Canada: Dix Jugements Marquants de l'année 2013 en Droit du Travail

Last Updated: March 11 2014
Article by Robert E. Boyd

La jurisprudence en droit du travail en 2013 a été marquée par de nombreux arrêts de la Cour suprême du Canada sur des questions aussi variées que les tests de dépistage de drogues, les clauses de non-concurrence et la liberté d'expression des syndicats. De nombreux litiges relatifs à la vie privée au travail ont également continué à occuper les acteurs du monde du travail.

Voici un exposé sommaire de dix jugements ayant retenu notre attention en 2013.

Payette c. Guay inc., 2013 CSC 45 – Application des clauses restrictives dans le contexte d'une transaction commerciale.

Lors de la vente de ses entreprises à l'entreprise intimée, le requérant avait accepté de signer des clauses de non-concurrence et de non-sollicitation lui imposant des restrictions pendant une période de cinq ans après la fin de son emploi au sein de l'entreprise. Dans le cadre d'un recours en injonction entrepris par l'intimée, le requérant prétendait que les clauses restrictives étaient illégales puisque contraires à l'article 2089 du Code civil du Québec (C.c.Q.) exigeant que de telles clauses soient limitées quant au temps, au lieu et au genre de travail. Au surplus, l'intimée ne pouvait selon lui exiger l'application des clauses restrictives après l'avoir congédié sans motif sérieux (article 2095 du C.c.Q.).

La Cour suprême a décidé que les règles du droit de l'emploi ne s'appliquent pas lorsqu'une clause restrictive intervient dans le cadre d'une transaction commerciale. Les parties qui négocient la vente d'une entreprise jouissent d'une plus grande liberté contractuelle. Dans un tel contexte, les règles afin de décider du caractère raisonnable de clauses restrictives ne doivent pas être appliquées avec la même rigueur ou la même intensité.

Également, la Cour suprême a souligné que, dans le contexte de notre économie moderne et des nouvelles technologies où la clientèle n'est souvent plus associée à un point géographique, l'absence de limite territoriale dans une clause de non-sollicitation ne signifie plus nécessairement qu'elle est déraisonnable.

Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier, section locale 30 c. Pâtes & Papier Irving, ltée, 2013 CSC 34 − Illégalité des tests de dépistages aléatoires en l'absence d'un motif raisonnable.

L'employeur, une usine de papier, avait adopté une politique selon laquelle 10 % des employés occupant un « poste à risque » pouvaient être soumis au hasard et sans préavis à un test de dépistage d'alcool. L'employeur invoquait le caractère dangereux du milieu de travail.

La Cour suprême a décidé qu'un employeur ne peut imposer unilatéralement un test de dépistage de drogues ou d'alcool dans un milieu de travail dangereux, à moins qu'il soit en présence d'un problème d'abus de drogues ou d'alcool. Or, selon la preuve, au cours des quinze dernières années, uniquement huit incidents attribuables à la consommation d'alcool sont survenus dans l'usine. De telles circonstances n'étaient pas suffisantes afin de justifier l'imposition de tests aléatoires.

L'imposition de tests aléatoires dans un milieu de travail dangereux peut être justifiée « s'il s'agit d'une réponse proportionnée, à la lumière tant des préoccupations légitimes quant à la sécurité que du droit à la vie privée ». Par ailleurs, dans un contexte syndiqué, employeurs et syndicats demeurent libres de négocier l'imposition de tests de dépistage de drogues et d'alcool.

La Cour suprême a confirmé également certaines situations où l'usage de tests de dépistage est autorisé. Notamment, l'employeur pourra imposer un tel test de dépistage s'il a des motifs raisonnables de croire que l'employé a les facultés affaiblies au travail, si un employé a été impliqué dans un accident du travail en raison de la consommation de drogues ou d'alcool ou lors du retour au travail d'un salarié à la suite d'un traitement pour combattre l'alcoolisme ou la toxicomanie.

IBM Canada limitée c. Waterman, 2013 CSC 70 − Peut-on déduire les prestations de retraite de l'indemnité tenant lieu de préavis de fin d'emploi?

Congédié sans cause après 42 ans de service, le requérant réclamait à l'entreprise intimée une indemnité tenant lieu de préavis de 24 mois de salaire. Ayant obtenu une indemnité de 20 mois du tribunal de première instance, la question en litige devant la Cour suprême concernait la déductibilité des prestations de retraite versées à l'employé pendant cette période de 20 mois. L'intimée prétendait en effet qu'elle était bien fondée à déduire de l'indemnité de préavis de fin d'emploi la totalité des prestations de retraite versées à l'employé pendant la période du préavis.

La Cour suprême a décidé que les prestations de retraite ne peuvent être déduites de l'indemnité de préavis de fin d'emploi. De telles prestations sont versées en contrepartie des années de service de l'employé et ne constituent pas une indemnité visant à compenser le salaire pendant la période de préavis. Il n'y avait donc pas double indemnité. Également, la Cour suprême a souligné qu'en reconnaissant la déductibilité des prestations de retraite de l'indemnité tenant lieu de fin d'emploi, elle inciterait en quelque sorte les employeurs à licencier d'abord les employés qui ont acquis le droit à la retraite.

Asphaltes Desjardins inc. c. Commission des normes du travail, 2013 QCCA 484 − L'employeur peut renoncer au préavis de démission.

Cette affaire constitue sans doute l'un des développements les plus percutants de l'année 2013 en droit de l'emploi. Conformément aux exigences du C.c.Q., l'employé qui démissionne doit fournir un préavis raisonnable à l'employeur. Jusqu'à récemment, l'employeur qui renonçait au préavis de démission de l'employé en lui demandant de quitter immédiatement son emploi devait lui verser l'indemnité compensatrice prévue à la Loi sur les normes du travail, comme s'il le congédiait.

Renversant un courant jurisprudentiel largement majoritaire, la Cour d'appel a reconnu que l'employeur peut renoncer au préavis de démission de l'employé sans être tenu au paiement d'une indemnité de fin d'emploi. La renonciation au préavis de démission entraîne la fin d'emploi immédiate sans autre formalité ou indemnité.

L'employé démissionnaire se trouve donc divisé entre son obligation de fournir un préavis raisonnable et le risque de se retrouver sans revenu avant le début de son nouvel emploi. D'ailleurs, que se passe-t-il si l'employé fournit un long préavis de démission, annonçant qu'il prendra sa retraite dans un an? La Cour d'appel, manifestement consciente des effets potentiels de son jugement, a alors ouvert la porte à des recours en dommages dans le cas où la renonciation au préavis de démission constituait un abus de la part de l'employeur. Mais alors, dans quelles circonstances pourra-t-on conclure que l'employeur agit de façon abusive en renonçant au préavis de démission?

Si cette affaire soulève de nombreuses questions, employeurs et employés pourraient bientôt être fixés sur leurs obligations respectives lors d'une démission puisque la Cour suprême a accepté d'entendre l'appel de la Commission des normes du travail.

Images Turbo inc. c. Marquis, 2013 QCCS 2781 − Téléphone intelligent et vie privée au travail.

Lors de sa démission, une employée remet à l'employeur le téléphone intelligent qui lui était fourni dans le cadre de ses fonctions. L'employeur accède alors à la boîte de courriels de son ancienne employée et découvre que celle-ci a négocié un contrat d'emploi avec un concurrent alors qu'elle était toujours à son emploi.

Dans le cadre d'un recours en injonction et en dommages intenté par l'employeur, l'employée s'est opposée à la recevabilité des courriels obtenus sur le téléphone au motif que l'employeur a porté atteinte à sa vie privée en accédant aux courriels. Elle utilisait le téléphone intelligent tant pour l'envoi de courriels personnels que l'envoi de courriels professionnels.

La Cour supérieure a conclu que les courriels obtenus par l'employeur lors de sa première consultation du téléphone intelligent sont admissibles en preuve. La Cour a noté qu'aucun mot de passe n'empêchait l'accès à la boîte de courriels par un tiers. Également, l'employeur n'a utilisé aucun stratagème et a découvert les courriels de façon fortuite, en voulant nettoyer le contenu du téléphone intelligent. Il faut cependant exclure les courriels que l'employeur a obtenus après avoir réalisé que le téléphone comportait des courriels personnels et avoir décidé d'exercer une surveillance des courriels que son ancienne employée continuait d'envoyer ou de recevoir. L'employeur ne pouvait, selon la Cour, intercepter de façon volontaire des courriels personnels afin de bonifier sa preuve.

Cette affaire illustre bien les difficultés que peut soulever l'utilisation d'un appareil électronique où la vie privée et la vie professionnelle s'entremêlent. Les tribunaux continuent d'élaborer des paramètres permettant de mieux encadrer les pouvoirs de surveillance de l'employeur. La jurisprudence récente révèle cependant l'importance pour les employeurs d'élaborer des politiques permettant aux employés de bien connaître l'étendue de la sphère de la vie privée au travail et les circonstances dans lesquelles l'employeur pourrait exercer ses pouvoirs d'enquête et de surveillance de leurs communications.

Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse c. Spa Bromont inc., 2013 QCTDP 26 − Obligation d'accommodement et chien-guide.

Le Tribunal des droits de la personne a conclu que l'entreprise intimée a manqué à son obligation d'accommodement à l'égard d'une massothérapeute souffrant d'un handicap visuel en ne lui permettant pas d'être accompagné de son chien-guide au travail.

Selon le tribunal, l'entreprise aurait pu accueillir le chien-guide dans son établissement sans subir une contrainte excessive. L'employeur ne pouvait entreprendre aucune démarche en se limitant à invoquer des craintes liées à la réaction de la clientèle ou encore à la présence possible de poils. Cette affaire rappelle que l'employeur doit agir de façon proactive dans la recherche d'un accommodement. De simples inconvénients ne peuvent suffire afin de conclure à l'impossibilité d'accommoder le salarié sans subir une contrainte excessive.

La Cour d'appel a accepté d'entendre l'affaire. Il sera intéressant de surveiller cette décision qui pourrait fournir certaines balises concernant l'obligation d'accommodement de l'employeur dans un tel contexte.

De Montigny c. Valeurs mobilières Desjardins inc., 2013 QCCA 600 − Caractère irrévocable de la démission.

Dans le cadre d'un conflit avec son employeur, un haut dirigeant a annoncé sa démission, apparemment dans le but d'exercer une certaine pression afin de tenter de négocier de meilleures conditions de travail. Or, au grand désarroi du principal intéressé, l'employeur a accepté la démission.

Rejetant le recours alléguant un congédiement déguisé, la Cour d'appel a rappelé le caractère irrévocable de la démission. Lorsque celle-ci est libre et volontaire, le salarié ne peut revenir sur sa décision. Par ailleurs, la Cour a condamné sévèrement celui qui utilise la démission comme tactique de négociation :

« L'appelant s'est ainsi sciemment servi de l'arme de la démission pour tenter d'arriver à ses fins. Que l'arme se soit retournée contre lui ne rend pas son usage moins libre et plus involontaire. Le fait qu'il s'agisse d'un moyen de pression ne transforme pas la démission en congédiement déguisé ni n'en atténue les conséquences. Sans doute que l'appelant considérait son importance chez l'intimée supérieure à ce qu'elle était en réalité. Néanmoins, qu'il se soit trompé en lançant son ultimatum ne change rien au caractère volontaire de son geste »[1].

R. v. Metron Construction Corporation, 2013 ONCA 541 − Responsabilité criminelle en matière d'accidents de travail : une amende de 750 000 $!

Cette affaire de la Cour d'appel de l'Ontario s'inscrit dans le cadre des modifications au Code criminel intervenues en 2003 afin d'élargir la portée de la responsabilité de l'employeur en matière d'accidents du travail.

Rappelons que selon l'article 217.1 du Code criminel, les administrateurs et les gestionnaires chargés d'appliquer et de faire respecter les normes en matière de sécurité au travail peuvent encourir le risque d'être condamnés à des amendes ou même à des peines d'emprisonnement pour négligence criminelle en cas d'insouciance grave pour la vie ou l'intégrité corporelle des employés de l'entreprise.

En vertu de l'article 22.1 du Code, l'employeur peut être tenu criminellement responsable en raison de l'action ou de l'omission de l'un de ses agents équivalant à de la négligence criminelle et causant un accident du travail. L'agent manque à son devoir lorsqu'il omet de prendre les mesures voulues pour éviter qu'un accident du travail survienne et cause des blessures corporelles.

Dans l'affaire R. v. Metron Construction Corporation, la Cour de justice de l'Ontario avait condamné la société intimée pour négligence criminelle ayant causé la mort à la suite de l'effondrement d'une plateforme ayant causé la mort de quatre employés. La preuve démontrait que le superviseur de la plateforme ainsi que deux autres employés avaient consommé de la marijuana, que seulement deux cordes de sécurité étaient disponibles sur la plateforme et que cette dernière n'avait pas été construite adéquatement et ne respectait pas les normes de sécurité de la Loi sur la santé et la sécurité au travail ontarienne. Compte tenu des critères prévus par le Code criminel, la Cour avait conclu qu'une amende de 200 000 $ était appropriée.

Or, au mois de septembre 2013, la Cour d'appel de l'Ontario est intervenue afin d'augmenter l'amende à 750 000 $. Selon la Cour, la négligence criminelle était extrême dans cette affaire, et une amende de 200 000 $ n'était pas suffisante pour envoyer un message clair concernant l'important de la santé et sécurité des travailleurs.

Il existe très peu de précédents au Canada relatif à la responsabilité criminelle en matière d'accidents du travail à la suite de l'adoption des nouvelles dispositions du Code criminel en 2003. Cette affaire envoie un message clair aux employeurs relativement à leurs obligations en matière de prévention des accidents de travail.

Levy c. Standard Desk inc., 2013 QCCA 1473 − L'obligation de mitiger ses dommages à la suite d'un congédiement.

Un salarié, âgé de 75 ans, a été licencié après 38 ans de service. L'employeur lui a fourni un préavis de deux mois et demi et lui a offert par ailleurs de travailler à son établissement de Granby. Le salarié, qui travaillait à Laval, a refusé une telle offre, et a réclamé 24 mois à titre d'indemnité tenant lieu de préavis.

La Cour supérieure a estimé que le salarié avait droit à un préavis de 16 mois et demi. Cependant, il n'avait droit à aucune indemnité puisqu'il ne s'était pas acquitté de son obligation de mitiger ses dommages. La Cour supérieure a conclu en effet que le salarié n'a pas démontré qu'il n'était pas en mesure d'accepter l'offre de travail de l'employeur et n'a pas établi qu'il n'aurait pas pu obtenir un emploi en raison de son âge s'il avait entrepris des démarches.

La Cour d'appel a réduit le préavis de fin d'emploi à 10 mois et demi. Également, elle a conclu que l'obligation du salarié de mitiger ses dommages ne nuit pas au droit à une indemnité tenant lieu de préavis.

D'une part, il n'était pas déraisonnable pour le salarié de refuser de travailler à l'établissement de Granby alors qu'il travaillait à Laval au moment de sa fin d'emploi. L'employeur ne pouvait lui opposer un tel refus afin de réduire l'indemnité.

D'autre part, la Cour d'appel a souligné que le non-respect de l'obligation de mitiger les dommages n'entraîne pas nécessairement une réduction de l'indemnité. Encore faut-il qu'il existe un lien de causalité entre le manque d'efforts du salarié et une réduction effective des dommages. En l'espèce, la Cour d'appel a conclu que même si le salarié avait entrepris des démarches pour se trouver un nouvel emploi, il ne fait aucun doute que de tels efforts se seraient soldés par un échec. Le non-respect de l'obligation de mitiger les dommages n'affectait donc pas le droit à l'indemnité tenant lieu de préavis de fin d'emploi.

Alberta c. T.U.A.C., 2013 CSC 62 − Liberté d'expression, vie privée et syndicats.

Dans cette affaire ayant eu lieu en Alberta, un syndicat avait saisi des vidéos et des photos de personnes qui franchissaient la ligne de piquetage pendant un conflit de travail dans le but de diffuser de telles images auprès du public.

Plusieurs des personnes filmées ou photographiées avaient alors déposé une plainte auprès du commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'Alberta, alléguant une violation de la loi provinciale en matière de protection des renseignements personnels qui restreint la faculté d'un certain nombre d'organismes de recueillir, d'utiliser et de communiquer des renseignements personnels.

Rappelant l'importance de la liberté d'expression dans le cadre d'un conflit de travail, la Cour suprême du Canada a déclaré invalide une disposition d'une loi de l'Alberta en matière de protection des renseignements personnels dans la mesure où elle restreint la liberté d'expression du syndicat en lui interdisant de capter des images pendant un conflit de travail. La Cour suprême a accordé ainsi un délai de 12 mois au législateur albertain afin de modifier sa Loi pour trouver un équilibre entre la liberté d'expression du syndicat et les objectifs en matière de protection des renseignements personnels.

Source : VigieRT, février 2014.

The foregoing provides only an overview and does not constitute legal advice. Readers are cautioned against making any decisions based on this material alone. Rather, specific legal advice should be obtained.

© McMillan LLP 2014

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
Robert E. Boyd
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions