France: Droit Public De L'économie HEBDO N°102

Last Updated: 4 February 2016
Article by Philippe Delelis and Nicholas Brice

EDITORIAL

AMAZING GRACE

Le droit de grâce que vient d'exercer le Président de la République à l'égard de Mme Sauvage est étrange à plus d'un titre. Sans que l'on porte ici un quelconque jugement sur le bien fondé de la décision, il faut d'abord relever que le débat qui l'a précédée, consistant à opposer les droits des femmes et le droit pénal, était plus que surréaliste. Il suffit de remplacer « femmes » par « hommes » (ce que la parité exige) pour s'en apercevoir. On verra donc si, un jour, un homme battu pourra bénéficier de la même clémence après une semblable incartade à la légitime défense. Ensuite, reprocher au secrétariat d'Etat aux droits des femmes de ne pas s'être engagé dans le soutien du recours en grâce n'avait pas davantage de sens. Entre la justice et le Président, cette administration n'avait aucun rôle à jouer. Il est vrai que, de nos jours, on est habitué à voir des ministres donner des conseils publics au Chef de l'Etat, mais quand on rencontre un responsable ministériel respectueux des institutions, on ne peut manquer de l'approuver. Enfin, la composante la plus étonnante du droit de grâce présidentiel est la mise à l'écart de la justice. En effet, quoiqu'en dise le communiqué officiel, il s'agit bien, pour le chef de l'exécutif, de se substituer à la justice. Pas complètement, puisque le crime demeure ; pas totalement, puisque l'intégralité de la peine n'est pas effacée. Mais tout de même, il s'agit bien de corriger la justice. D'ailleurs, quand autrefois le Président refusait les recours en grâce alors que la peine de mort avait été prononcée, il décidait « de laisser la justice suivre son cours » (autrement dit : Couic !). A contrario, lorsque le Président accorde sa grâce, il décide nécessairement que la justice ne doit pas suivre son cours. La survivance de ce vieux pouvoir monarchique est étrange, d'autant que, paradoxalement, il est devenu plus discrétionnaire encore avec l'interdiction des grâces collectives intervenue en 2008. Les années 90 avaient vu des flopées de libérations anticipées décidées par les présidents Mitterrand puis Chirac dans la ferveur du 14 juillet et pour la gestion optimisée de la surpopulation carcérale. Maintenant que la grâce est redevenue strictement individuelle, le poids des circonstances est devenu essentiel. Mais là aussi, on est troublé : imagine-t-on une pétition influencer un jury de cour d'assises ? Le pétitionnaire aurait sûrement quelques comptes à rendre. Envisage-t-on des parlementaires de tout bord se liguer pour faire pencher le fléau de la balance ? Ou bien une campagne de presse gigantesque à la veille d'un délibéré ? Pas davantage. Mais dans le cadre du recours en grâce, par contre, tout est possible. De telles manoeuvres sont quelquefois légitimes : il n'y aurait sans doute pas eu de grâce puis de réhabilitation du Capitaine Dreyfus sans campagne de presse. Mais il s'agissait d'une erreur judiciaire découlant de faits inexacts et frauduleusement constitués. Rien de tel ici.
C'était la semaine de la justice et de la grâce. Peu de temps avant la décision présidentielle, la Garde des Sceaux quittait la place Vendôme en vélo. Mais là, c'était seulement un instant de grâce.

SOURCES

JURISPRUDENCE

Contentieux - office du juge du référé précontractuel. A L'occasion d'un référé précontractuel contre un marché passé par la communauté intercommunale des villes solidaires, la société évincée saisit le juge des référés administratif tribunal administratif de la Réunion d'un référé précontractuel et soulève un moyen relatif à l'erreur d'appréciation du pouvoir adjudicateur au regard du critère de « cohérence entre la décomposition du prix global et forfaitaire et la note méthodologique du candidat ». Le juge de première instance annule la procédure sur ce fondement en retenant que le pouvoir adjudicateur avait « apporté des corrections injustifiées au décompte des emplois que la société entendait affecter à l'exécution du marché » pour apprécier défavorablement l'offre de la requérante. Le Conseil d'Etat, saisi d'un pourvoi en cassation, rappelle qu'il n'appartient pas au juge des référés de « se prononcer sur l'appréciation portée sur la valeur d'une offre ou les mérites respectifs des différentes offres » mais qu'il lui incombe « lorsqu'il est saisi d'un moyen en ce sens, de vérifier que le pouvoir adjudicateur n'a pas dénaturé le contenu d'une offre en en méconnaissant ou en en altérant manifestement les termes et procédé ainsi à la sélection de l'attributaire du contrat en méconnaissance du principe fondamental d'égalité de traitement des candidats ». Au cas d'espèce, il relève que le juge des référés ne s'est pas borné à vérifier que pouvoir adjudicateur n'avait pas dénaturé le contenu de l'offre de la société, mais s'est prononcé sur l'appréciation portée par le pouvoir adjudicateur sur la valeur de cette offre et il annule l'ordonnance attaquée (CE, 20 janv. 2016, Société Derichebourg Polyurbaine, n° 394133, fiché B au recueil Lebon).

Redevance d'occupation du domaine public. Mme B... est débouté par le tribunal administratif de Nice de sa demande tendant à l'annulation des stipulations de la convention d'occupation du domaine public conclue avec la commune de Nice relatives au calcul de la redevance due. La Cour administrative d'appel de Marseille confirme le jugement en rappelant, d'une part, que le juge du contrat saisi par une partie d'un litige relatif à une mesure d'exécution d'un contrat « peut seulement, en principe, rechercher si cette mesure est intervenue dans des conditions de nature à ouvrir droit à indemnité » et, d'autre part, que la clause fixant la redevance due à raison de l'occupation du domaine public revêt « un caractère déterminant pour les parties à la convention, est indivisible du reste du contrat et ne saurait être annulée de façon isolée. » (CAA Marseille, 12 janvier 2016, Mme B., n° 14MA00644).

Exigence de loyauté des relations contractuelles. Le cabinet Christian Noël Conseils a mis en relation le centre hospitalier de Bourges avec un acheteur de chaudières mais suite à l'opération de vente avec l'acheteur le centre hospitalier a refusé de régler la note d'honoraires du cabinet pour son activité d'intermédiation. Suite à sa condamnation en première instance elle interjette appel et soutient qu'aucun contrat n'a pu être valablement conclu avec le cabinet Noël Conseils. La Cour administrative d'appel rappelle  que « lorsque les parties soumettent au juge un litige relatif à l'exécution du contrat qui les lie, il incombe en principe à celui-ci, eu égard à l'exigence de loyauté des relations contractuelles, de faire application du contrat ; que, toutefois, dans le cas seulement où il constate une irrégularité invoquée par une partie ou relevée d'office par lui, tenant au caractère illicite du contenu du contrat ou à un vice d'une particulière gravité relatif notamment aux conditions dans lesquelles les parties ont donné leur consentement, il doit écarter le contrat et ne peut régler le litige sur le terrain contractuel. » Elle relève ensuite qu'un courrier du cabinet Christian Noël Conseils présentait une offre précise et ferme au centre hospitalier, qu'un contrat avait bien été conclu et elle rejette l'appel du centre hospitalier (CAA Nantes, 22 décembre 2015, centre hospitalier de Bourges, n° 14NT00289).

PARLEMENT

Projet de loi pour une République numérique. Les députés ont adopté le 26 janvier 2016, en première lecture, le projet de loi pour une République numérique. Au titre de ce texte, on peut noter que les administrations de plus de 250 salariés devront rendre spontanément publics leurs documents et leurs données sur internet et qu'il sera établi une liste noire des administrations refusant de communiquer des documents administratifs malgré l'avis favorable de la CADA.

GOUVERNEMENT

Relations des collectivités territoriales avec l'Etat.  Le décret n° 2016-19 du 14 janvier 2016 facilite la saisine du Conseil national d'évaluation des normes (CNEN) par les collectivités territoriales. Chaque collectivité dispose désormais d'un droit individuel à saisir le Conseil d'une demande qui devra être motivée et comporter l'indication de la norme dont l'évaluation est demandée. La collectivité pourra également formuler des propositions de réforme à l'occasion de cette saisine.

Obligations des maîtres d'ouvrage et des donneurs d'ordre. Le décret n° 2016-27 du 19 janvier 2016 renforce les obligations des maîtres d'ouvrage et des donneurs d'ordre faisant appel aux services de prestataires établis hors de France et détachant des salariés en imposant l'établissement d'une déclaration préalable à ce détachement. Il renforce également leur responsabilité en matière de paiement des salariés.

PRATIQUE

BIBLIOGRAPHIE

M. Ubaud-Bergeron, Droit des contrats administratifs, LexisNexis 2015, 483 p., 38 €

Le Manuel que le Professeur Ubaud-Bergeron a fait paraître en fin d'année dernière vient utilement compléter la boîte à outils des praticiens des contrats publics. La matière est si foisonnante qu'il est régulièrement nécessaire de revenir à l'essentiel et de consulter la doctrine – la vraie, celle qui voit clair. Nos vieux grimoires, que nous continuons à consulter avec respect en veillant à ce que leurs pages jaunies ne restent pas trop longtemps exposées à la lumière du jour, sont utilement complétées depuis une quinzaine d'années environ, par les ouvrages d'universitaires prenant en compte non seulement les espèces à l'origine des théories mais aussi et surtout les applications concrètes de leurs écrits. L'ouvrage de Mme Ubaud-Bergeron est de ceux-là : il est clair et il va à l'essentiel sans sacrifier pour autant la rigueur du propos. Divisé en quatre parties logiques (définitions / passation / exécution / contentieux), il comporte des développements relativement courts, annoncés par des titres « noyés », illustrés par des extraits d'arrêts ou de textes, enrichis de brèves mais précises « discussions » sur les sujets d'actualité (conventions domaniales et commande publique, déontologie de l'achat public, etc.) ou les questions qui structurent la matière depuis les origines (déséquilibre du contrat administratif, police administrative et contrat, etc.). En fin de volume, trois index (alphabétique, jurisprudence, discussions) complètent la table des matières pour permettre un accès rapide au sujet recherché. On l'aura compris, cet ouvrage est un nouveau « must have » du praticien des contrats publics. Ph. D.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
Some comments from our readers…
“The articles are extremely timely and highly applicable”
“I often find critical information not available elsewhere”
“As in-house counsel, Mondaq’s service is of great value”

Related Topics
 
Related Articles
 
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions