Canada: Émission D’actions À Titre De Bonus: Déductible! L’affaire Transalta Corp

Last Updated: September 30 2014
Article by Raphael Barchichat

Le 15 mars 2012, dans l'affaire TransAlta Corp. v. The Queen (2012 TCC 86) (« TransAlta »), la Cour canadienne de l'impôt (« CCI ») a confirmé que le contribuable, TransAlta Corp., pouvait déduire 6 214 288 $ de bonus ou gratification payés à ses employés sous forme d'actions émises du trésor, conformément au paragraphe 9(1) et à l'alinéa 18(1)a) de la Loi de l'impôt sur le revenu (« Loi »).

Depuis cette décision, un employeur peut déduire la juste valeur marchande (« JVM ») des actions nouvellement émises à certains employés et cadres supérieurs (les « Participants ») à titre de gratification à l'égard d'un régime d'actionnariat discrétionnaire fondé sur le rendement pour des services passés (« RAFR », davantage connu sous son appellation anglaise « Performance Share Ownership Plan »).

L'AFFAIRE TRANSALTA CORP.: RÉSUMÉ

Les faits

Le contribuable est une société publique et une société canadienne au sens du paragraphe 89(1) dont la fin d'année d'imposition est le 31 décembre. Au cours des années d'imposition terminées en 2001, 2002, 2003 et 2004 (les « Années en litige »), TransAlta a accordé des gratifications en vertu de son RAFR à certains Participants suite à la décision du comité des ressources humaines de TransAlta (le « Comité »).

De façon triennale, le Comité avise chaque Participant du nombre d'unités auxquelles celui-ci a droit pour cette période de rémunération. Au plus tard 120 jours après la fin de chacune de ces périodes, le Comité détermine le montant de récompense et le cas échéant, si elle est payable en argent ou par l'émission d'actions du trésor. En l'espèce, durant les Années en litiges, les gratifications ont été payées à la fois au moyen d'un paiement en argent et sous forme d'actions du capital-actions du contribuable. Cependant, seule la déduction des gratifications payées en actions est contestée, compte tenu que les gratifications payées en argent ont fait l'objet d'un règlement.

Au niveau comptable, TransAlta a constaté dans ses états financiers à titre de charges faisant partie de ses frais d'exploitation un montant pour les gratifications futures. Au niveau fiscal, le contribuable a déduit les montants de gratification octroyés aux Participants de son revenu selon le paragraphe 9(1) et l'alinéa 18(1)a). L'Agence du revenu du Canada (l'« Agence ») a refusé d'admettre les montants déduits à cette fin. Le contribuable en a appelé à la CCI.

Contexte législatif

La décision TransAlta porte sur l'interprétation de l'article 7 et plus spécifiquement du sens à donner au mot « convention » et du terme « convenue » utilisés plus d'une trentaine de fois à cet article. Essentiellement, l'article 7 de la Loi régit le traitement fiscal d'un accord en vertu duquel une « personne admissible » (définie au paragraphe 7(7)) est convenue d'émettre ou de vendre ses « titres » (au sens du paragraphe 7(7)) à l'un de ses employés. L'employé, selon le cas, pourra être tenu d'inclure un avantage imposable au revenu d'emploi lié à l'option d'achat d'actions au moment de l'exercice ou à la disposition de cette option.

La position du Ministre

Le Ministre est d'avis que l'appel devrait être rejeté pour les raisons suivantes:

  1. Les déductions des gratifications ne sont pas permises en vertu de l'alinéa 7(3)b) compte tenu que l'article 7 s'applique;
  2. TransAlta n'a pas engagé de dépenses en émettant des actions dans le cadre du RAFR, ni subi de perte de valeur de ses actifs. Les actions en question étaient des actions du trésor et tel que décidé dans l'affaire Placer Dome v. Canada, 92 DTC 6402 (CAF) (« Placer Dome »), un employeur doit avoir encouru une dépense ou une perte pécuniaire pour pouvoir réclamer une déduction applicable contre son revenu imposable;
  3. Compte tenu de l'absence de définition statutaire du mot « convention », les principes d'interprétation de lois sont applicables, à savoir que le sens commun de ce mot doit prévaloir. Ainsi, la Couronne définie le terme « convenue » comme signifiant le fait de consentir à une attribution de titres en faveur d'employés ou d'approuver pareille attribution conformément au raisonnement dans la décision McAnulty v. R., 2001 DTC 942 (CCI) (« McAnulty »);
  4. Le type de déduction recherché par TransAlta est contraire à l'intention du législateur. D'ailleurs, le Ministre note que le libellé de l'article 7 ne réfère pas au mot « contrat » reflétant ainsi l'objet visé par le législateur qui est:

« englober tous les titres émis en faveur d'employés en vertu d'une convention, en utilisant un libellé de large portée en vue d'éliminer les échappatoires qui permettaient antérieurement aux employés de recevoir des actions de leurs employeurs sans que l'une ou l'autre partie soit imposée sur leur valeur»;

  1. Subsidiairement, TransAlta aurait convenue d'émettre des actions aux Participants au moyen de contrats unilatéraux du type de ceux dans l'arrêt Sail Labrador Ltd. c. Challenge One (Le), [1999] 1 RCS 265 (« Sail Labrador ») au paragraphe 33.

La position du contribuable

La position du contribuable peut se résumer en trois points distincts:

  1. Selon l'intention des parties, le RAFR était un régime de gratification discrétionnaire qui ne créait pas de droits ou d'obligations juridiques. En d'autres mots, il n'existait aucune convention exécutoire en droit qui prévoyait l'obligation d'émission d'actions par TransAlta, ni même un contrat unilatéral; ainsi l'article 7 ne peut être applicable;
  2. Les gratifications sont des revenus imposables pour les Participants. À cet effet, les formulaires T4 des Participants reflétaient cette inclusion au revenu et les déductions à la source ont dûment été remises aux autorités fiscales. De plus, les actions étaient émises pour des services rendus antérieurement à la décision du Comité. Conclure autrement, résulterait en une double imposition si le terme « convention » à l'article 7 comprenait les ententes non exécutoires en droit, puisque bien que l'article 7 recevrait application (en imposant l'avantage à titre revenu d'emploi), l'alinéa 110(1)d) ne s'appliquerait pas (pour fournir un allégement aux Participants). L'auteur note que compte tenu que les Participants se sont imposés sur l'avantage découlant du RAFR au moment de leur réception, donc sans report d'impôt, les règles relatives aux ententes d'échelonnement de traitement prévues à l'alinéa 6(1)i) et au paragraphe 6(11) ne sont pas applicables.
  3. La prétention du Ministre quant à l'obiter dictum dans la décision Placer Dome référant à l'arrêt Lowry (Inspector of Taxes) v. Consolidated African Selection Trust, Ltd., [1940] AC 648 (PC) (« Lowry »), a été rejeté par les tribunaux dans les arrêts Teleglobe Canada Inc. v. The Queen, 2000 DTC 2493 (CCI), confirmée par 2002 DTC 7517 (CAF) (« Teleglobe ») et Canderel Ltée. c. Canada, [1998] 1 RCS 147(« Canderel »).

La conclusion du juge

Engagement non contractuel vs. Convention exécutoire en droit

Sous la plume de l'honorable juge Margeson, la Cour définit le terme « convention » au sens de l'article 7 comme un « accord de volonté, une promesse de faire quelque chose [...] la création d'obligations correspondantes ». Ainsi, il s'agit d'une convention exécutoire en droit telle qu'un contrat, autrement le législateur aurait plutôt fait usage du mot « arrangement », tel que présent dans plusieurs autres dispositions de la Loi. Selon la Cour, « en employant les mots "convenue" et "convention" à l'article 7 le législateur a dû vouloir exiger plus que le fait de consentir à une attribution ou de l'approuver ». L'auteur soutient que bien que la Cour ait défini le terme « convention » aux fins de l'article 7, il y a lieu d'extrapoler cette définition à d'autres dispositions contenant ce terme. De surcroît, dans l'affaire McAnulty, l'honorable juge Bowman a établi que le mot « agreement » (soit la version anglaise de « convention ») à l'article 7 et à l'alinéa 110(1)d) peut autant viser des conventions écrites que des conventions orales (Minister of National Revenue v. Chrysler Canada Ltd., 91 DTC 5526 (CF 1ère instance)). En l'espèce, TransAlta n'a pas, ni oralement ni par écrit, convenu d'émettre des options d'achats d'actions aux Participants, laissant plutôt à la discrétion du Comité le soin de déterminer les personnes admissibles.

Dépenses

Concernant le fait que TransAlta n'a pas effectivement engagé de dépenses en émettant des actions en vertu de son RAFR ou n'a subi aucune perte de la valeur de ses actifs, la Couronne fonde son raisonnement sur le paragraphe 22 de l'affaire Placer Dome :

« The respondent is, therefore, in no position to speak of deductibility, it being well established that an employer must incur an expense or a cash outlay or a loss of value of its assets in order to claim a deduction from its taxable income ».

Cependant, dans le présent dossier, la preuve a démontré que suite à l'émission des actions en vertu du RAFR, le capital déclaré de TransAlta a été augmenté du même montant. L'honorable juge Margeson réitère que le Comité avait un pouvoir discrétionnaire sur l'attribution de gratifications. Quant au quantum des dépenses, la Cour est d'avis que la contrepartie ajoutée au capital déclaré de TransAlta correspond nécessairement au montant de la dépense effectuée par TransAlta.

Contrat unilatéral

Concernant l'argument subsidiaire avancé par la Couronne, l'honorable juge Margeson réitère la définition de « contrat unilatéral » donnée par la Cour suprême dans l'arrêt Sail Labrador, à savoir « un contrat par lequelune partie fait une promesse en contrepartie de l'exécution ou de la non-exécution d'un acte ». Au Québec, on retrouve une définition statutaire à l'article 1380 al. 2 du Code civil du Québec. Ici, les Participants n'avaient aucun droit aux gratifications, tant que le Comité n'avait pas pris de décision sur l'émission d'actions.

Argument connexe

Enfin, la Cour fait état de différents points soulevés par les parties. En effet, la Cour confirme qu'il y a lieu de distinguer les affaires Placer Dome et Lowry avec la présente affaire. Dans cette dernière décision, les bénéficiaires du régime n'avaient rien versé en contrepartie de la plus-value des actions qu'ils ont reçues. Or, en l'espèce, la valeur des actions émises en vertu du RAFR correspond à la valeur du rendement passé des Participants. Ceci est conforme à l'affaire Teleglobe dans laquelle l'honorable juge Rip mentionnait que c'est au conseil d'administration de fixer le capital déclaré des actions et la contrepartie des actions émises.

Conclusion

Suite à l'affaire TransAlta, il est dorénavant permis à un employeur d'émettre des actions du trésor en vertu d'un régime incitatif de nature discrétionnaire et de déduire la JVM des actions ainsi émises dans le calcul de son revenu. Compte tenu que la Loi sur les impôts (Québec) utilisent une terminologie identique à ses articles 48 et ss., à savoir « a convenu » ou « convention », que son pendant fédéral à l'article 7, une interprétation similaire peut être faite de l'affaire TransAlta.

Cependant, lors du séminaire « Centre CRA & Professionals Group Breakfast Seminar » tenu à Toronto le 5 juin 2012, bien que l'Agence ait confirmé qu'elle n'a pas porté la décision TransAlta en appel, elle est d'avis que dans des situations similaires, un employeur ne devrait pas avoir droit à la déduction en question. À cet effet, l'Agence a mentionné que l'accent sera désormais mis sur la collecte d'information afin de soutenir l'existence d'un accord justifiant ainsi l'application de l'alinéa 7(3)b) pour refuser ladite déduction à l'employeur. Il demeure donc important de prévoir, comme dans la décision TransAlta, un pouvoir discrétionnaire absolu quant à l'octroi des options d'achat d'actions basé sur le rendement antérieur. À défaut de modifications législatives par Finances, l'affaire TransAlta demeure l'état du droit actuel.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions