Canada: La Cour suprême du Canada confirme une injonction à l'échelle mondiale restreignant certains résultats de recherche de Google

Last Updated: July 24 2017
Article by Daniel Byma, Alex Cameron and Kaleigh Milinazzo

Le 28 juin 2017, la Cour suprême du Canada a rendu une décision fort attendue dans l'affaire Google Inc. c. Equustek Solutions Inc., 2017 CSC 34 (PDF), découlant d'un litige concernant la propriété intellectuelle entre Equustek et un tiers. La Cour a maintenu une injonction empêchant Google, n'étant pas partie au litige et étant une société non résidente, de publier les sites Internet litigieux dans ses résultats de recherche n'importe où dans le monde. 

La décision phare donne la possibilité aux organisations canadiennes et aux Canadiens de demander une protection mondiale à l'encontre d'une vaste gamme d'activités illégales sur Internet, entre autres, la violation de droits de la propriété intellectuelle, les réclamations en matière de responsabilité contractuelle et délictuelle, les atteintes à la vie privée et la diffamation. La décision est également controversée en ce sens qu'elle soulève la problématique relative à la censure des résultats de recherche de Google au regard des lois et règlements locaux applicables dans le monde. Daniel Byma, du bureau de Vancouver de Fasken Martineau, représentait Electronic Frontier Foundation, un des intervenants devant la Cour suprême du Canada.

Contexte

Dans le cadre de l'action sous-jacente, Equustek poursuivait un tiers pour appropriation illégale de secrets commerciaux et contrefaçon de marques de commerce. Equustek conçoit, fabrique et vend des dispositifs de réseautage entre appareils industriels et elle prétendait que les défendeurs les faisaient passer pour les leurs. Equustek alléguait également que les défendeurs utilisaient des renseignements confidentiels lui appartenant pour produire un produit concurrentiel.

Equustek a obtenu un certain nombre d'ordonnances judiciaires interdisant aux défendeurs d'exercer leurs activités. En violation de ces ordonnances, les défendeurs ont continué de vendre les produits litigieux sur plusieurs sites Internet. Les moteurs de recherche sur Internet, y compris Google, dirigeaient souvent leurs clients vers les sites Internet litigieux où les produits de contrefaçon étaient proposés à la vente.

Les demanderesses ont fait une demande d'injonction interlocutoire auprès de la Cour suprême de la Colombie-Britannique pour interdire à Google d'inclure les sites Internet litigieux dans ses résultats de recherche n'importe où dans le monde. La juge Fenlon a statué dans la décision Equustek Solutions Inc. v. Jack, 2014 BCSC 1063 (seulement en anglais) que le tribunal avait compétence personnelle à l'égard de Google et le pouvoir d'émettre une injonction ayant des effets extraterritoriaux contre un tiers lorsqu'il est juste et équitable de le faire.

La Cour d'appel de la Colombie-Britannique a maintenu la décision de la juge Fenlon dans l'affaire Equustek Solutions Inc. v. Google Inc., 2015 BCCA 265 1 (PDF - seulement en anglais).

Décision de la Cour suprême du Canada

Dans les motifs de la décision de la majorité de sept des neuf juges, rédigés par la juge Abella, la Cour suprême du Canada a maintenu les décisions des tribunaux inférieurs et l'injonction à l'échelle mondiale interdisant à Google d'inclure les sites Internet litigieux dans ses résultats de recherche.

La Cour a rejeté l'argument de Google selon lequel un tiers à la procédure ne peut être assujetti à une injonction interlocutoire. La Cour a jugé que les exigences du critère applicable à l'injonction demeurent les mêmes en ce qui concerne les tiers. Bien que les répercussions d'une injonction sur un tiers constituent une considération valable, un tiers peut être assujetti à une injonction dans le cas où sa conduite constitue une « entrave à la justice ». La Cour a mentionné les ordonnances de type Norwich qui obligent des tiers à communiquer des renseignements et les injonctions Mareva qui peuvent mener à une ordonnance à l'encontre de tiers notamment dans le cas de tiers qui sont liés par des injonctions interlocutoires. La Cour a estimé que l'aide de Google était nécessaire pour préserver les droits d'Equustek jusqu'à l'issue du litige : « Sans cette injonction, il était clair que Google continuerait de faciliter ce préjudice continu » causé par les défendeurs à Equustek.

La Cour a de la même façon rejeté l'argument de Google selon lequel il était abusif pour un tribunal canadien d'émettre une injonction interlocutoire ayant un effet extraterritorial. Les parties n'ont pas contesté le fait que la présence commerciale de Google en Colombie-Britannique était suffisante pour établir l'existence d'une compétence personnelle et territoriale. La Cour a conclu que dans le cas où un tribunal a une compétence personnelle et qu'il est nécessaire d'assurer l'efficacité de l'injonction, il peut accorder une injonction dictant la conduite de la personne visée n'importe où dans le monde. Dans ce cas, la conduite illégale avait lieu en ligne, à l'échelle mondiale. La Cour a déclaré ce qui suit : « [l]'Internet n'a pas de frontières — son habitat naturel est mondial. La seule façon de s'assurer que l'injonction interlocutoire atteint son objectif est de la faire appliquer là où Google exerce ses activités, c'est-à-dire mondialement ».

La Cour a ensuite statué que l'injonction interlocutoire restreignant mondialement les résultats du moteur de recherche de Google était nécessaire pour éviter le préjudice découlant de la conduite illégale en ligne. Par ailleurs, les motifs de la décision de la majorité soulignaient que l'effet de l'injonction à l'échelle mondiale, selon la prépondérance des inconvénients ne favorise pas Google puisque celle-ci ne doit pas prendre de mesures partout dans le monde; elle oblige plutôt l'entreprise à en prendre uniquement à l'endroit où son moteur de recherche est contrôlé, une mesure qui peut facilement être exécutée.

L'argument selon lequel l'injonction du tribunal contrevient au principe de la courtoisie internationale a été rejeté comme étant « théorique ». La Cour a fait ressortir que la plupart des pays devraient reconnaître la violation de droits de la propriété intellectuelle comme une transgression du droit positif.

De la même façon, la Cour a jugé que les questions liées à la liberté d'expression en l'occurrence ne font pas pencher la balance en faveur de Google puisque l'expression en question facilite la vente de produits illégaux. Dans la mesure où l'injonction exigerait que Google contrevienne aux lois d'un autre pays, notamment porter atteinte à la liberté d'expression, la Cour a jugé que Google pouvait présenter une nouvelle demande aux tribunaux de la Colombie-Britannique afin de modifier l'ordonnance. La Cour a jugé qu'il serait injuste d'imposer à Equustek le fardeau de démontrer pays par pays qu'une telle ordonnance est légalement autorisée plutôt que d'imposer à Google de demander de modifier l'ordonnance dans les circonstances appropriées. Google a également la possibilité de demander de faire annuler l'ordonnance dans le cas où elle demeure en vigueur pendant une période excessivement longue.

En somme, la Cour a conclu que même si Google n'était pas responsable du préjudice subi par Equustek, elle était un joueur clé impliqué dans le préjudice que les défendeurs causaient à Equustek. La Cour a jugé que le préjudice subi par Google en contrepoids est minime, voire inexistant et que Google ne subirait pas d'inconvénients appréciables en déréférençant les sites Internet litigieux. En somme, la Cour a estimé que l'injonction interlocutoire à l'échelle mondiale constituait le seul moyen de réduire le préjudice causé à Equustek et de préserver la viabilité d'Equustek jusqu'au procès.

Motifs des juges dissidents

Dans les motifs des juges dissidents, les juges Côté et Rowe ont conclu que ni le critère de l'injonction interlocutoire ni celui de l'injonction permanente n'avaient été satisfaits et que plusieurs facteurs militaient en faveur de la retenue judiciaire. Plus particulièrement, les motifs des juges dissidents concluaient que l'injonction était effectivement une réparation définitive, offrant à Equustek une réparation en equity supérieure à celle qu'elle sollicitait. À titre d'ordonnance définitive, un examen approfondi sur le fond de l'action sous-jacente était par conséquent nécessaire, examen qui n'a pas eu lieu en l'espèce.

Les juges dissidents ont également formulé des préoccupations relativement au fait d'accorder une injonction contre un tiers requérant une supervision judiciaire et a souligné qu'Equustek avait d'autres recours tel que s'attaquer aux biens des défendeurs dans d'autres juridictions.

Répercussions importantes de la décision

La décision Google Inc. c. Equustek Solutions Inc. est une décision phare qui aura des répercussions importantes en ce qui concerne l'exécution de droits au-delà des frontières canadiennes. La portée mondiale illimitée en apparence d'Internet et le commerce électronique amènent une multitude de préjudices potentiels, y compris des invasions de la vie privée, la diffamation, la contrefaçon de marques de commerce et la commercialisation trompeuse, ainsi que d'autres formes d'activités illégales pouvant toucher des personnes et des organisations. Cette décision pourrait offrir aux demandeurs un moyen efficace d'atténuer le préjudice découlant d'Internet, que ce soit en raison de la conduite de défendeurs nationaux ou étrangers.

En plus de mitiger les effets préjudiciables des sites Internet dont le contenu est diffamatoire ou contenant des renseignements personnels cruciaux ou embarrassants en particulier, cette décision rapproche également le droit canadien de la jurisprudence de l'Union européenne en cours d'élaboration en matière de « droit à l'oubli » (PDF - seulement en anglais) en ligne. À cet égard, plus tôt cette année, le droit canadien a déjà fait un important pas dans cette direction dans l'affaire A.T. c. Globe24h.com, 2017 CF 114, dans laquelle la Cour fédérale a établi que la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (la « LPRPDE ») s'applique aux activités menées à l'étranger qui ont une incidence sur les personnes résidant au Canada et que les tribunaux canadiens ont compétence pour rendre des ordonnances extraterritoriales à l'encontre d'entités étrangères.2 Cette importante question a récemment fait l'objet d'audiences parlementaires approfondies s'étant tenues sur plusieurs mois devant le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique.3

En revanche, cette décision ouvre la possibilité aux tribunaux canadiens d'émettre des ordonnances qui portent atteinte à la liberté d'expression d'organisations étrangères et d'étrangers ou même qui enfreignent le droit étranger. Bien que la Cour ait statué qu'une injonction interlocutoire mondiale peut être modifiée dans certaines circonstances, il pourrait exister des situations dans lesquelles des tiers étrangers ne savent pas que leurs droits ont été modifiés ou dans lesquelles la modification d'une ordonnance n'est pas réaliste sur le plan économique.

Les répercussions réciproques de la décision restent à voir. Il n'est pas difficile d'imaginer des scénarios dans lesquels des tribunaux étrangers émettent des ordonnances semblables ayant pour effet de restreindre des résultats de recherche de façon à avoir des répercussions sur la conduite des affaires des organisations canadiennes ou de Canadiens, même si cette conduite était autrement permise en vertu des lois canadiennes. Le Canadien ou la société canadienne pourrait subir un préjudice en découlant, même s'il n'a pas violé de lois canadiennes ou eu une occasion d'assurer sa défense devant le tribunal étranger. Des retombées semblables peuvent exister n'importe où dans le monde et des tribunaux de compétence locale pourraient ordonner à Google d'empêcher de livrer des résultats de recherche ayant des répercussions sur des organisations et des personnes dans un certain nombre d'autres pays. Bien que la cause Equustek ait pris naissance dans un contexte commercial, de nombreux défenseurs de la liberté d'expression ont en particulier tiré l'alarme sur les répercussions dévastatrices que la décision pourrait avoir sur la liberté d'expression en ligne.

Au-delà de l'orientation précise de la Cour du fait que les ordonnances du type de celle en cause dans cette affaire peuvent être modifiées sur demande, une partie a aussi la possibilité de contester le caractère exécutoire de l'ordonnance à l'extérieur de la Colombie-Britannique. Une telle contestation pourrait avoir des répercussions importantes sur l'efficacité de l'injonction obtenue par le demandeur et mettre en conflit les ordonnances de tribunaux des différents territoires dans lesquels Google exerce ses activités.

Footnotes

1 Consulter à cet égard l'article des auteurs Alex Cameron, Daniel Byma et Clara Rozee intitulé La Cour d'appel de la Colombie-Britannique interdit à Google de fournir des résultats de recherche jugés offensants.

2 Consulter l'article d'Alex Cameron et de Claire Feltrin intitulé La portée globale de la législation canadienne en matière de protection de la vie privée : décision clé rendue par la Cour fédérale dans l'affaire Globe24h.

3 Pour avoir accès aux transcriptions de la preuve et des renseignements soumis dans le cadre de ces audiences, veuillez consulter la page suivante : Chambre des communes

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
Similar Articles
Relevancy Powered by MondaqAI
Miller Thomson LLP
 
In association with
Related Topics
 
Similar Articles
Relevancy Powered by MondaqAI
Miller Thomson LLP
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions