Canada: Le Harcèlement Sexuel En Milieu Professionnel : Y A-T-Il Lieu De S'inquiéter?

Last Updated: July 5 2016
Article by Jo-Anne Demers and Attieha Rebecca Chamaa

1. INTRODUCTION

Dans un article paru à l'automne 2013, il est rapporté que le Bureau du syndic du Collège des médecins a recensé l'ensemble des décisions disciplinaires rendues à l'égard des membres de tous les ordres professionnels régis par le Code des professions. Les données avaient notamment révélé que depuis 2005, aucune décision sur des plaintes d'inconduite sexuelle ou de harcèlement sexuel n'a été rendue par les conseils de discipline de 32 des 44 ordres professionnels1. Ces chiffres démontrent, non sans grand étonnement que, depuis trop longtemps, le harcèlement sexuel en milieu professionnel est un sujet tabou. Depuis la parution de cet article, plusieurs événements d'actualité semblent avoir déclenché une prise de conscience accrue, auprès de la population et plus particulièrement chez les femmes qui sont souvent victimes de harcèlement sexuel2.

En effet, notons l'affaire Ghomeshi (ex-animateur de radio accusé d'agression sexuelle à l'endroit de plusieurs femmes) qui a déclenché une vague de sensibilisation chez des victimes qui n'osaient pas dénoncer leur agresseur. Le 24 mars 2016, à la suite d'un procès fortement médiatisé, Ghomeshi a été acquitté des accusations d'agressions sexuelles qui pesaient contre lui3.

Également, un rapport4 accablant de mars 2015 rédigé par l'ancienne juge de la Cour suprême du Canada, Marie Deschamps, dressant un portrait de l'inconduite sexuelle dans les Forces Armées Canadiennes, a défrayé les manchettes récemment. Ce rapport contient, notamment des témoignages de victimes, les observations et les recommandations de son auteure, qui a effectué des analyses importantes contribuant ainsi à préciser les définitions parfois floues de différentes notions liées au phénomène de l'inconduite sexuelle dans le milieu militaire.

Les médias sociaux ont également contribué à la prise de conscience du problème de harcèlement sexuel. On pense notamment au mouvement #AgressionNonDénoncée (#BeenRapedNeverReported) sur Twitter qui est devenu viral après avoir été lancé par la Fédération des femmes du Québec. Cette initiative avait pour but de créer un espace pour encourager les victimes à briser le silence et a effectivement donné la voix à des millions de personnes qui ont pris d'assaut les médias sociaux pour raconter les incidents dont elles avaient été victimes.

Dans le milieu politique, rappelons que l'ex-ministre des Finances Monique Jérôme-Forget a brisé le silence sur une agression sexuelle subie dans les années 80. Au moment de cet événement, Mme Jérôme-Forget était alors à la tête de la CSST. Bien qu'elle ait tu l'identité de son agresseur, aujourd'hui décédé, par respect pour les enfants de ce dernier, sa dénonciation a eu l'effet d'un choc dans la population.

Plus près de nous, dans le milieu professionnel, c'est sur l'avocat Marcel Aubut que se sont braqués les projecteurs en automne 2015. Après la multiplication d'allégations de harcèlement sexuel rendues publiques à son encontre, cet éminent avocat, lobbyiste et acteur influent de la scène sportive canadienne a démissionné de son poste de président du Comité Olympique Canadien (COC). Aux dernières nouvelles, une plainte au Syndic du Barreau a été logée par une avocate et Me Aubut fait aujourd'hui l'objet d'une enquête disciplinaire qui serait toujours en cours5.

C'est sans oublier le cas récent de l'avocat Stephan Fuchs qui fait également l'objet d'accusations d'agressions sexuelles dont une avec lésions corporelles6. Quant à une procédure disciplinaire, aucune ne semble être amorcée pour le moment à son égard selon nos recherches.

Certes, le harcèlement sexuel en milieu de travail n'est pas un phénomène nouveau. Toutefois, dernièrement, ce phénomène suscite de sérieuses préoccupations dans le milieu professionnel : Comment est-il régi par le législateur ? Est-il répandu chez les professionnels ? Qu'en disent nos tribunaux ?

Dans le présent texte, nous dresserons succinctement le cadre législatif régissant les cas d'harcèlements sexuels perpétrés par des professionnels visés par le Code des professions et nous ferons une revue de quelques décisions en matière d'harcèlement sexuel.

Nous tenons à souligner que ce texte n'est pas une révision exhaustive ni une analyse détaillée de la jurisprudence (selon nos recherches en date du 4 avril 2016) et sera utilisée aux fins de la présentation du 16 mai 2016.

2. LE HARCÈLEMENT SEXUEL EN MILIEU PROFESSIONNEL : LA LÉGISLATION APPLICABLE

2.1 Précision sur la notion

« Inconduite sexuelle » ou « harcèlement sexuel » : y a-t-il lieu de distinguer ? Bien que ces notions se recoupent, il est important de comprendre qu'elles ne sont pas synonymes.

Dans son rapport intitulé Examen externe sur l'inconduite sexuelle et le harcèlement sexuel dans les Forces armées canadiennes7, l'ancienne juge de la Cour suprême Marie Deschamps a constaté que les personnes interviewées dans le cadre de son mandat étaient incapables d'expliquer ou de distinguer les différents comportements répréhensibles à caractère sexuel, dont le « harcèlement sexuel » et « l'inconduite sexuelle ». Or, comme les définitions des deux notions étaient ambigües et afin de dissiper toute confusion, la juge Deschamps a proposé que l'expression inconduite sexuelle « devrait englober tout comportement sexuel interdit, y compris la fraternisation, les relations personnelles préjudiciables, le harcèlement sexuel et les agressions sexuelles »8.

Pour notre part, nous abondons avec la définition proposée par la juge Deschamps de la notion d'« inconduite sexuelle » comme étant un concept « parapluie » qui pourrait également trouver application dans le milieu professionnel.

Ainsi, dans le milieu professionnel, on peut répertorier deux types de comportements répréhensibles à caractère sexuel. La première catégorie vise les cas des professionnels entretenant des relations d'ordre sexuel avec leur client/patient. La deuxième concerne les cas de harcèlement sexuel à l'extérieur du cadre de la relation client/patient, par exemple, à l'égard de collègues ou d'employés.

2.2 Infraction sexuelle du professionnel envers un client

En matière disciplinaire, le Code des professions9 (« C.d.p. ») est la loi-cadre régissant le mode d'exercice de 46 ordres professionnels québécois. Depuis 1994, le C.d.p. prévoit spécifiquement l'interdiction pour les professionnels d'adopter une conduite à caractère sexuel envers leurs clients via l'article 59.1 :

59.1. Constitue un acte dérogatoire à la dignité de sa profession le fait pour un professionnel, pendant la durée de la relation professionnelle qui s'établit avec la personne à qui il fournit des services, d'abuser de cette relation pour avoir avec elle des relations sexuelles, de poser des gestes abusifs à caractère sexuel ou de tenir des propos abusifs à caractère sexuel.

Parallèlement au C.d.p., les ordres professionnels incluent aussi dans leur Code de déontologie respectif des dispositions particulières à cet égard. Alors que certains ordres professionnels ont adopté des dispositions spécifiques prohibant toute forme de rapports sexuels entre les professionnels et leur client/patient10, d'autres ont préféré s'en tenir à des dispositions plus larges lesquelles interdisentaux professionnels de poser un acte dérogatoire à la dignité et à l'honneur de la profession11.

Par exemple, les Code de déontologie des psychologues12 et Code de déontologie des infirmières et infirmiers13 incluent les dispositions les plus larges en ce qui a trait à l'inconduite sexuelle à l'égard de client/patient14. Même si les libellés diffèrent quelque peu, tous deux précisent l'application de l'article 59.1 du C.d.p. en interdisant non seulement les relations sexuelles, mais également les relations amoureuses et les relations amicales entre le professionnel et son patient. De plus, lesdites dispositions précisent les facteurs devant être pris en compte afin de déterminer la durée de la relation professionnelle :

Code de déontologie des psychologues, RLRQ, c. C-26, r. 212.

26. Pendant la durée de la relation professionnelle, le psychologue n'établit pas de liens d'amitié susceptibles de compromettre la qualité de ses services professionnels, ni de liens amoureux ou sexuels avec un client, ne tient pas de propos abusifs à caractère sexuel et ne pose pas de gestes abusifs à caractère sexuel à l'égard d'un client.

La durée de la relation professionnelle est déterminée en tenant compte notamment de la nature de la problématique et de la durée des services professionnels donnés, de la vulnérabilité du client et de la probabilité d'avoir à rendre à nouveau des services professionnels à ce client.

Code de déontologie des infirmières et infirmiers, RLRQ, c. I-8, r. 9.

38. Pendant la durée de la relation professionnelle, l'infirmière ou l'infirmier ne peut établir de liens d'amitié, intimes, amoureux ou sexuels avec le client.

Pour déterminer la durée de la relation professionnelle, l'infirmière ou l'infirmier doit tenir compte, notamment, de la vulnérabilité du client, de son problème de santé, de la durée de l'épisode de soin et de la probabilité d'avoir à redonner des soins à ce client.

Sur les 46 ordres professionnels, vingt-deux d'entre eux ont décidé d'incorporer simplement l'article 59.1 C.d.p. dans leur code de déontologie15. C'est notamment le cas des Code de déontologie des médecins, RLRQ, c. M-9, r. 17 (art. 22) ; Code de déontologie des architectes, RLRQ, c. A-21, r. 5.1 (art. 59) ; Code de déontologie des acupuncteurs, RLRQ, c. A-5.1, r. 3 (art. 34) ; Code de déontologie des notaires, RLRQ, c. N-3, r. 2 (art. 56) ; etc.

Ainsi, l'article 59.1 du C.d.p. est la disposition qui a fait couler le plus d'encre en matière d'inconduite sexuelle du professionnel à l'égard de son client/patient16. Le Code des professions étant une loi d'ordre public17, ses dispositions, telles que l'article 59.1, doivent recevoir une interprétation large et libérale conformément à l'article 41 de la Loi d'interprétation18.

Or, l'article 59.1 du C.d.p. fait référence à des notions juridiques qu'il convient de préciser. En effet, le législateur énonce qu'il faut établir les éléments qui suivent afin de démontrer la faute déontologique commise par le professionnel :

  1. Une relation professionnelle doit s'établir entre le professionnel et la personne à qui il fournit un service, le client/patient ;
  2. Les actes prohibés doivent avoir eu lieu pendant la durée de la relation professionnelle. Les actes prohibés constituent le fait :
  1. D'abuser de la relation professionnelle pour avoir des relations sexuelles avec le patient/client ;
  2. De poser des gestes abusifs à caractère sexuel ; ou
  3. De tenir des propos abusifs à caractère sexuel.

L'établissement de la relation professionnelle, la durée de celle-ci et le caractère abusif des actes prohibés sont des notions complexes qui ont été étudiées par les tribunaux afin d'en préciser les paramètres.

2.2.1 La relation professionnelle

La relation entre le professionnel et son client/patient repose sur la confiance que porte ce dernier à l'égard du professionnel. De par ce rapport de confiance, le professionnel est alors investi de grands pouvoirs et de responsabilités qu'il devra exercer pour le bien et les intérêts exclusifs de son client/patient. La vulnérabilité de celui-ci fait en sorte que le professionnel se trouve alors assujetti à des normes élevés afin de protéger le client/patient19.

À cet égard, dans la décision Norberg c. Wynrib20, une affaire dans laquelle un médecin est accusé d'avoir obtenu des faveurs sexuelles d'une patiente en échange de médicaments, la juge McLachlin, qui a souscrit à l'arrêt pour d'autres motifs que ceux de la majorité, soulignait ce qui suit :

(...) Il me semble évident que la relation médecin-patient comporte la caractéristique propre au lien fiduciaire, soit la confiance, la confiance d'une personne, ayant des pouvoirs restreints, qu'une autre personne, investie de pouvoirs et de responsabilités plus grands, exercera ce pouvoir pour son bien et uniquement pour son bien et agira au mieux de ses intérêts. La reconnaissance du caractère fiduciaire de la relation médecin-patient permet de recourir, en droit, à des paramètres d'analyse qui assujettissent les médecins à des normes élevées dans leurs rapports avec les patients, comme l'exige la confiance qu'ils accordent aux médecins [...].21

Afin de démontrer que la relation établie entre le professionnel et son client/patient en est une de « force et de dépendance » dans l'appréciation du consentement, la Cour devait déterminer :

  1. S'il existe une inégalité entre les parties qui met le client/patient dans une position de vulnérabilité ; et
  2. S'il y a une exploitation de cette inégalité par le professionnel pour son intérêt personnel.22

La Cour suprême a insisté notamment sur l'importance de l'existence d'un rapport de « force et de dépendance » :

La capacité de « dominer et d'influencer » n'est pas limitée à la relation entre un élève et un enseignant. Le professeur Coleman énumère un certain nombre de situations qu'elle qualifie de rapports [TRADUCTION] de « force et de dépendance » ; voir Coleman, « Sex in Power Dependency Relationships: Taking Unfair Advantage of the Fair Sex » (1988), 53 Alb. L. Rev. 95. Au nombre de ces rapports, il y a ceux existant entre le parent et l'enfant, le psychothérapeute et le patient, le médecin et le patient, le membre du clergé et le fidèle, l'enseignant et l'élève, l'avocat et le client ainsi que l'employeur et l'employé. Elle soutient que le « consentement » à des relations sexuelles dans le cadre de tels rapports est douteux en soi. Elle fait remarquer, à la page 96 :

[TRADUCTION] Le point commun dans les rapports de force et de dépendance est l'existence d'une association personnelle ou professionnelle sous-jacente qui engendre un déséquilibre marqué quant à la force respective des parties...

L'exploitation survient lorsque la personne « puissante » profite de sa situation d'autorité pour amener la personne « dépendante » à avoir des relations sexuelles et lui cause ainsi un préjudice.23

Au surplus, les obligations déontologiques découlant de la relation professionnelle dépassent les limites physiques des lieux où le professionnel exerce sa profession et en principe se poursuivent dans le temps24.

To continue reading this article, please click here

Footnotes

1 Rapport du Collège des médecins du Québec, « L'inconduite de nature sexuelle – Où en sommes-nous ? – Portrait de la situation », paru le 21 août 2013.

2 Des 332 plaintes reçues par la Commission canadienne des droits de la personne entre 2007 et 2012, 86 % ont été déposées par des femmes selon le Rapport annuel 2012 Québec de la Commission canadienne des droits de la personne, p. 29 en ligne : www.chrc-ccdp.ca/sites/default/files/ccdp-rapport-annuel-2012_0.pdf.

3 R. v. Ghomeshi, 2016 ONCJ 155.

4 Marie Deschamps, « Examen externe sur l'inconduite sexuelle et el harcèlement sexuel dans les Forces armées canadiennes » (20 avril 2015), en ligne : Défense nationale et les Forces armées canadiennes, www.forces.gc.ca/assets/FORCES_Internet/docs/fr/communaute-fac-services-soutien-harcelement/era-final-report-(april-20-2015)-fr-v3.

5 Baptiste Zapirain, « Une avocate porte plainte au Barreau », Le Journal de Montréal (4 octobre 2015), en ligne : www.journaldemontreal.com/2015/10/03/marcel-aubut-une-avocate-depose-une-plainte-au-barreau-du-quebec.

6 No de dossier de cour : 760-01-074952-158.

7 Supra, note 4.

8 Supra, note 4, p. 44.

9 Code des professions, RLRQ, c. C-26.

10 Voir Code de déontologie des psychologues, RLRQ, c. C-26, r. 212, art. 26 ; Code de déontologie des infirmières et infirmiers, RLRQ, c. I-8, r. 9, art. 38Code de déontologie des médecins, RLRQ, c. M-9, r. 17, art. 22.

11 Voir Code de déontologie des architectes, RLRQ, c. A-21, r. 5.1. ; Code de déontologie des membres de l'Ordre professionnel des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, RLRQ, c. C-26, r. 286, Code de déontologie des membres de l'Ordre professionnel des technologistes médicaux du Québec, RLRQ, c. C-26, r. 243.

12 Code de déontologie des psychologues, RLRQ, c. C-26, r. 212.

13 Code de déontologie des infirmières et infirmiers, RLRQ, c. I-8, r. 9.

14 Voir également Code de déontologie des ergothérapeutes, RLRQ, c. C-26, r. 113.01, art. 7 ; Code de déontologie des psychoéducateurs et psychoéducatrices, RLRQ, c. C-26, r. 207.2.01, art. 10 ; Code de déontologie des infirmières et infirmiers auxiliaires, RLRQ, c. C-26, r. 153.1, art. 46 ; Code de déontologie des physiothérapeutes et des thérapeutes en réadaptation physique, RLRQ, c. C-26, r. 197, art. 39 et Code de déontologie des membres de l'Ordre des conseillers et conseillères d'orientation du Québec, RLRQ, c. C-26, r. 68, art.7.

15 Des 46 ordres professionnels existants au Québec, l'Ordre professionnel des sexologues du Québec, constitué le 10 octobre 2013, et l'Ordre professionnel des criminologues du Québec, constitué le 22 juillet 2015, n'ont pas encore officiellement adopté de code de déontologie conformément aux dispositions du Code des professions.

16 Voir notamment une thèse de maîtrise assez détaillée sur le sujet : Leslie AZER, « Tolérance zéro en matière d'inconduite sexuelle chez les professionnels de la santé : Utopie ou réalité », Mémoire soumis à la faculté de droit en vue de l'obtention du grade de Maîtrise en droit, Université de Sherbrooke, Faculté de droit, septembre 2013.

17 Lambert c. Infirmières et infirmiers (Ordre professionnel des), D.D.E. 98D-20 (QC TP). Voir également Pharmascience inc. c. Binet, 2006 CSC 48, EYB 2006-110506, par. 66.

18 Loi d'interprétation, RLRQ, c. I-16.

19 Voir une référence à cette notion à l'art. 25(3) du C.d.p. : « 3° le caractère personnel des rapports entre ces personnes et les gens recourant à leurs services, en raison de la confiance particulière que ces derniers sont appelés à leur témoigner, par le fait notamment qu'elles leur dispensent des soins ou qu'elles administrent leurs biens ; ».

20 Norberg c. Wynrib, [1992] 2 R.C.S. 226, EYB 1992-67036.

21 Ibid., p. 272.

22 Ibid., voir également la décision Hamel c. J.C., 2008 QCCA 1889, EYB 2008-148636. Dans cette décision, il s'agissait d'un appel par le professionnel Hamel, un médecin spécialiste, du jugement l'ayant condamné au paiement de dommages-intérêts à son ex-patiente pour son incapacité totale permanente. La Cour d'appel y fait une analyse détaillée de la faute du médecin à l'égard de la victime.

23 Ibid., p. 255.

24 Cadrin c. Psychologues (Ordre professionnel des), 1997 CanLII 17354 (QC TP), p. 28.

Previously published by Thomson Reuters

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
Jo-Anne Demers
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions