Switzerland: Entreprises et droits de l'homme – ce que doivent savoir les sociétés suisses

Last Updated: 28 February 2018
Article by Peter Burckhardt and Anya George
Most Read Contributor in Switzerland, August 2018

Tant en Suisse qu'à l'étranger, la pression augmente pour les entreprises afin d'évaluer les répercussions de leurs activités sur les droits de l'homme et d'adhérer aux normes internationales en matière de publication d'informations non-financières. Cette newsletter passe en revue les principaux développements au niveau international et national, afin de permettre aux sociétés suisses de naviguer ce domaine du droit en pleine évolution.

1 INTRODUCTION

En droit international, la protection des droits de l'homme incombe en premier lieu à l'État. Cependant, depuis quelques années, de plus en plus de voix se font entendre au sein de la société civile exigeant que les entreprises respectent les normes relatives aux droits de l'homme. Le débat à ce sujet a mené, en 2011, à l'adoption des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme (United Nations Guiding Principles on Business and Human Rights, UNGP, cf. infra, ch. 2.1), marquant un tournant dans l'attitude des acteurs concernés envers la question de la responsabilité sociale des entreprises pour les violations des droits de l'homme.

De plus en plus d'États commencent à mettre en Suvre des politiques et à envisager des mesures législatives et réglementaires en matière d'entreprises et droits de l'homme. Les entreprises elles-mêmes sont plus conscientes du fait que le respect des droits de l'homme et la mise en place de stratégies et procédures robustes visant à identifier, prévenir et atténuer les impacts négatifs en la matière, gagnent en importance sous l'angle de la relation avec les investisseurs, la gestion des marques et l'accès au financement, et peuvent servir à diminuer le risque de litige et d'atteinte à la réputation.

2 NORMES INTERNATIONALES

2.1 PRINCIPES DIRECTEURS DES NATIONS UNIES

Les UNGP sont le fruit des efforts du représentant spécial de l'oNU John Ruggie. Ils furent adoptés à l'unanimité par le Conseil des Droits de l'Homme de l'oNU en juin 2011. Bien que les UNGP n'aient pas force contraignante, ils sont reconnus comme normes de référence au niveau international en matière d'entreprises et droits de l'homme. Les 31 principes mettent en oeuvre les "trois piliers" selon lesquels (i) l'État a l'obligation de protéger contre les violations des droits de l'homme par des tiers, (ii) les entreprises ont l'obligation de respecter les droits de l'homme dans leurs activités; et (iii) les victimes ont droit à un recours effectif.

Selon les UNGP, les entreprises peuvent remplir leur obligation de respecter les droits de l'homme en:

  • exerçant une diligence raisonnable afin d'identifier les impacts négatifs actuels et futurs en matière de droits de l'homme;
  • intégrant un engagement de principe de respecter les droits de l'homme dans leurs activités;
  • adoptant des procédures pour remédier aux problèmes identifiés

À l'heure actuelle, 19 États (dont 15 en Europe, y compris la Suisse) ont publié des plans d'action nationaux relatifs aux entreprises et droits de l'homme (PAN) faisant état de leurs stratégies de mise en oeuvre des UNGP. Les PANS peuvent inclure des propositions de mesures législatives ou réglementaires, mais peuvent également ne consister qu'en des directives, recommandations et initiatives non-contraignantes.

2.2 PRINCIPES DIRECTEURS DE L'OCDE POUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES

En 2011, l'OCDE a ajouté un nouveau chapitre dédié aux droits de l'homme à ses Principes directeurs pour les entreprises multinationales, qui sont des recommandations des gouvernements adhérents aux multinationales qui opèrent dans ou à partir de leur territoire. Ce nouveau chapitre adopte expressément les UNGP comme le standard que doivent respecter les entreprises afin d'éviter ou atténuer des impacts négatifs en matière de droits de l'homme.

2.3 AUTRES TENDANCES

Il existe, au niveau international, d'autres initiatives dont le but est d'encourager et d'assister les États et entreprises à développer et mettre en oeuvre des stratégies de responsabilité sociale et de droits de l'homme, dont p.ex. le UN Global Compact, la Global Reporting Initiative et la recommandation du Conseil de l'Europe CM/Rec(2016)3.

En outre, en 2014, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté une résolution appelant à l'élaboration d'un traité contraignant en matière d'entreprises et droits de l'homme. Ce processus risque de durer encore bien des années.

3 DÉVELOPPEMENTS DANS L'UE ET À L'ÉTRANGER

En 2014, le Parlement européen a adopté la directive 2014/95/UE concernant la publication d'informations nonfinancières et relatives à la diversité. Les sociétés tombant sous le coup de la directive devront, à partir de 2018, inclure une déclaration non-financière dans leurs rapports annuels. Cette déclaration devra contenir, entre autres, une description des politiques et impacts négatifs de la société en matière de droits de l'homme. La Commission européenne a publié des lignes directrices sur l'information non-financière en juin 2017 pour faciliter la mise en oeuvre de la directive.

La directive ne s'applique qu'aux entités d'intérêt public qui emploient plus de 500 salariés. Près de 6'000 entreprises et groupes d'entreprises dans l'UE remplissent actuellement ces critères. La directive peut également concerner les grandes entreprises suisses d'intérêt public (p.ex. assurances et banques) dont les filiales opèrent dans l'UE.

La plupart des États membres ont déjà adopté des mesures législatives pour la mise en oeuvre de la directive. Certaines lois prévoient la possibilité de sanctions pécuniaires en cas de manquement aux obligations d'information non-financière.

3.1 LÉGISLATION NATIONALE

Certains États ont en outre adoptés des lois spécifiques en matière d'entreprises et droits de l'homme:

  • La UK Modern Slavery Act 2015 oblige les grandes entreprises situées au Royaume-Uni et ailleurs de publier des rapports détaillant les mesures adoptées pour parer aux risques associés à la traite d'êtres humains ou au travail forcé dans leurs activités et dans leurs chaînes d'approvisionnement.
  • En France, la Loi de vigilance du 27 mars 2017 oblige les grandes entreprises françaises à établir un "plan de vigilance" annuel faisant état des mesures qui seront prises pour prévenir (entre autres) les violations des droits de l'homme dans le cadre de leurs propres opérations ainsi que celles de leurs filiales et dans leurs chaînes d'approvisionnement. La loi française va au-delà de la directive de l'UE, en imposant un devoir de diligence et obligeant les entreprises à planifier et mettre en oeuvre des actions positives. Les sociétés qui manquent à leur obligation de publier un plan de vigilance et de s'y conformer peuvent y être tenus par ordre des tribunaux (dont les décisions peuvent être rendues publiques). Elles peuvent également être condamnées à réparer les victimes qui ont souffert du fait de leurs manquements.

Il serait judicieux pour les entreprises suisses qui ont des filiales ou qui exercent des activités au Royaume-Uni ou en France de tenir compte de ces nouvelles lois (même si elles ne devaient pas y être directement soumises), vu qu'elles reflètent les standards applicables dans ces pays.

4 PRINCIPAUX DÉVELOPPEMENTS EN SUISSE

4.1 PAN

Le 9 décembre 2016, le Conseil fédéral a adopté un PAN pour la mise en oeuvre des UNGP. Le PAN traite principalement du devoir de l'État de protéger les droits de l'homme et de fournir un accès à des voies de recours. Il contient une combinaison de mesures dont le but est d'assurer le respect des droits de l'homme par les entreprises suisses dans leurs activités domestiques et internationales. Bien que le PAN ne prévoie cependant pas la création d'obligations légales pour ces entreprises, le Conseil fédéral a indiqué qu'il attend néanmoins des sociétés suisses qu'elles mettent en oeuvre des procédures de diligence et d'information non-financière en matière de droits de l'homme.

4.2 INITIATIVE POUR DES MULTINATIONALES RESPONSABLES

Le 11 mars 2015, le Conseil national a rejeté, à peu de voix près, une motion parlementaire pour un devoir de diligence contraignant en matière de droits humains et d'environnement liant les entreprises siégeant en Suisse. Un mois plus tard, une coalition d'ONG a lancé l'Initiative populaire pour des multinationales responsables (IMR), qui a été déposée à la Chancellerie fédérale le 10 octobre 2016.

Le Conseil fédéral a publié son message sur l'IMR le 15 septembre 2017, demandant que l'initiative soit rejetée par le parlement et soumise au peuple sans contre-projet direct ou indirect. Tout en reconnaissant les objectifs fondamentaux de l'IMR, il estime que l'initiative va trop loin.

L'IMR exigerait des entreprises suisses qu'elles respectent les droits de l'homme dans leurs activités non seulement en Suisse, mais également à l'étranger, et de faire en sorte que les sociétés sous leur contrôle économique en fassent de même.

L'IMR introduirait également un devoir contraignant de diligence raisonnable en matière de droits de l'homme et de l'environnement. Les entreprises seraient tenues d'identifier les impacts négatifs, de prendre des mesures pour prévenir ou mettre fin à des violations des droits de l'homme et d'inclure ces mesures dans leurs rapports annuels. L'exigence de diligence s'appliquerait non seulement aux activités de l'entreprise et des sociétés sous son contrôle, mais également aux relations d'affaires dans la chaîne d'approvisionnement. L'initiative prévoit qu'il devra être tenu compte des intérêts des PME lors de la mise en oeuvre de l'exigence de diligence.

L'un des éléments les plus critiques de l'IMR est l'introduction d'une responsabilité pour les dommages causés par les sociétés contrôlées, dont les entreprises ne pourraient se libérer qu'en fournissant la preuve qu'elles ont rempli leur devoir de diligence.

L'initiative est actuellement soumise à examen par le parlement, qui devra décider s'il l'accepte ou la rejette, avec ou sans contre-projet. L'IMR sera ensuite mise au vote populaire. Quelle que soit l'issue, il serait judicieux pour les multinationales suisses d'évaluer les risques auxquelles elles s'exposent au vu de ces développements.

5 OBLIGATIONS ET RISQUES POUR LES ENTREPRISES SUISSES

5.1 INFORMATION NON-FINANCIÈRE

Le droit suisse ne contient actuellement pas d'obligation d'information en matière de droits de l'homme. Les entreprises suisses pourraient néanmoins être tenues de publier des informations non-financières en vertu de dispositions légales existantes (p.ex. art. 961c al. 2 ch. 2 CO) ou de leurs activités à l'étranger. En outre, le gouvernement suisse a émis l'intention de proposer des mesures législatives qui s'aligneraient sur la directive 2014/95/UE.

Pour les entreprises qui cherchent à se conformer de manière volontaire aux normes des UNGP, il existe une série d'initiatives et instruments de reporting qui peuvent être utiles, en particulier la Global Reporting Initiative et le UNGP Reporting Framework.

5.2 DEVOIR DE DILIGENCE

Le droit suisse ne connaît pas de devoir de diligence spécifique en matière d'entreprises et droits de l'homme. Cependant, le devoir de diligence du conseil d'administration (art. 717 al. 1 CO) pourrait être interprété comme incluant une composante de responsabilité sociale exigeant la prise en compte de risques et impacts en matière de droits de l'homme. Si l'IMR devait être adoptée, elle introduirait un devoir de diligence spécifique à cet effet pour les entreprises.

5.3 RESPONSABILITÉ CIVILE

Étant donné qu'il n'y a pas de devoir explicite de diligence en matière de droits de l'homme en droit suisse, il n'y a également pas de responsabilité civile spécifique sur cette base. Cela ne veut pas pour autant dire qu'une telle responsabilité ne saurait être établie sur la base des principes juridiques et dispositions en matière de responsabilité extracontractuelle en vigueur.

Les entreprises suisses devraient également avoir à l'esprit la potentielle portée extraterritoriale de certaines lois étrangères. Dans certains cas, les victimes de violations de droits de l'homme ont accès aux tribunaux d'un pays qui n'est ni le lieu de l'acte illicite, ni le siège du défendeur.

5.4 RESPONSABILITÉ PÉNALE

Au cours des dernières années, certaines entreprises ont fait l'objet d'enquêtes pénales, en Suisse et à l'étranger, pour violations de droits de l'homme dans leurs activités internationales – p.ex. suite à des allégations de pillage de matières premières dans des zones de conflit.

Les sociétés dont les activités touchent des zones de conflit armé courent en effet un risque particulier de se voir confronter à des enquêtes pénales et ont tout intérêt à prendre des mesures en vue d'assurer le respect de normes internationales – atténuant ainsi le risque de voir leur responsabilité engagée.

5.5 ATTEINTE À LA RÉPUTATION

Pour les entreprises, l'atteinte à la réputation est souvent le risque le plus important en matière de droits de l'homme. L'expérience montre qu'il peut être difficile de rétablir la réputation d'une société une fois ternie par des allégations de violations des droits de l'homme (quelle qu'en soit la véracité).

A nouveau, une simple prise de conscience de la problématique des impacts négatifs en matière de droits de l'homme, ainsi que la mise en oeuvre de politiques lorsque des risques sont identifiés, peuvent contribuer de manière significative à prévenir de telles atteintes.

6 CONCLUSION

Il existe une tendance nette à l'augmentation de la transparence et au renforcement de la responsabilité des entreprises pour les impacts négatifs de leurs activités en matière de droits de l'homme. Cette tendance s'exprime par une multiplication de directives de soft law, mais également par un nombre d'initiatives visant à introduire des obligations contraignantes de diligence et d'information pour les entreprises.

Les sociétés suisses qui opèrent dans un contexte complexe et multinational seraient bien avisées de chercher conseil quant aux règles et standards nationaux et internationaux qui pourraient s'appliquer à leurs activités et ne devraient pas sous-estimer les risques auxquels elles s'exposent en cas de manquement. Elles peuvent également emboîter le pas à nombre des plus grandes multinationales et tirer bénéfice d'une mise en oeuvre proactive de politiques en matière de droits de l'homme.

Originally published November 2017

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
Some comments from our readers…
“The articles are extremely timely and highly applicable”
“I often find critical information not available elsewhere”
“As in-house counsel, Mondaq’s service is of great value”

Related Topics
 
Related Articles
 
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions