France: Insurance Alert - Et DDA Fut Transposée

Premières réactions à la lecture de l'ordonnance de transposition

C'est peu dire que le texte de transposition de la directive DDA était attendu, au point que l'on est en droit de se demander s'il n'est pas quelque peu tardif au regard des travaux informatiques mis en Suvre depuis plusieurs mois par les professionnels sur la place pour s'y conformer.

Il a (enfin) été publié au JO du 17 mai 2017 (JORF n°0112 du 17 mai 2018, n°29, Ordonnance n° 2018-361 du 16 mai 2018 relative à la distribution d'assurances, n° ECOT1734966R).

C'est un texte majeur qui nécessitera évidemment une analyse approfondie de chacune de ses dispositions.

Concentrons-nous sur l'un des aspects les plus importants de la directive DDA : l'obligation (ou non) faite au distributeur de produits d'assurance-vie et de capitalisation de fournir un conseil et, pour ce faire, de connaître son client.

A l'identique de ce que prévoit déjà le corpus MIF, la directive DDA prévoit, pour les produits d'assurance-vie et de capitalisation, un système à « deux étages » :

Une distribution sans conseil assortie de l'obligation faite au distributeur de s'assurer du caractère simplement « approprié » (« appropriate ») du produit d'assurance-vie qui est commercialisé (article 30.2 de la directive).

Une distribution avec conseil, assortie dans ce cas de l'obligation de s'assurer que le produit conseillé (« recommandé » dit le texte de la directive) est « adapté » (« suitable ») (article 30.1 de la directive).

Autrement dit, dans le deux cas, la directive prévoit un contrôle de pertinence du produit distribué, plus ou moins contraignant, au regard de la situation personnelle du client.

La différence pour la directive tient au nombre de critères devant être vérifiés par le distributeur : (i) en cas de contrôle du caractère « approprié », le distributeur s'enquiert de la connaissance et de l'expérience du client (article 30.2) ; (ii) en cas de contrôle du caractère « adapté », il s'enquiert, en outre, de sa situation financière (y compris de sa capacité à subir des pertes) et de ses objectifs d'investissement (y compris de sa tolérance au risque) (article 30.1 de la directive).

On le sait, le droit français ne s'embarrassait pas de ces distinctions et prévoyait, aux termes de l'une des dispositions sans doute les plus célèbre du Code des assurances (feu article L.132-27-1) que le conseil était obligatoire, qu'il devait faire suite à une analyse de la situation du client et, qu'à la lueur de cette analyse, il devait être motivé par écrit1.

Et l'instruction ACPR 2013-R-01 (complétée de son annexe 2016 relative aux souscriptions en ligne) donnait le « guide pratique » de respect de cette obligation, c'est-à-dire des questions qui devaient être posées et de l'usage que l'établissement devait faire des réponses pour « profiler » (pour reprendre le terme opérationnel) le client.

Il faudra apprendre à vivre sans l'article L.132-27-1 du Code des assurances, qui est abrogé.

Ce n'est toutefois que pour mieux renaître sous la lettre d'un nouvel article L.522-5, qui connaîtra la même postérité.

Quelles sont les modifications ?

Elles sont assez importantes.

Le texte de transposition avait deux options. Il aurait pu reprendre à l'identique la structure à « deux étages » de la directive ((i) avec conseil / test d'adéquation ou (ii) sans conseil / test du caractère approprié). A l'inverse, il aurait pu aller au-delà des exigences européennes en imposant une distribution avec conseil et test d'adéquation.

La seconde option avait été envisagée et a (in extremis semble-t-il) été abandonnée.

C'est une voie médiane qui a été choisie.

Le raffinement apporté au texte européen est, cet égard, byzantin.

En substance, le Code des assurances, maintient l'obligation de conseil dans tous les cas. Sur ce point, rien ne change et l'ordonnance s'écarte de la directive sur ce point.

En revanche, le droit français conserve le mécanisme à « deux étages » de la directive européenne, mais en l'adaptant pour tenter de le concilier avec le droit français.

Le texte le fait en établissant deux catégories de conseil :

Un conseil qui serait « standard », pour lequel un simple test du caractère « approprié » sera effectué et qui devra conduire le distributeur à déterminer si le produit est « cohérent » pour le client. Il ne s'agira pas ici de comparer différents contrats et d'en sélectionner le meilleur, mais simplement de s'assurer que le contrat proposé au client est compatible, pourrait-on dire, avec ses besoins et exigences ;

Un conseil plus sophistiqué, « personnalisé » (ce qui d'ailleurs laisserait entendre que le premier ne l'est pas, alors que ce n'est pas si évident), qui est soumis au test plus complet du caractère « adapté ». Ce conseil conduira le distributeur à « expliquer en quoi, parmi différents contrats ou différentes options d'investissement au sein d'un contrat, un ou plusieurs contrats ou options sont plus adéquats à ses exigences et besoins et en particulier plus adaptés ». En clair, il s'agit d'aller plus loin que le simple contrôle de cohérence et d'identifier parmi une gamme de contrats, celui qui convient le mieux à la situation du client.

En définitive, coexistent un conseil générique, standard, de « cohérence » pour reprendre le texte de l'ordonnance et un conseil amélioré, « personnalisé » qui résulte d'un travail de comparaison. Le même raisonnement avait été utilisé lorsque le législateur avait modifié le régime des IOBSP, c'est-à-dire des apporteurs d'affaires bancaires, à la suite de la transposition de la directive relative au crédit immobilier et hypothécaire.

La rédaction du texte n'est pas toujours satisfaisante, à plusieurs égards :

D'un point de vue strictement juridique, l'architecture du texte est contestable. Il divise en effet une même obligation (le conseil, en droit un « louage d'ouvrage »), à partir d'éléments préparatoires à la fourniture de cette obligation (i.e. le caractère plus ou moins étendu du questionnaire de connaissance clients et le travail de comparaison qui précède le conseil).

C'est la conséquence de ce qui précède, d'un point de vue pratique – et notamment en cas d'actions contentieuses – cette division posera probablement des difficultés. Qui pourra dire s'il s'agit d'un conseil standard (de cohérence) ou personnalisé lorsque la lettre de mission sera silencieuse sur ce point ?

A cela, le distributeur pourra soutenir qu'il n'a fait qu'un test du caractère approprié et non du caractère adapté, preuve (selon lui) qu'il était soumis au régime du conseil standard, ce à quoi l'investisseur ne manquera pas de répondre que le distributeur disposait de ses éléments mais qu'il n'en a rien fait ou qu'il aurait dû les lui demander.

De même, toujours en cas de contentieux, qu'est ce qui délimitera concrètement l'incohérence du produit de son caractère inadapté ? Les actions contentieuses sont introduites à la suite d'une surpondération de produits en UC exposées aux marchés volatils et à la baisse de leur valeur. Peut-on vraiment garantir que le distributeur pourra s'absoudre de toute responsabilité en cas de baisse du portefeuille, au prétexte qu'il était tenu à un simple contrôle de « cohérence », et qu'il donc n'était pas tenu de sonder l'appétence de son client aux risques et aux pertes ? Pourtant il savait (ou devait savoir) que son client ne disposait pas de revenus importants et recherchait un objectif de gestion prudente, puisqu'il doit recueillir ces données au titre du conseil sur la cohérence du produit.

Un travail de contractualisation important devra être effectué par les distributeurs pour indiquer clairement en quoi consiste le conseil sur la cohérence du produit.

Un avocat, dont le quotidien est de conseiller ses clients, pourrait dire que la notion de conseil est unique et non pas duale : un conseil est bon ou il est mauvais. Certes, il est possible de délimiter le périmètre de l'objet conseil, comme le fait l'ordonnance (cohérence Vs caractère adapté), sans que cela ne puisse toutefois affecter la substance même de l'obligation.

D'un point de vue terminologique, pourquoi utiliser cette inutile périphrase :« lorsqu'un service de recommandation personnalisée est fourni, [...] ce service consiste à lui expliquer en quoi, parmi différents contrats ou différentes options d'investissement au sein d'un contrat, un ou plusieurs contrats ou options sont plus adéquats à ses exigences et besoins et en particulier plus adaptés à sa tolérance aux risques et à sa capacité à subir des pertes »). Le cSur de cette obligation est simplement de s'assurer que le produit recommandé est adapté et non de lui « expliquer » cette adéquation (« motivation », comme l'indiquait plus justement le texte précédent), laquelle explication est secondaire et n'est que la conséquence du test d'adéquation. C'est compliquer inutilement le texte.

Plus généralement, l'on peut s'interroger sur la conformité de ce texte de transposition à certaines dispositions du règlement délégué de la directive DDA (qui lui est supérieure dans la hiérarchie des normes). A titre d'illustration l'ordonnance de transposition prévoit que lorsque le client ne fournit pas des informations nécessaires, qu'il s'agisse du test simple du caractère approprié ou plus étendu du caractère adapté, il le met en garde. Le règlement délégué va plus loin en interdisant au distributeur qui fournit un service de conseil personnalisé et qui donc effectue un test d'adéquation de poursuivre la commercialisation (article 9.5 du Règlement délégué 2017/2359 du 21 septembre 2017).

En réalité, l'explication réside probablement d'une part, dans la volonté politique de conserver un conseil obligatoire dans toutes les situations et, d'autre part, dans le souhait de prendre en compte la jurisprudence de la Cour de cassation qui met systématiquement un devoir de conseil à la charge de l'intermédiaire. Autrement dit, il s'agissait de concilier à la fois le devoir prétorien de conseil (qui, semblerait-il, prendrait désormais la forme du contrôle de cohérence introduit par l'ordonnance) et la nouvelle obligation légale de conseil personnalisé.

L'objectif sur ce point n'est pas totalement atteint. En effet, le test de cohérence introduit par l'ordonnance n'est pas strictement identique au devoir de conseil imposé par la jurisprudence, qui va parfois plus loin (à titre d'illustration, et au visa de l'article 1147 du Code civil, Cass. 2ème civ., 8 décembre 2016, n° 14-29729).

*

On ne peut que regretter le fossé qui continue à se creuser entre l'inutile sophistication de ces textes, à la fois pour les tribunaux civils qui vont devoir les appliquer (et vivre avec deux catégories d'une même obligation de conseil) et les intermédiaires charger de les mettre en Suvre.

Footnotes

1 « Avant la conclusion d'un contrat d'assurance [...] l'entreprise précise les exigences et les besoins exprimés par le souscripteur ou l'adhérent ainsi que les raisons qui motivent le conseil fourni quant à un contrat déterminé. Ces précisions, qui reposent en particulier sur les éléments d'information communiqués par le souscripteur ou l'adhérent concernant sa situation financière et ses objectifs de souscription, sont adaptées à la complexité du contrat [...] ».

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
Some comments from our readers…
“The articles are extremely timely and highly applicable”
“I often find critical information not available elsewhere”
“As in-house counsel, Mondaq’s service is of great value”

Related Topics
 
Related Articles
 
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions