France: Volet 1 : La loi Sapin II sous le prisme du droit social - Le nouveau statut protecteur du lanceur d'alerte

Last Updated: 17 March 2017
Article by Laurence Dumure Lambert

Le contexte de la mise en place d'un statut protecteur des lanceurs d'alerte

Irène Frachon, pneumologue, a révélé par ses travaux le scandale du Médiator. "John Doe" a transmis des documents permettant la révélation des "Panama Papers".  Antoine Deltour et Raphaël Halet ont, quant à eux, publié les "rescrits fiscaux" à l'origine de l'affaire dite "Luxleaks". 

Tous ont pour point commun d'avoir lancé l'alerte afin de révéler des scandales.

Au regard de la sensibilité et souvent même de la confidentialité des informations divulguées, il est apparu nécessaire d'organiser la protection des lanceurs d'alerte qui ne doivent pas souffrir pour les risques pris au nom de l'intérêt général, selon  Michel Sapin, ministre de l'économie et des finances.

Ces dernières années, et plus particulièrement depuis 2007, la procédure d'alerte a connu une période de croissance et de développements rapides.

La mise en place d'un dispositif d'alerte professionnelle semble avoir été imposée originairement par le droit fédéral des Etats-Unis puis avec la loi "Sarbanes-Oxley Act" (dite loi SOX) votée en 2002. L'idée a été d'intégrer les salariés dans la gouvernance de l'entreprise et de les protéger en leur garantissant l'anonymat lorsqu'ils dénoncent des pratiques comptables ou financières illégales.

La quasi-totalité des grandes entreprises françaises s'est aujourd'hui dotée de dispositifs d'alerte professionnelle. Les statistiques de la CNIL montrent que dès 2006, près de cinq cents entreprises avaient effectué une déclaration de mise en place de dispositifs d'alerte ; il s'agissait alors essentiellement de filiales de sociétés américaines soumises à la loi SOX. Depuis lors, le mouvement s'est étendu au-delà des seules entreprises relevant du champ d'application de la législation américaine et les grandes entreprises publiques (La Poste, SNCF, Areva, etc.) se sont aussi dotées de dispositifs d'alerte professionnelle.

Dès l'origine, l'alerte a eu pour fonction première de prévenir les risques potentiels encourus par l'entreprise, et notamment ceux susceptibles d'engager sa responsabilité civile et pénale. Ces risques consistaient principalement dans la fraude comptable, la corruption, le détournement d'actifs, et plus généralement toutes les malversations qui sont contraires à la loi et aux valeurs de l'entreprise qui les exprime. Son implantation passait par l'installation d'une "ligne éthique" ou d'une adresse e-mail à la disposition des salariés souhaitant signaler des faits répréhensibles dont ils étaient témoins.

Le dispositif législatif et jurisprudentiel assurant la protection des lanceurs d'alerte

Les systèmes d'alerte progressivement mis en place avaient donné lieu à un empilement de dispositions législatives, instituant :

  • Un droit d'alerte et de retrait des salariés (posé par la loi n°82-1097 du 23 décembre 1982 ; art. L. 4131-1 et L. 4131-3 C. trav.) ;
  • Un droit d'alerte du CHSCT (en cas de danger grave et imminent – art. L. 4131-2 C. trav.) et des délégués du personnel (en cas d'atteinte aux droits des personnes, à leur santé physique et mentale ou aux libertés individuelles – art. L. 2313-2 C. trav.).

De nombreuses lois sont intervenues en la matière :

  • Au cours des années 2000, de nombreuses grandes entreprises françaises ont été conduites à se doter de dispositifs d'alerte professionnelle en matière comptable et financière, sous l'influence de législations étrangères à portée extraterritoriale ;
  • En 2002, dans le cadre du renforcement de la lutte contre la maltraitance et les abus sexuels contre les enfants et les adultes vulnérables, le législateur a prévu une procédure juridique de protection des personnes qui procèdent à de tels signalements ;
  • En 2007, le législateur est intervenu pour adopter des dispositions protégeant les salariés signalant des faits de corruption, par le biais de la nullité de toute rupture du contrat de travail liée à ce signalement (art. L. 1161-1 C. trav.);
  • La protection des lanceurs d'alerte en matière de risques graves pour la santé publique et l'environnement a, quant à elle, fait l'objet de deux lois en 2011 et en 2013 ;
  • Des dispositions spécifiques ont été posées par la loi du 11 octobre 2013 relative à la transparence de la vie publique, instituant une protection des lanceurs d'alerte signalant des situations de conflits d'intérêts ;
  • La loi du 6 décembre 2013 relative à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière a, quant à elle, imposé une protection générale des lanceurs d'alerte signalant des faits constitutifs d'une infraction pénale (art. L. 1132-3-3 C. trav.) ;
  • Enfin, la loi du 24 juillet 2015 relative au renseignement a prévu une protection spécifique pour les agents des services de renseignement signalant des faits susceptibles de constituer une violation manifeste de la loi.

La jurisprudence de la Cour de cassation a également un rôle supplétif mais important, dès lors qu'elle est intervenue pour pallier l'absence de cadre législatif général sur l'alerte éthique en entreprise.

Elle a ainsi jugé à partir de 2013 que toute mesure ou sanction prise par l'employeur et visant à sanctionner le salarié parce qu'il avait engagé une action en justice, le concernant directement ou concernant l'un de ses collègues, devait être annulée en ce qu'elle porte atteinte à une liberté fondamentale : le droit d'agir en justice (Cass. Soc. 6 février 2013, n°11-11740).

Par ailleurs, la Cour de cassation protège de façon effective le droit du lanceur d'alerte de dénoncer des agissements illégaux sur le fondement de l'article 10§1 de la CEDH (Cass. Soc. 30 juin 2016, n°15-10557 : est frappé de nullité le licenciement prononcé à l'encontre d'un salarié ayant relaté de bonne foi des faits dont il a eu connaissance dans l'exercice de ses fonctions et qui, s'ils étaient établis, seraient de nature à caractériser des infractions pénales).

Dernièrement, la loi n°2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, dite Loi Sapin II, a conféré un véritable statut aux lanceurs d'alerte, dans le but de leur garantir une protection efficace et d'imposer de nouvelles obligations aux entreprises, qui devront désormais se doter de canaux internes de signalement.

Le 8 décembre 2016, la Conseil constitutionnel a validé les dispositions de la loi Sapin II. Cependant, le Conseil a précisé que le champ d'application du dispositif mis en place se limitait aux lanceurs d'alerte procédant à un signalement visant l'organisme qui les emploie ou l'organisme auquel ils apportent leur collaboration dans un cadre professionnel. Ainsi, la loi Sapin II trouve à s'appliquer uniquement aux lanceurs d'alerte "internes". 

Qui est considéré comme lanceur d'alerte ?

L'article 6 de la loi Sapin II définit le lanceur d'alerte comme toute personne physique qui révèle ou signale :

  • un crime ou un délit ;
  • une violation grave et manifeste d'un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France ou d'un acte unilatéral d'une organisation internationale pris sur le fondement d'un tel engagement ,et des dispositions législatives et règlementaires ;
  • une menace ou un préjudice graves pour l'intérêt général.

Sont toutefois exclus du droit d'alerte toute information ou tout document relevant du secret de la défense nationale, du secret médical ou du secret des relations entre un avocat et son client.

Le lanceur d'alerte doit avoir eu personnellement connaissance des faits allégués, ce qui exclut toute déduction ou supputation de sa part, et doit agir de manière désintéressée et de bonne foi, pour la défense de l'intérêt général et non pour son propre compte. Egalement le lanceur d'alerte ne doit pas chercher à nuire, sous peine de tomber dans la dénonciation calomnieuse.

Sont exclus de cette qualification les journalistes, les victimes du trouble dénoncé, les témoins appelés à comparaitre devant une juridiction ou interrogés dans le cadre d'une enquête, ainsi que les agents publics dénonçant des faits dont ils ont eu connaissance au cours de leurs fonctions (Rapp. Sén. n°712, pages 47 et 48).

Le signalement d'une alerte a trouvé sa justification et sa protection dans le droit fondamental qu'est la liberté d'expression. La seule limite a toujours été et reste l'abus ; elle est franchie lorsque les critiques du salarié sont injurieuses, diffamatoires ou excessives (not. Cass. Soc. 10 novembre 2009, n°08-43065). Il en va de même lorsque le salarié est de mauvaise foi (not. Cass. Soc. 12 juillet 2006 n°04-41075). Il appartient alors à l'employeur de prouver que la dénonciation était mensongère (not. Cass. Soc. 30 octobre 2007) et que le donneur d'alerte le savait (intention de nuire) ou aurait dû le savoir (légèreté blâmable).

Il est toutefois regrettable que la loi Sapin II ne précise pas si le signalement d'une alerte constitue une obligation ou une faculté pour le témoin d'un acte répréhensible. En effet, selon les dispositions existantes, l'alerte est tantôt une obligation, tantôt une simple faculté.

L'article 40 du Code de procédure pénale impose de longue date aux agents publics de signaler les crimes et délits dont ils ont connaissance dans l'exercice de leurs fonctions. De même, en matière de santé et sécurité au travail, l'article L. 4131-1 du Code du travail impose au salarié témoin d'une situation pouvant présenter un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé d'alerter immédiatement l'employeur. De manière plus générale, il incombe à tout citoyen de dénoncer tout crime ou délit dont il aurait connaissance (art. 434-1 s. C. pén.).

De même, une obligation de dénonciation est imposée à l'employeur, depuis le 1er janvier 2017, en matière d'infraction à la sécurité routière commise avec un véhicule de l'entreprise par l'un de ses salariés (art. L. 121-6 C. route).

A l'inverse, cette précision relative au caractère obligatoire ou facultatif de l'alerte ne figure pas dans la plupart des autres dispositions législatives récentes se focalisant sur la protection des lanceurs d'alerte, et notamment la loi Sapin II. Dans le silence des textes, il s'agit donc d'une simple faculté. Ceci rejoint par ailleurs les prescriptions de la CNIL en matière d'alerte professionnelle, selon lesquelles celle-ci doit être facultative et non obligatoire (Art. 8 délibération 2005-305 du 8 décembre 2005 CNIL).

L'article 9 de la loi Sapin II prévoit par ailleurs une "stricte confidentialité de l'identité des auteurs du signalement, des personnes visées par celui-ci et des informations recueillies par l'ensemble des destinataires du signalement". Ainsi, les éléments de nature à identifier le lanceur d'alerte ne pourront être divulgués qu'avec le consentement de celui-ci. De même, l'identité de la personne mise en cause par un signalement ne pourra pas être divulguée, sauf à l'autorité judiciaire et seulement lorsque le caractère fondé de l'alerte sera établi.

Quelle procédure ?

Conformément aux recommandations du Conseil d'Etat dans son rapport en date du 25 février 2016 (Le droit d'alerte : signaler, traiter, protéger) et à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH, 12 février 2008, Guja c/ Moldova, n°14277/04, confirmé par CEDH, 21 juillet 2011, Heinisch c/ Allemagne, n°28274/08), une procédure de signalement graduée, composée de trois niveaux, est instaurée.  

L'alerte doit être signalée :

  • en premier lieu, au supérieur hiérarchique ou à un référent désigné par lui ;
  • si aucune suite n'est donnée par celui-ci dans un délai raisonnable, auprès de l'autorité judiciaire ou administrative ou aux ordres professionnels ;
  •  si l'information ne reçoit toujours pas de traitement, à l'opinion publique.

Ainsi, un apport majeur de la loi Sapin II est la possibilité offerte au salarié souhaitant dénoncer des faits répréhensibles au sein de son entreprise d'agir seul, en s'adressant directement à son supérieur hiérarchique. Le recours aux institutions représentatives du personnel n'est donc plus nécessaire – alors même que le Code du travail prévoit un droit d'alerte en association avec les délégués du personnel ou les membres du CHSCT.

Par ailleurs, la loi Sapin II prévoit la possibilité de saisir le Défenseur des droits pour relayer l'alerte, une fois signalée en interne mais restée sans réponse de la part de l'employeur. Ainsi, toute personne peut adresser son signalement à cette Autorité afin d'être orientée vers l'organisme approprié. Le Défenseur des droits n'aura donc pas vocation à traiter de l'alerte, mais à orienter le lanceur d'alerte afin d'assurer le meilleur traitement à l'alerte. 

En pratique : 

La loi Sapin II prévoit que toutes les entreprises de plus de 50 salariés devront établir des procédures appropriées de recueil des signalements émis par les membres de leur personnel ou par des collaborateurs extérieurs et occasionnels. 

Toutefois, la loi Sapin II est très peu claire sur la manière de mettre en Suvre une telle obligation.

Il est donc recommandé, en pratique, de mettre en Suvre une procédure d'alerte qui repose sur deux exigences, à savoir :

-  assurer la confidentialité du lanceur d'alerte et de la personne visée par l'alerte ;

- prévoir un parcours de signalement sécurisé afin que l'alerte soit redirigée vers les organes compétents. 

Enfin, la loi Sapin II permet un encadrement global de l'alerte ; la définition du lanceur d'alerte et la procédure de signalement visent l'ensemble des alertes pouvant être mises en Suvre sur le lieu de travail, qu'elles soient relatives à la corruption, à la santé/sécurité au travail ou à des situations de discrimination ou de harcèlement.

Quelle protection pour le lanceur d'alerte ?

L'une des particularités de la loi Sapin II est de garantir aux lanceurs d'alerte une protection, justifiée par la sensibilité des informations transmises.

Ainsi, le lanceur d'alerte sera soumis au principe d'irresponsabilité pénale en cas de divulgation d'un secret protégé par la loi, dès lors que la divulgation est nécessaire et proportionnée à la sauvegarde des intérêts en cause et respecte la procédure de signalement.

Le lanceur d'alerte bénéficie également d'une protection contre les représailles professionnelles par le biais :

  • d'une interdiction de mesures de rétorsion : il ne pourra être écarté d'une mesure de recrutement, de l'accès à un stage ou à une période de formation professionnelle, ni être licencié ou sanctionné au titre du signalement de l'alerte ;
  • de l'aménagement de la charge de la preuve en cas de litige – le lanceur d'alerte devra présenter des éléments de faits qui permettent de présumer qu'il est à l'origine d'une alerte ;
  • de la possibilité de saisir le conseil de prud'hommes en référé en cas de licenciement consécutif au signalement d'une alerte.

Quelles sanctions ?

La loi Sapin II prévoit d'assurer l'effectivité de ses dispositions, par le biais des moyens suivants :

  • La création d'un délit d'entrave à l'alerte, puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 €
  • Le renforcement de la sanction encourue en cas de plainte abusive pour diffamation déposée contre le lanceur d'alerte, s'élevant désormais à 30 000 € (au lieu de 15 000€)
  • La possibilité de prononcer des sanctions disciplinaires, pouvant aller jusqu'au licenciement pour faute, à l'encontre des personnes qui sont à l'origine d'alertes abusives, c'est-à-dire qui signalent des faits dont ils savent qu'ils sont totalement ou partiellement inexacts.

La loi ne prévoit pas de sanction dans le cas où le salarié ne respecterait pas la procédure de signalement en 3 étapes. Le conseil des ministres du Conseil de l'Europe a toutefois indiqué dans sa recommandation du 30 avril 2014 que "le fait que le lanceur d'alerte ait révélé des informations au public sans avoir eu recours au système de signalement interne mis en place par l'employeur peut être pris en considération lorsqu'il s'agit de décider du niveau de protection à accorder au lanceur d'alerte".

Une telle disposition pourrait ainsi être transposée au lanceur d'alerte qui ne respecterait pas la procédure imposée par la loi Sapin II et qui perdrait alors la protection conférée par cette dernière.

En conclusion, quel apport de la loi Sapin II ?

En conférant à la fois un statut et une protection au lanceur d'alerte, l'alerte telle qu'organisée par la loi Sapin II apparaît être un instrument juridique complémentaire de la législation déjà existante.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
Some comments from our readers…
“The articles are extremely timely and highly applicable”
“I often find critical information not available elsewhere”
“As in-house counsel, Mondaq’s service is of great value”

Related Topics
 
Related Articles
 
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions