revendications. Le fait que les promesses se retrouvent en général uniquement dans le mémoire descriptif rend la doctrine de la promesse problématique. Deuxièmement, le fait d'exiger du breveté qu'il tienne les promesses faites dans le mémoire descriptif revient à confondre à tort la condition d'utilité énoncée à l'article 2 et l'exigence de divulgation suffisante prévue au paragraphe 27(3). Troisièmement, le juge Rowe souligne que le fait d'exiger que chacune des promesses d'une invention soit démontrée ou valablement prédite revient à priver de la protection conférée par un brevet, des inventions dont l'utilité est indéniable– y compris le médicament en cause en l'espèce – au motif qu'une des soi-disant « promesses » n'était pas démontrée ou valablement prédite à la date du dépôt canadien.

Enfin, le juge Rowe, tout en reconnaissant l'importance de décourager les inventeurs tentés de revendiquer des avantages que leur invention ne procure pas, estime possible de répondre à ces préoccupations par l'examen d'autres critères liés à la brevetabilité comme la portée excessive, la divulgation suffisante aux termes du paragraphe 27(3) ou la prohibition des allégations fausses ou trompeuses prévue à l'article 53.

La Cour suprême définit ensuite une nouvelle approche de l'utilité en lieu et place de celle de la « promesse du brevet » qui se déroule en deux étapes :

  1. La cour doit d'abord interpréter les revendications afin de déterminer l'« objet de l'invention » en se fondant sur le libellé des revendications.
  2. La cour doit ensuite se demander si cet objet est utile. Elle doit répondre à cette question par l'affirmative si l'invention « peut donner un résultat concret ». Aucun degré d'utilité particulier n'est exigé à cette étape, et la « moindre étincelle d'utilité » suffit.  La seule exigence est que l'utilité revendiquée soit « reliée comme il se doit » à l'objet de l'invention1. Une seule utilité est suffisante, et le fait que d'autres utilisations possibles de l'invention ne soient pas démontrées ou prédites valablement n'empêchera pas de conclure à l'utilité d'une invention.

L'analyse de l'utilité s'effectue à la date de dépôt,canadien et non pas à une date antérieure ou postérieure2. En ce qui concerne l'application du critère d'utilité, la Cour suprême souligne l'importance de l'objectif visé par le critère d'utilité, c'est-à-dire « empêcher qu'un brevet soit octroyé pour une invention fantaisiste, hypothétique ou inutilisable ».

ANALYSE

L'arrêt de la Cour suprême dans l'affaire AstraZeneca remet les pendules à l'heure sur le test de l'utilité au Canada et réduit à néant une décennie de jurisprudence de la Cour fédérale en cette matière. La norme adoptée par la Cour est un standard moins exigeant tel qu'il l'était auparavant. Nous prévoyons que l'argument de l'utilité sera à l'avenir très rarement invoqué comme cause d'invalidité d'un brevet ou, le cas échéant, de tels arguments seront encore plus rarement retenus. En conséquence, dans les différends en matière de brevet, on se tournera à nouveau vers les motifs d'invalidité traditionnellement soulevés comme l'absence de nouveauté et l'évidence.

Si cette nouvelle approche de l'utilité a pour effet de simplifier et de clarifier grandement le test juridique applicable, il faudra attendre d'autres décisions pour que certaines questions trouvent une réponse. Par exemple, comment détermine-t-on l'« objet de l'invention », est-ce la même chose que l'« idée originale » à laquelle fait allusion la Cour suprême dans d'autres affaires récentes en matière de brevets3? Une fois l'objet de l'invention déterminé, on pourra établir la gamme des utilisations possibles et s'assurer que l'une d'entre elles a une utilité pratique.

Finalement, la question de l'obligation de divulgation accrue n'a pas été tranchée spécifiquement. Dans Pfizer (sildenafil) la Cour suprême avait mis en doute l'existence et le bien-fondé d'une telle obligation,  mais, comme ces commentaires avaient été faits dans le cadre d'obiter, la Cour fédérale avait continué à l'appliquer4. Les propos de la Cour dans l'arrêt AstraZeneca nous invitent à penser que l'obligation de divulgation accrue servant à la prédiction valable n'existe pas, car la Cour a maintes fois souligné les différences entre le test de l'utilité et l'obligation de divulgation de la Loi sur les brevets.5 Toutefois, cette question n'est pas abordée directement et il faudra probablement attendre une autre décision de la Cour pour que la lumière soit entièrement faite à ce sujet. 

Footnotes

1 La Cour suprême explique que l'exigence que l'utilisation mentionnée soit « liée comme il se doit » à l'objet de l'invention a pour but de s'assurer que l'inventeur ne fasse pas valoir d'utilisation frivole de son invention, par exemple l'utilisation comme presse-papier ou comme arrêt de porte de la machine qu'il veut faire breveter.

2 L'arrêt AstraZeneca vient finalement clarifier la date applicable pour l'analyse de l'utilité, qui avait fait l'objet de déclarations contradictoires de la Cour suprême qui parlait parfois de la date de priorité plutôt que de la date de dépôt (voir p. ex. Apotex c. Wellcome Foundation, 2002 CSC 77, aux par. 3, 56 et 71-72).

3 Voir p. ex. Teva Canada c. Pfizer Canada, 2012 CSC 60; Apotex c. Sanofi-Synthelabo Canada, 2008 CSC 61.

4 Teva Canada c. Pfizer Canada, 2012 CSC 60, aux par. 37-43.

5 Voir plus particulièrement le par. 58.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
Similar Articles
Relevancy Powered by MondaqAI
Norton Rose Fulbright Canada LLP
 
In association with
Related Topics
 
Similar Articles
Relevancy Powered by MondaqAI
Norton Rose Fulbright Canada LLP
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions