France: L'épargne-retraite vue par le projet de loi PACTE: on change tout !

Last Updated: 12 July 2018
Article by Isabelle Hadoux-Vallier
Most Read Contributor in France, August 2018

Dans le chapitre « Des entreprises plus innovantes » à la section « Améliorer et diversifier les financements », le très ambitieux projet de loi PACTE déposé le 19 juin dernier devant l'Assemblée nationale officialise le lancement de la réforme de l'épargne-retraite.

1. Calendrier

Il peut paraître étrange de s'occuper d'abord du dernier étage du système français des retraites (l'épargne-retraite) alors que :

  • une réflexion vient d'être amorcée sur les fondations de ce même système (avec la création d'un système universel de retraite de base) et dont la mise en place n'est pas annoncée avant plusieurs années.
  • la fusion des régimes de retraite Arrco Agirc (étage intermédiaire du système) entre en vigueur le 1er janvier prochain.

Mais à tout bien y regarder, les calendriers ne sont pas si éloignés les uns des autres et chaque réforme au vu de son contenu peut avancer sans avoir totalement besoin de l'autre.

Du côté de la réforme des retraites de base, après les phases de concertations, le projet de loi devrait être déposé en 2019 au Parlement pour une adoption (et donc une visibilité sur le système)courant 2020 vraisemblablement. Les mesures prises entreront progressivement en vigueur sur plusieurs années à partir de 2025.

Du côté de la loi PACTE, les discussions parlementaires débuteront en septembre prochain et selon un scénario optimiste pourraient aboutir avant la fin 2018. Certaines mesures liées à l'épargne-retraite sont annoncées par ce projet comme devant figurer dans les lois de finances et de financement de la Sécurité sociale (a priori celles votées en décembre 2018). Par ailleurs, le projet de loi Pacte renvoie pour un certain nombre de sujets impactés par cette réforme, à des décrets et surtout des ordonnances à paraître dans les 6 ou 12 mois suivant la publication de la loi. Enfin, il est prévu expressément que les mesures principales de la loi PACTE en épargne-retraite entrent en vigueur au plus tard le 1er janvier 2020.

2. Constat préalable

Partant du constat que l'épargne-retraite est en France morcelée et compartimentée, le projet de loi prévoit, en son article 20, un acte à la symbolique forte : la création dans un unique code (en l'occurrence le code monétaire et financier) d'un chapitre dédié aux « Plans d'épargne-retraite » et applicable à tous les individus quel que soit leur statut.

Le projet de loi PACTE va ainsi bien plus loin que la définition très générale et déconnectée de tout autre texte que la loi du 9 novembre 2010 avait posée en son article 107 relative à l'épargne-retraite.

Il crée un véritable socle juridique commun à toute l'épargne-retraite et procède à un remodelage total de l'architecture des offres en retraite sur le marché français.

Aujourd'hui l'épargne-retraite rime avec complexité et peine parfois à trouver sa place entre épargne salariale et assurance-vie.

Elle désigne une variété englobant les contrats collectifs et obligatoires d'entreprise (dits « article 83 »), les PERP, les contrats Madelin et Madelin agricoles (pour les travailleurs indépendants), les PERCO mais aussi les contrats PREFON, CRH ou COREM.

Leurs caractéristiques sont diverses et distinctes :

  • Le public concerné (salariés, non-salariés, fonctionnaires, individus « sans étiquette »),
  • L'environnement fiscal et social,
  • Les prestations (capital ou rente),
  • La gestion financière de l'épargne,
  • Les cas de déblocage anticipé de celle-ci (par exemple, en cas du décès du conjoint/pacsé de l'assuré ;en cas d'invalidité ; en cas de fin de chômage ou 2 ans après révocation d'un mandat social ; en cas de surendettement, en cas pour les non-salariés d'une liquidation judiciaire),
  • Les acteurs portant et gérant ces produits : organismes assureurs (sociétés d'assurance, institutions de prévoyance, mutuelles), sociétés de gestions d'actifs, fonds de pension de retraite supplémentaire (FRPS).

Leur hétérogénéité est telle qu'elle n'a jamais non plus permis – malgré les incitations européennes – une vraie portabilité des droits acquis par l'individu dans un dispositif vers un autre, au gré de son parcours professionnel ou non – et ce alors que toutes ces offres ont pour finalité affichée la constitution d'un complément de revenu au moment de la retraite.

3. Architecture générale nouvelle

La nouvelle architecture posée par le projet de loi PACTE lève beaucoup de ces différences.

A ce stade ne sont pas concernés les PREFON, CRH, COREM et autres contrats du même type.

Les nouveaux dispositifs d'épargne-retraite pourront être proposés indifféremment par les assureurs et les sociétés de gestion d'actifs.

Il y aurait un seul produit individuel : le PERin qui prendrait la succession du PERP et du « Madelin ». Plus qu'un produit individuel, il s'agit en réalité d'un dispositif collectif à adhésion facultative/individuelle, la gouvernance faisant intervenir une association souscriptrice représentant les intérêts des assurés.

Puis cohabiteraient deux produits collectifs. Comprenons par-là deux dispositifs mis en place dans une entreprise pour une collectivité de salariés :

  • Un produit universel pour l'ensemble des salariés (proche donc d'un PERCO)
  • Un produit catégoriel pour une catégorie dite objective de salariés (proche donc des contrats « article 83 »).

4. Un socle et des points communs inscrits dans la loi

Tous ces produits devront obéir à un certain nombre d'éléments communs :

  • Possibilité pour chaque personne de transférer individuellement leur épargne d'un véhicule à un autre et de manière indifférenciée, impliquant des frais de transfert ne pouvant excéder 3% des droits acquis ;
  • Application d'un taux réduit de forfait social sur les versements de l'employeur pour les produits collectifs : inspiré de la règle appliquée au PERCO, le forfait social sera de 16% (au lieu de 20%) si l'épargne est affectée à des investissements comportant une certaine proportion de titres (10%) destinés au financement des PME-ETI ;
  • Un environnement fiscal avantageux est conservé avec une déductibilité à l'impôt sur le revenu des versements volontaires individuels sur tous les produits (y compris PERCO)
  • La gestion financière de l'épargne sera par défaut pilotée par horizons (affectation des versements sur des investissements plus risqués au départ et de moins en moins risqués au fur et à mesure que l'on s'approche du terme)
  • Les cas de déblocage anticipé se voient enrichis pour tous les dispositifs d'un cas prévu pour le PERCO, à savoir l'acquisition de la résidence principale (ne pourront alors être débloquées que les sommes issues des versements volontaires et de l'épargne salariale) ;
  • La sortie en rente restera la règle pour les sommes issues des versements obligatoires ; en revanche, pour tout ce qui correspondra aux versements volontaires et à l'épargne salariale, l'assuré aura le choix entre une sortie en rente ou en capital.

Ce socle commun est inscrit par la loi PACTE dans le chapitre dédié du code monétaire et financier et pour le forfait social dans le code de la sécurité sociale.

5. La feuille de route de l'ordonnance complémentaire à venir sur l'épargne-retraite

Dans les 12 mois de la publication de la loi PACTE, le Gouvernement est habilité à procéder par voie d'ordonnance aux mesures suivantes :

  • Pour les produits collectifs : la gouvernance et les modalités d'association des salariés de l'entreprise aux prises de décision concernant la gestion de l'épargne ; les règles de mise en place au sein de l'entreprise ainsi que les obligations d'information et de conseil dans ce cadre ; les modalités de gestion des droits des salariés en cas de modification de la situation juridique de l'entreprise ; le régime juridique du produit universel concernant l'ensemble des salariés (avec une condition d'ancienneté possible) et en particulier sur l'origine des versements et les actifs éligibles ; la réglementation pour le produit catégoriel sur les catégories éligibles de salariés (aujourd'hui critères prévus à l'article L. 242-1 al. 6 à 8 du code de la sécurité sociale età l'article 83 du code général des impôts), sur l'origine des sommes et les actifs éligibles.
  • Pour le produit individuel : la souscription et la gouvernance par une association et les obligations d'information et de conseil.
  • Pour tous : contraindre les assureurs et autres entités habilitées à établir un cantonnement comptable pour l'affection des engagements d'épargne-retraite qu'ils portent.

Parallèlement ou consécutivement des décrets sont annoncés sur certains points de la loi PACTE évoqués précédemment.

Autant de mesures qui vont mobiliser un grand nombre de textes à modifier qui relèvent du droit du travail, du droit de la sécurité sociale, du droit fiscal, du droit des assurances ou du droit financier.

6. Sort des contrats existants

L'ensemble devrait voir le jour le 1er janvier 2020 au plus tard.

S'il paraît compliqué d'appliquer d'emblée cette réforme aux régimes et contrats existants, il n'est pas interdit qu'une période transitoire soit ouverte pour les dispositifs existants en vue d'une mise en conformité ou d'une transformation sur incitation forte.

Le projet de loi PACTE invite le Gouvernement à définir dans son ordonnance les conditions dans lesquelles les nouvelles mesures sont applicables en tout ou partie aux produits d'épargne retraite existants et aux contrats en cours.

7. Mais encore... sur la retraite...

On ne peut évoquer l'épargne-retraite sans penser à :

  • Un dispositif ancien, souvent malmené par l'image qu'il dégagerait et pourtant si utile et unique dans les entreprises : il s'agit des régimes de retraite à prestations définies dits « article 39 » ;
  • Des acteurs plus récents sur ce marché et qui ne rencontraient pas jusqu'ici un grand succès en France : les « institutions de retraite professionnelle » ou IRP (pour laversion européenne) ou fonds de pension (pour la version moins juridique).

Le projet de loi PACTE se soucie également de leur sort. Ces sujets devant évoluer sur impulsion de directives européennes, c'est donc dans la partie du projet PACTE consacrée à la transposition, l'aménagement et l'adaptation au droit européen qu'on les retrouve.

Pour les régimes de retraite à prestations définies, il est envisagé la transposition de la directive 2014/50/UE du 16 avril 2014 relative aux prescriptions minimales visant à accroître la mobilité des travailleurs dans l'Union européenne. Ce texte devait être transposé avant le 21 mai 2018 dans les Etats membres et prescrit en vue de faciliter cette mobilité, une amélioration de l'acquisition des droits à retraite, ainsi que leur préservation.

Précisons d'ores et déjà que la directive exclut de son champ d'application notamment:

Les régimes qui, à la date d'entrée en vigueur de la directive (donc mai 2014), ont cessé d'accepter de nouveaux affiliés actifs et restent fermés à de nouvelles affiliations ;

Les périodes d'emploi accomplies avant la transposition de la directive.

Une telle transposition en France plaçait évidemment dans la ligne de mire du législateur les régimes dits « à droits aléatoires », c'est-à-dire ceux dont le bénéfice de la rente de retraite promise est lié à la condition d'achèvement de la carrière du salarié ou bénéficiaire (souvent aussi dirigeant ou mandataire social).

Cette condition et l'architecture de ces régimes avaient été créées en son temps par la loi du 21 août 2003sur les retraites, en contrepartie desquelles un environnement social favorable avait été consenti au titre de l'article L. 137-11 du code de la Sécurité sociale. Certes au fil des ans, cet environnement s'est détérioré, alourdissant les engagements des entreprises et les contributions dues par les rentiers.

Par exemple, l'employeur doit verser des contributions sociales aux taux de :

  • 24% des versements lorsque la gestion est externalisée auprès d'un assureur (initialement 6%) / 48%des dotations aux provisions ou des sommes inscrites à l'annexe du bilan, lorsque la gestion en est interne (à l'origine 12%) ;

ou

  • 32% des rentes versées (à l'origine entre 0% et 8% par tranches de rentes).

Mais beaucoup perdurent encore représentant en 2016, 205 000 bénéficiaires pour un encours total de 40 Md€.

Le projet de loi PACTE envisage, en son article 65, d'habiliter le Gouvernement à prendre par voie d'ordonnance dans un délai de 6 moisde la publication de la loi, les mesures suivantes :

  • Interdire de conditionner l'acquisition de droits à retraite à une présence dans l'entreprise sur une durée excédant 3 ans ;
  • Adapter le régime social applicable aux versements de l'entreprise en cohérence avec les autres dispositifs collectifs d'épargne-retraite ;
  • Adapter le régime fiscal et social applicable aux rentes versées ainsi qu'au financement de l'employeur ;
  • Fixer le cadre liant la mise en place de ces régimes à la mise en Suvre d'autres régimes bénéficiant à l'ensemble des salariés ;
  • Pour la prestation, définir des plafonds d'acquisition des droits à retraite versés sous forme de rente, conditionnant le régime fiscal et social qui sera acté ;
  • Pour la prestation encore, permettre et encadrer les modalités reliant le bénéfice de la rente à des conditions liées aux performances professionnelles du bénéficiaire ou à tout autre critère individualisable ;
  • Prendre toute mesure de coordination au sein de 6 codes concernés (assurances, mutualité, sécurité sociale, travail, commerce et code général des impôts).

Des dispositions transitoires seront prévues par cette même ordonnance pour les régimes de retraite à droits aléatoires existants. Autrement dit, une transformation radicale de ces régimes est d'ores et déjà programmée.

Enfin, le projet de loi PACTE clôture le sujet de la retraite supplémentaire en transposant, en son article 67, la directive 2016/2341UE relative aux activités et à la surveillance des IRP et qui révise au niveau européen le cadre d'exercice de ces organismes dédiés à la retraite professionnelle (hors caisses de retraite légale obligatoire) abrogeant notamment la directive originelle 2003/41/CE.

Cette question vise à placer sur le marché de l'épargne-retraite d'autres types d'acteurs que les organismes assureurs.

L'objectif ici est double : procéder à cette transposition mais aussi aménager (déjà !) le cadre des fonds de pension à la française (les FRPS) nés de l'ordonnance du 6 avril 2017.

Aucun à ce jour n'ayant été créé, du fait certainement de nombreuses contraintes réglementaires (et malgré un environnement prudentiel allégé), il s'agit de développer l'activité de ces organismes en simplifiant les règles qui leur sont applicables et favoriser les transferts de portefeuille des assureurs vers ces nouveaux organismes.

Parallèlement, la première tentative en France sur cette activité dédiée de retraite professionnelle (hors cadre assurantiel) par l'ordonnance du 23 mars 2006 relative aux RPS (transposant la directive IRP 2003/41) n'ayant pas non plus été jusqu'au bout de la logique des textes européens, l'ordonnance post-loi PACTE visera à élargir leurs compétences de manière à pouvoir gérer des dispositifs de retraite de manière transfrontalière.

D'ailleurs dans le même esprit, et pour parachever cette construction sur l'épargne-retraite, nous pouvons noter le projet de règlement déposé le 29 juin 2017 par la Commission européenne visant à créer le PEPP (pour « Pan European pension product » ou produit paneuropéen d'épargne-retraite individuelle).

Ce texte à application directe dans les Etats membres (et visé dans l'étude d'impact de la loi PACTE) pose les bases d'un produit qui n'a pas vocation à se substituer à ceux locaux. Il s'agit plus exactement des bases d'un label qui sera apposé par l'EIOPA (autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles) sur des produits d'épargne retraite proposés par des assureurs, des banques, des IRP, des sociétés de gestion. Ils devront respecter le cahier des charges minimal imposé qui comportera notamment une véritable portabilité des droits acquis en retraite si le souscripteur s'établit dans un autre Etat membre. Pour ce qui est du cadre fiscal de ce PEPP, la Commission recommande de ne pas mettre en place un traitement fiscal spécifique : il invite les Etats à appliquer le même traitement fiscal que celui existant pour leurs produits nationaux même si le label PEPP ne remplit pas toutes les conditions nationales posées par leur loi fiscale.

Le projet de règlement a donné lieu à quelques arbitrages et fait l'objet de discussions devant le Parlement européen.

La loi PACTE après certainement des débats riches et nombreux devant l'Assemblée nationale et le Sénat n'en apportera pas moins une véritable avancée sur l'épargne-retraite.

Voici pour les acteurs de l'épargne-retraite de très beaux chantiers qui leur permettront aussi de mettre en application les préceptes de la directive sur la distribution en assurance transposée il y a peu par ordonnance (dont l'entrée en vigueur est prévue pour le 1er octobre 2018).

Voici pour les entreprises et employeurs des mécanismes nouveaux de rémunération différée pour leurs salariés et combinables avec les dispositifs d'épargne salariale. Etvoici certainement une période de réflexion et transformation pour les entreprises qui avaient déjà mis en place des dispositifs d'épargne-retraite.

Voilà enfin pour les individus (salariés ou non) un paysage plus lisible et attractif sur l'épargne –retraite, et surtout plus en adéquation avec toutes les étapes de leur vie, professionnelle ou non.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
Some comments from our readers…
“The articles are extremely timely and highly applicable”
“I often find critical information not available elsewhere”
“As in-house counsel, Mondaq’s service is of great value”

Related Topics
 
Related Articles
 
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions