Canada: Droit International Privé : Quel Tribunal Peut Exercer Sa Compétence Internationale Lorsqu'un Fait Dommageable Survient Dans Une Juridiction Alors Que Le Dommage En Résultant Est Subi Dans Une Autre Juridiction?

Dans la plupart des juridictions, il existe une règle de compétence internationale selon laquelle les tribunaux de la juridiction saisie ont compétence lorsqu'un préjudice y a été subi.

Cependant, l'on constate que d'une juridiction à l'autre et parfois au sein d'une même juridiction, on donne au mot préjudice un sens plus ou moins restrictif. En somme, que le même préjudice subi peut ne pas donner juridiction dans une juridiction alors que dans l'autre il donnera compétence.

La question se pose : quel tribunal peut exercer sa compétence internationale lorsqu'un fait dommageable survient dans une juridiction alors que le dommage en résultant est subi dans une autre juridiction?

LA PROVINCE DE QUÉBEC

Au Québec, jusqu'à l'arrêt de la Cour suprême du Canada du 31 octobre 2013, il y avait un conflit jurisprudentiel au sein de la Cour d'appel du Québec sur la question. Le courant majoritaire voulait que l'on donne une interprétation restrictive à la notion de préjudice, le préjudice purement économique, étant exclu systématiquement.

L'article pertinent est l'article 3148 alinéa 3 du Code civil du Québec qui se lit (en partie) comme suit :

« Art. 3148. Dans les actions personnelles à caractère patrimonial, les autorités québécoises sont compétentes dans les cas suivants :

(...)

3o Une faute a été commise au Québec, un préjudice y a été subi, ... »

Dans plusieurs arrêts de la Cour d'appel du Québec, la cour s'était penchée sur l'interprétation à donner au mot « préjudice » de l'article 3148.

Le courant majoritaire avait adopté une interprétation restrictive du mot « préjudice ».

Le tout a commencé par l'arrêt Québecor Printing Memphis Inc. c. Regenair Inc. [2001] R.J.Q. 966, déposé le 30 avril 2001. Une société québécoise devait fournir et installer de la machinerie aux États-Unis. La société américaine à qui la machinerie devait être fournie et chez qui elle devait être installée s'est déclarée insatisfaite et a refusé de payer. La société québécoise a poursuivi pour paiement devant les tribunaux québécois. La société américaine a fait rejeter l'action au motif d'absence de juridiction des tribunaux québécois. La Cour d'appel a accueilli l'appel. Selon la Cour d'appel, le refus par la société américaine de payer ne peut être un fait dommageable survenu au Québec et le fait que la société québécoise, dont le siège social est au Québec, ne reçoit pas le paiement de sa créance, laquelle est payable aux États-Unis, ne fait pas qu'un préjudice a été subi au Québec. Selon la cour, même si le concept de forum non conveniens existe au Québec, ce n'est pas une raison pour interpréter l'article 3148 d'une façon large.

Dans l'affaire Foster c. Kaycan Ltd. REJB 2001-27353 quelques mois après l'arrêt Québecor, la Cour d'appel a adopté la même approche restrictive.

Dans l'arrêt Sterling Combustion Inc. c. Roco Industrie Inc. [2005] QCCA 662, deux des trois juges formant le banc en sont venus à la conclusion que le simple préjudice économique subi par une société résidente du Québec pouvait donner juridiction aux tribunaux du Québec. Le juge dissident aurait appliqué l'enseignement de l'arrêt Québecor voulant que la simple perte économique subie par un résident du Québec, ne suffise pas, en soi, comme facteur de rattachement.

Dès lors, l'on voyait poindre le conflit au sein de la Cour d'appel sur l'interprétation du mot « préjudice ».

Un autre arrêt de la même cour sur le sujet, déposé le 16 juin 2006, est l'arrêt Richelieu Projects Inc. c. Western Rail Inc. [2006] QCCA 840. Une société québécoise dont le siège social est situé à Montréal vend des biens à un acheteur chilien. Les biens vendus se trouvaient aux États-Unis et la société américaine qui devait les livrer au Chili a omis de livrer deux cargaisons selon les spécifications convenues. Une perte lui ayant résulté de cette omission, la société québécoise a poursuivi la société américaine devant les tribunaux du Québec. La société américaine a demandé le rejet de la poursuite pour absence de juridiction et sa demande fut accueillie. La société québécoise a porté la décision en appel. La Cour d'appel a rejeté son appel. La cour en est venue à la conclusion que le fait que la perte pécuniaire sera comptabilisée au Québec n'est pas un facteur attributif de compétence et que la livraison par la société américaine à la société chilienne ne fait pas en sorte qu'un préjudice a été subi au Québec. Même interprétation restrictive du mot « préjudice ».

L'arrêt subséquent sur la question, déposé le 22 mars 2007, est l'arrêt Hoteles Decameron Jamaica Ltd. c. D'Amours [2007] R.J.Q. 550. Des touristes résidents du Québec font un séjour dans un hôtel de la Jamaïque. Les employés de l'hôtel ont répandu des pesticides aux abords de l'hôtel sans notification à ce propos aux résidents de l'hôtel. Les touristes en question sont tombés malades en Jamaïque et sont rentrés au Québec où ils ont poursuivi l'hôtel en dommage-intérêts. L'hôtel, plaidant l'absence de compétence, a demandé le rejet de la poursuite au motif que la maladie s'étant d'abord manifestée en Jamaïque, c'est là que le préjudice a été subi et qu'en conséquence les tribunaux québécois n'avaient pas compétence.

Le juge de première instance a rejeté cet argument et refusé de décliner juridiction. La Cour d'appel a donné raison au juge de première instance. Pour la Cour d'appel, il importait peu que les malaises dont ont été victimes les touristes québécois se soient manifestés en Jamaïque, ceux-ci ayant continué à s'aggraver au Québec avec les répercussions que cela avait eu sur leur patrimoine situé au Québec, il y avait un lien réel et substantiel avec la juridiction saisie, soit le Québec qui, en les circonstances, avait compétence. Selon la Cour d'appel, dans le cas d'un préjudice corporel qui forcément se manifestera au lieu de la commission de la faute, le facteur préjudice se confondrait avec la faute et deviendrait le seul facteur applicable et le préjudice perdrait alors son caractère indépendant comme facteur de rattachement. En somme, la cour dit que le préjudice est un facteur de rattachement individuel et qu'il doit être appliqué peu importe s'il a commencé à se manifester à l'étranger, pourvu qu'il se poursuive au Québec. C'est une interprétation libérale.

Dans l'arrêt Nosseir c. Sea Pro Divers S.A. [2009] QCCA 2182, déposé le 11 novembre 2009, la Cour d'appel se penchant à nouveau sur la question, prend là aussi une approche libérale par rapport à l'interprétation de l'article 3148 du Code civil du Québec. Il s'agissait de vacanciers québécois séjournant en République Dominicaine. Une vacancière, pendant sa baignade en mer, est heurtée par un bateau à moteur. Elle a subi des blessures importantes. Elle poursuit en dommages au Québec. La défenderesse dominicaine, propriétaire du bateau, demande le rejet de la poursuite pour absence de juridiction. Le juge de première instance fait droit à cette demande et rejette l'action. La Cour d'appel infirme le jugement. À l'instar de l'arrêt de la même cour dans l'affaire Hoteles Decameron précitée, la cour opte aussi pour une interprétation large en concluant qu'en raison du fait qu'une partie fort importante du préjudice ait été subi au Québec, ses tribunaux avaient juridiction.

Même si en apparence, il semblait y avoir un conflit au sein de la Cour d'appel sur la façon d'interpréter l'article 3148, nous croyons plutôt que la Cour d'appel faisait une distinction entre le préjudice résultant d'une faute extracontractuelle et celui résultant de l'inexécution d'une obligation contractuelle, la cour adoptant une interprétation restrictive en matière contractuelle et une interprétation large et généreuse en matière de dommages corporels résultant d'une faute.

En somme, l'école majoritaire de la Cour d'appel du Québec nous enseignait que le préjudice purement économique subi par un résident du Québec n'était pas, en soi, un facteur de rattachement suffisant, en vertu de l'article 3148 alinéa 3 du Code civil du Québec.

Or, le 31 octobre 2013, la Cour suprême du Canada est venue mettre fin à cette controverse dans l'arrêt Infineon Technologies AG c. Option Consommateurs [2013] 3 R.C.S. 600.

Désormais, il n'est pas nécessaire que le préjudice soit lié à l'endroit où le fait dommageable a été subi ou la faute commise, en reprenant l'interprétation de la Cour d'appel du Québec voulant que le préjudice soit un facteur de rattachement indépendant. Ce faisant, la Cour suprême donne raison au courant de la Cour d'appel du Québec qui donnait une interprétation large au mot « préjudice » (voir les affaires Decameron Jamaica et Nosseir précitées).

En revanche, la Cour suprême a mis de côté le courant de la Cour d'appel du Québec qui refusait de reconnaître le préjudice purement économique subi par un résident du Québec comme étant un facteur de rattachement suffisant. En effet, à ce dernier propos, la Cour suprême nous dit que l'article 3148 alinéa 3, n'empêche pas le préjudice purement économique de servir de facteur de rattachement.

L'EUROPE

Au sein de l'Union Européenne, les Règlements de Bruxelles I et II bis fixent les règles de compétence communes entre les États membres de l'Union Européenne. Ce qui favorise l'accueil des jugements à l'intérieur de l'Union Européenne.

Ainsi, en vertu de l'article 5.3 du Règlement de Bruxelles I, le tribunal compétent sera celui du lieu où le « fait dommageable s'est produit ou risque de se produire ».

La Cour de justice des communautés européennes (CJCE) a statué dans un arrêt du 30.11.1976 Handelskwekerij G.J. Bier BV c. Mines de potasse d'Alsace SA, aff. C-21/76 que le « lieu où le fait dommageable s'est produit  » s'entend aussi bien du lieu de production de l'événement causal que du lieu de la survenance du dommage. Si les deux lieux sont distincts, le demandeur pourra porter le litige devant la juridiction de son choix.

La Convention de Lugano prévoit également les règles de compétence entre les pays membre de l'Union Européenne et les pays membres de l'Association européenne de libre échange (Suisse, Norvège, Islande et Liechtenstein), dans son article 5 : « en matière délictuelle ou quasi délictuelle, le défendeur domicilié sur le territoire d'un État contractant peut être attrait devant le tribunal du lieu où le fait dommageable s'est produit ».

LA FRANCE

En France, en cas de conflit international, hors Union Européenne, c'est la jurisprudence qui par un raisonnement d'extrapolation considère que déterminer le pays dont le juge est compétent évoque la démarche de compétence territoriale française.

À savoir donc, que les règles de compétences judiciaires internationales sont la transposition des règles de compétences territoriales. La première chambre civile de la Cour de Cassation dans son arrêt du 30 octobre 1962 (N. de pourvoi 61-11.306) a ainsi statué que « la compétence internationale se détermine par extension des règles de compétence territoriale interne ».

Les règles internes applicables à une situation internationale sont les suivantes :

Les articles 14 et 15 du Code Civil instituent un privilège de juridiction au profit des demandeurs ou défendeurs nationaux français : « L'étranger, même non résidant en France, pourra être cité devant les tribunaux français, pour l'exécution des obligations par lui contractées en France avec un Français; il pourra être traduit devant les tribunaux de France, pour les obligations par lui contractées en pays étranger envers des Français » et « Un Français pourra être traduit devant un tribunal de France, pour des obligations par lui contractées en pays étranger, même avec un étranger ». Les deux articles autorisent donc dès lors le juge français à se déclarer compétent.

L'article 42 du Code de Procédure Civile prévoit que le tribunal compétent est celui du lieu du domicile du défendeur.

L'article 46 alinéa 3 du Code de Procédure Civile prévoit une option de compétence :

« Le demandeur peut saisir à son choix, outre la juridiction du lieu où demeure le défendeur :

  • en matière contractuelle, la juridiction du lieu de la livraison effective de la chose ou du lieu de l'exécution de la prestation de service;
  • en matière délictuelle, la juridiction du lieu du fait dommageable ou celle dans le ressort de laquelle le dommage a été subi;
  • en matière mixte, la juridiction du lieu où est situé l'immeuble;
  • en matière d'aliments ou de contribution aux charges du mariage, la juridiction du lieu où demeure le créancier ».

Ainsi, en matière délictuelle, sont compétents aux choix du demandeur : soit le tribunal du lieu du domicile du défendeur, soit le tribunal du lieu de commission de l'acte illicite, soit le tribunal du lieu de réalisation du dommage.

L'ALLEMAGNE

La législation allemande ne contient aucune règle particulière sur la compétence internationale. C'est la jurisprudence qui est venue clarifier la situation.

La jurisprudence allemande a ainsi jugé que les règles de compétences judiciaires internationales sont la transposition des règles de compétences territoriales.

Les principales règles internes applicables à une situation internationale sont donc les suivantes :

L'article 12 du Code de Procédure Civile établit comme règle générale que le tribunal compétent est celui dans le ressort duquel le défendeur a sa résidence.

L'article 29 du Code de Procédure Civile dispose qu'en cas de relation contractuelle, le tribunal compétent sera celui du lieu où l'obligation doit être exécutée.

Selon l'article 32 du Code de Procédure Civile, en matière de responsabilité extra-contractuelle, est compétent, le tribunal du lieu où l'acte dommageable a été commis. Cependant, rien dans les règles ne donne juridiction au tribunal du lieu de résidence de celui qui a subi le dommage.

LE ROYAUME-UNI

Selon le droit anglais, les tribunaux anglais auront juridiction sur un défendeur étranger dans le cas d'une demande qui découle d'un contrat, si le contrat a été conclu en Angleterre, est régi par le droit anglais ou a été violé en Angleterre.

Si la demande découle d'une faute extra-contractuelle, les tribunaux anglais auront juridiction si la faute a été commise en Angleterre ou, le dommage ou la perte qui en résulte est subie en Angleterre.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions