Canada: L'annulation D'un Appel D'offres : Enjeux De Concurrence

ACQ Construire – 15 novembre 2016

Depuis quelques années, l'observateur de la jurisprudence de nos tribunaux en matière d'appel d'offres – même l'observateur le plus distrait – n'a pu manquer de constater un déferlement de jugements dans des affaires instituées par des entrepreneurs prétendant avoir subi des dommages du fait qu'un donneur d'ouvrage ait décidé d'annuler un appel d'offres après avoir demandé des soumissions et les avoir rendues publiques.

L'an dernier, trois décisions dignes de mention sont venues s'ajouter sur la pile de jurisprudence en cette matière : Intercité Construction inc. c. P.G. du Québec, Roxboro Excavation inc. c. P.G. du Québec et 9153-5955 Québec inc. c. St-Liguori.

Disons d'abord un mot sur l'affaire Intercité. Sauf erreur, c'est la seule décision québécoise récente à résulter en une condamnation à l'encontre du donneur d'ouvrage après qu'il ait décidé d'annuler un appel d'offres puis de le reprendre. Il est vrai que les faits de cette affaire sortent passablement de l'ordinaire. Le ministère des Transports s'y fait taxer d'avoir sciemment induit les entrepreneurs en erreur et d'avoir maintenu longtemps et abusivement Intercité dans l'expectative. En effet, c'est après des mois de tergiversation que le Ministère en est arrivé à décider d'annuler l'appel d'offres à l'issue duquel l'entrepreneur avait attendu l'octroi d'un contrat que son statut de plus bas soumissionnaire lui permettait légitimement d'espérer obtenir.

En l'occurrence, le MTQ avait représenté détenir toutes les autorisations requises pour aller de l'avant avec le projet envisagé, mais cette représentation était fausse. Une autorisation devant émaner du gouvernement fédéral faisait défaut et il s'est avéré impossible pour le Ministère de l'obtenir dans des délais raisonnables. Or, c'est à partir du moment où Intercité a commencé à brandir timidement sa réclamation pour le temps perdu que le MTQ a finalement décidé de faire table rase de l'appel d'offres initial et de le recommencer...

Pour lui avoir abusivement fait perdre son temps durant une longue saison où elle pouvait normalement s'attendre à réaliser le contrat, le Ministère a été condamné à indemniser Intercité pour les pertes liées à ce délai d'attente.

Dans l'affaire Roxboro, l'action de l'entrepreneur a été rejetée parce qu'il a été jugé que le MTQ avait eu raison de craindre que le processus d'appel d'offres soit entaché par une manSuvre collusoire. En effet, dans l'appel d'offres initial, Roxboro avait été le seul à proposer un prix pour la construction de l'ouvrage en employant des pièces en béton préfabriquées par Schokbéton. Or, juste avant la clôture, Schokbéton avait communiqué à toutes les parties prenantes qu'il se retirait du projet. Une révision de ses calculs l'aurait en effet convaincu de l'impossibilité technique de la réalisation de l'ouvrage.

Pour le tribunal, les doutes soulevés dans l'esprit du MTQ étaient justifiés. En effet, Schokbéton avait à nouveau fait volte-face, juste après la clôture de l'appel d'offres, en se prononçant finalement sur la faisabilité du projet. L'annulation du processus initial et son recommencement ne pouvaient donc pas faire l'objet de reproches.

Dans cette affaire, sans que le MTQ ne soit en cause, force est d'admettre que le jeu de la concurrence normale avait été faussé par le mouvement d'aller-retour pratiqué par le fournisseur d'éléments en béton, juste avant, et juste après la clôture. Malgré que le dossier soit particulier, on y retrouve toutefois l'illustration d'une constante qui fera l'objet de notre propos : le fait d'annuler un appel d'offres puis de le reprendre a systématiquement un puissant effet amaigrissant sur le prix du marché éventuellement conclu. En l'espèce, le fait pour le MTQ d'annuler l'appel d'offres et de le recommencer lui a permis d'économiser la rondelette somme de 2,2 M$.

Dans l'affaire 9153-5955 Québec inc., c'est par contre en raison de l'omission par le donneur d'ouvrage d'intégrer dans les documents de soumission certains formulaires obligatoires que ce même donneur d'ouvrage a pris la décision d'annuler l'appel d'offres après la clôture et le dévoilement des prix. En conformité avec le courant jurisprudentiel largement dominant, l'action de la demanderesse fut rejetée. En effet, cette jurisprudence confère une vaste marge de manSuvre au donneur d'ouvrage qui juge opportun d'annuler un appel d'offres puis de le recommencer.

La demanderesse, plus basse soumissionnaire à l'origine, s'est fait coiffer par la deuxième lors de la reprise de l'appel d'offres. Certes, la juge avait raison de souligner l'importance des formulaires omis. Toutefois, ses commentaires énonçant que l'annulation de l'appel d'offres ne désavantageait pas la demanderesse et que l'égalité entre soumissionnaires avait été maintenue soulèvent davantage d'interrogations. Il faut dire qu'elle reprenait là un discours répandu dans les décisions des tribunaux en cette matière.

Or, il nous semble que ce discours traduit une méconnaissance ou, peut-être, une insensibilité face aux enjeux liés à la concurrence dans le domaine des appels d'offres. En effet, l'annulation d'un appel d'offres après que les prix – et notamment le prix du plus bas – aient été dévoilés ne peut, selon nous, être vue comme étant sans conséquence à l'égard de l'égalité entre les soumissionnaires.

La Cour suprême du Canada a souvent eu l'occasion de souligner l'importance que revêt la concurrence dans le cadre des appels d'offres. Selon la Cour, en cette matière, la concurrence remplace la négociation. Cette notion de concurrence est donc intimement reliée tant à l'enjeu de l'égalité entre les soumissionnaires qu'à celui de l'intérêt public. En effet, le but de l'appel d'offres est notamment de permettre au donneur d'ouvrage d'avoir la meilleure offre au meilleur prix, à la faveur d'une saine concurrence.

Cela étant, avancer que le fait d'annuler un appel d'offres puis de le reprendre serait neutre dans la joute que se livrent les concurrents est une idée pratique, mais c'est aussi une idée bien candide.

Cette idée méconnaît le temps et les efforts requis pour soumissionner convenablement. Elle méconnaît d'ailleurs aussi les risques importants liés à ce processus à l'issue duquel le soumissionnaire sera lié par sa soumission, même si elle est entachée d'une erreur d'estimation. À ce titre, il faut souligner un paradoxe. On le sait, le soumissionnaire n'a pas droit de se dégager d'une soumission erronée qu'il a malencontreusement déposée. Or, à l'inverse, le donneur d'ouvrage se voit conférer une immense marge de manSuvre pour annuler un appel d'offres qui pose problème, et ce même en raison d'une erreur lui étant attribuable...

Les informations disponibles aux soumissionnaires à la suite de l'annulation d'un appel d'offres divergent sensiblement de celles qui l'étaient avant cette annulation. En effet, après l'annulation, le prix déposé par le plus bas est connu et il devient un seuil à franchir ou une marque à battre pour qui aspire à obtenir le contrat. Les affaires étant ce qu'elles sont et les contrats étant une denrée relativement rare, la reprise d'un appel d'offres donne aux concurrents une occasion inespérée de revoir leurs calculs et, notamment, leurs calculs de profits escomptés. Ils peuvent ajuster leur degré d'agressivité à celui affiché par le soumissionnaire le plus bas lors de l'appel d'offres initial.

Or, pour celui qui était le plus bas initialement, l'annulation, puis la reprise du processus sur une base identique sont une fort mauvaise nouvelle. En effet, alors que son travail minutieux et son anticipation du comportement de ces concurrents lui avaient permis de se classer avantageusement à l'origine, tout s'envole en fumée lorsque l'appel d'offres est annulé. Pire, les illustrations tirées de la jurisprudence portant sur cette matière démontrent de façon éloquente que s'il souhaite véritablement obtenir le contrat, il n'aura d'autre choix que de revoir son prix à la baisse.

Au surplus, la jurisprudence est claire quant au fait que le choix de bouder la reprise de l'appel d'offres et d'opter pour une poursuite contre le donneur d'ouvrage est un choix perdant. Cette façon de faire n'a pas la faveur des juges.

À l'occasion de la reprise, le plus bas soumissionnaire lors de l'appel d'offres initial devra composer avec un impondérable de ces cas d'annulation : entre l'appel d'offres initial et la reprise, le prix le plus bas a tendance à diminuer sensiblement.

Cela mène à un triste constat : quand un appel d'offres est annulé puis repris, le donneur d'ouvrage y gagne et les entrepreneurs, collectivement, y perdent.

Nous l'avons vu, sauf dans des circonstances exceptionnelles, les tribunaux ont l'habitude d'avaliser le choix des donneurs d'ouvrage d'annuler un appel d'offres et de le reprendre. Or, étant donné les avantages financiers qui leur en résultent de façon systématique, il y a fort à craindre que la tendance des donneurs d'ouvrage à se prévaloir du droit d'annuler un appel d'offres soit un comportement dont la prévalence ira en s'accroissant.

La sensibilité du sujet que nous abordons est bien mise en lumière par le contraste frappant qu'il y a entre le cadre normatif des rappels d'offres au sein du Code de soumission du BSDQ par rapport à la situation qui prévaut en droit commun en matière d'annulation puis de reprise d'un appel d'offres.

Le Code du BSDQ n'est certes pas parfait. Il a ses défenseurs et ses détracteurs. Cependant, le Code du BSDQ est tout de même le fruit des apports que des entrepreneurs en construction y ont fait depuis près d'un demi-siècle. On y retrouve un encadrement d'enjeux d'importance pour l'industrie. Or, dans ce Code, le statut de plus bas soumissionnaire conforme se voit protégé. Ce statut reste en vigueur pendant de longs mois avant d'être sujet à déchéance. Par ailleurs, au chapitre I du Code, le droit à la tenue d'un rappel d'offres à l'issue duquel le plus bas soumissionnaire conforme pourrait se voir déclassé par un concurrent fait l'objet d'un encadrement sévère. Cela contraste avec la grande désinvolture affichée par les tribunaux à l'égard des situations où les donneurs d'ouvrage – parfois par leur faute – en arrivent à choisir d'annuler un appel d'offres puis de le recommencer.

Le balancier penche actuellement outrageusement en faveur des donneurs d'ouvrage quand il s'agit de juger de la responsabilité qui pourrait leur incomber à la suite de l'annulation d'un appel d'offres. À notre avis, cela implique que davantage d'efforts et d'imagination devront être déployés devant les tribunaux pour ramener progressivement ce balancier du côté de la collectivité des entrepreneurs.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Check to state you have read and
agree to our Terms and Conditions

Terms & Conditions and Privacy Statement

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd and as a user you are granted a non-exclusive, revocable license to access the Website under its terms and conditions of use. Your use of the Website constitutes your agreement to the following terms and conditions of use. Mondaq Ltd may terminate your use of the Website if you are in breach of these terms and conditions or if Mondaq Ltd decides to terminate your license of use for whatever reason.

Use of www.mondaq.com

You may use the Website but are required to register as a user if you wish to read the full text of the content and articles available (the Content). You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these terms & conditions or with the prior written consent of Mondaq Ltd. You may not use electronic or other means to extract details or information about Mondaq.com’s content, users or contributors in order to offer them any services or products which compete directly or indirectly with Mondaq Ltd’s services and products.

Disclaimer

Mondaq Ltd and/or its respective suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the documents and related graphics published on this server for any purpose. All such documents and related graphics are provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq Ltd and/or its respective suppliers hereby disclaim all warranties and conditions with regard to this information, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. In no event shall Mondaq Ltd and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use or performance of information available from this server.

The documents and related graphics published on this server could include technical inaccuracies or typographical errors. Changes are periodically added to the information herein. Mondaq Ltd and/or its respective suppliers may make improvements and/or changes in the product(s) and/or the program(s) described herein at any time.

Registration

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including what sort of information you are interested in, for three primary purposes:

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting.
  • To enable features such as password reminder, newsletter alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our information providers who provide information free for your use.

Mondaq (and its affiliate sites) do not sell or provide your details to third parties other than information providers. The reason we provide our information providers with this information is so that they can measure the response their articles are receiving and provide you with information about their products and services.

If you do not want us to provide your name and email address you may opt out by clicking here .

If you do not wish to receive any future announcements of products and services offered by Mondaq by clicking here .

Information Collection and Use

We require site users to register with Mondaq (and its affiliate sites) to view the free information on the site. We also collect information from our users at several different points on the websites: this is so that we can customise the sites according to individual usage, provide 'session-aware' functionality, and ensure that content is acquired and developed appropriately. This gives us an overall picture of our user profiles, which in turn shows to our Editorial Contributors the type of person they are reaching by posting articles on Mondaq (and its affiliate sites) – meaning more free content for registered users.

We are only able to provide the material on the Mondaq (and its affiliate sites) site free to site visitors because we can pass on information about the pages that users are viewing and the personal information users provide to us (e.g. email addresses) to reputable contributing firms such as law firms who author those pages. We do not sell or rent information to anyone else other than the authors of those pages, who may change from time to time. Should you wish us not to disclose your details to any of these parties, please tick the box above or tick the box marked "Opt out of Registration Information Disclosure" on the Your Profile page. We and our author organisations may only contact you via email or other means if you allow us to do so. Users can opt out of contact when they register on the site, or send an email to unsubscribe@mondaq.com with “no disclosure” in the subject heading

Mondaq News Alerts

In order to receive Mondaq News Alerts, users have to complete a separate registration form. This is a personalised service where users choose regions and topics of interest and we send it only to those users who have requested it. Users can stop receiving these Alerts by going to the Mondaq News Alerts page and deselecting all interest areas. In the same way users can amend their personal preferences to add or remove subject areas.

Cookies

A cookie is a small text file written to a user’s hard drive that contains an identifying user number. The cookies do not contain any personal information about users. We use the cookie so users do not have to log in every time they use the service and the cookie will automatically expire if you do not visit the Mondaq website (or its affiliate sites) for 12 months. We also use the cookie to personalise a user's experience of the site (for example to show information specific to a user's region). As the Mondaq sites are fully personalised and cookies are essential to its core technology the site will function unpredictably with browsers that do not support cookies - or where cookies are disabled (in these circumstances we advise you to attempt to locate the information you require elsewhere on the web). However if you are concerned about the presence of a Mondaq cookie on your machine you can also choose to expire the cookie immediately (remove it) by selecting the 'Log Off' menu option as the last thing you do when you use the site.

Some of our business partners may use cookies on our site (for example, advertisers). However, we have no access to or control over these cookies and we are not aware of any at present that do so.

Log Files

We use IP addresses to analyse trends, administer the site, track movement, and gather broad demographic information for aggregate use. IP addresses are not linked to personally identifiable information.

Links

This web site contains links to other sites. Please be aware that Mondaq (or its affiliate sites) are not responsible for the privacy practices of such other sites. We encourage our users to be aware when they leave our site and to read the privacy statements of these third party sites. This privacy statement applies solely to information collected by this Web site.

Surveys & Contests

From time-to-time our site requests information from users via surveys or contests. Participation in these surveys or contests is completely voluntary and the user therefore has a choice whether or not to disclose any information requested. Information requested may include contact information (such as name and delivery address), and demographic information (such as postcode, age level). Contact information will be used to notify the winners and award prizes. Survey information will be used for purposes of monitoring or improving the functionality of the site.

Mail-A-Friend

If a user elects to use our referral service for informing a friend about our site, we ask them for the friend’s name and email address. Mondaq stores this information and may contact the friend to invite them to register with Mondaq, but they will not be contacted more than once. The friend may contact Mondaq to request the removal of this information from our database.

Security

This website takes every reasonable precaution to protect our users’ information. When users submit sensitive information via the website, your information is protected using firewalls and other security technology. If you have any questions about the security at our website, you can send an email to webmaster@mondaq.com.

Correcting/Updating Personal Information

If a user’s personally identifiable information changes (such as postcode), or if a user no longer desires our service, we will endeavour to provide a way to correct, update or remove that user’s personal data provided to us. This can usually be done at the “Your Profile” page or by sending an email to EditorialAdvisor@mondaq.com.

Notification of Changes

If we decide to change our Terms & Conditions or Privacy Policy, we will post those changes on our site so our users are always aware of what information we collect, how we use it, and under what circumstances, if any, we disclose it. If at any point we decide to use personally identifiable information in a manner different from that stated at the time it was collected, we will notify users by way of an email. Users will have a choice as to whether or not we use their information in this different manner. We will use information in accordance with the privacy policy under which the information was collected.

How to contact Mondaq

You can contact us with comments or queries at enquiries@mondaq.com.

If for some reason you believe Mondaq Ltd. has not adhered to these principles, please notify us by e-mail at problems@mondaq.com and we will use commercially reasonable efforts to determine and correct the problem promptly.