France: Droit Public De L'économie HEBDO N°87

Last Updated: 13 October 2015
Article by Philippe Delelis and Nicolas Brice

ANNIVERSAIRE

Elle erre dans le parc de sa maison de retraite – à moins que ce ne soit un asile ? – sous le regard indifférent des infirmiers. Elle ne sait plus où elle est, elle ne reconnaît plus personne. En un mot, elle a perdu la boule. De temps en temps, elle crie : « Pierre ! » mais aucun Pierre n'est jamais venu la visiter. Tous les jours, elle jette de l'argent par les fenêtres de sa chambre. Les jardiniers et le personnel soignant le récupère et se le partage. Elle dépense sans compter et préfère depuis longtemps rémunérer les fonctionnaires des nombreux hôpitaux qu'elle a fréquentés, jusqu'à leur offrir moult logements de fonctions, plutôt que rembourser ses médicaments. De la même manière, à force de fréquenter les établissements hospitaliers, elle néglige les médecins libéraux qu'elle avait imaginé pouvoir transformer en fonctionnaires et regrouper dans des hôpitaux publics, sa véritable passion depuis qu'elle est bonne à enfermer.

Son compte est dans le rouge depuis belle lurette mais, bon prince, son banquier ferme les yeux. Il faut dire que, avant de devenir complètement folle, elle avait eu une idée de génie : compléter ses propres ressources par celles de ses congénères. Eux-mêmes un peu ramollis du bulbe, ils avaient accepté sans trop rechigner de se faire taxer tels de jeunes collégiens rackettés à la récré. En plus de leurs cotisations ils s'étaient résignés à lui payer plusieurs taxes supplémentaires dont une qu'elle avait eu l'idée d'affubler du qualificatif de « généralisée », ce qui était à la fois vrai et cynique. Du grand art !

On ne comptait plus les procès en infanticides qu'on lui avait intentés. On l'avait accusée d'avoir étouffé ses enfants au prétexte d'un « modèle social » qu'elle avait inventé dans son délire mais on n'avait jamais pu obtenir sa condamnation. Ce n'étaient pas les preuves qui manquaient mais l'intime conviction des juges qui faisait défaut.

Quelquefois, un visiteur vient la voir pour la féliciter et lui parler de son père naturel, un certain monsieur Laroque. Elle ne se souvient pas. On lui explique sa victoire posthume : les assurances privées obligatoires, c'est-à-dire une nouvelle strate de prélèvements destinés à pallier sa propre carence. Elle ne comprend rien.

La Sécurité Sociale a soixante-dix ans.

SOURCES

Jurisprudence

Transfert d'une convention d'occupation du domaine public. La société Prest'air occupait, sur le domaine public de l'aéroport de Cayenne – Felix Eboué, le hangar d'une société de transport aérien dont elle avait repris l'activité. La CCI de la région de Guyane, gestionnaire de l'aéroport, avait saisi le TA afin d'obtenir du juge des référés l'expulsion de la société au motif qu'elle occupait irrégulièrement le domaine public aéroportuaire. La CCI n'ayant pas obtenu gain de cause, elle s'est pourvue en cassation. Le CE annule dans un premier temps l'ordonnance du juge des référés au motif que la procédure suivie était irrégulière. Dans un deuxième temps, le CE, par un considérant de principe, pose "qu'il ne peut y avoir transfert d'une autorisation ou d'une convention d'occupation du domaine public à un nouveau bénéficiaire que si le gestionnaire de ce domaine a donné son accord écrit". Le CE reconnait donc la possibilité de transférer une autorisation ou une convention d'occupation du domaine public sous cette condition. Il tranche ainsi une question qui était controversée (CE, 18 septembre 2015, Société Prest'air, n°387315).

Droit à la communication de documents administratifs. Personnes intéressées. Après que la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) a pris une recommandation afin que des poursuites disciplinaires soient engagées à son encontre, un officier de police judiciaire avait demandé communication des procès-verbaux d'audition des témoins et des personnes à l'origine de la saisine de la Commission. Ayant essuyé un refus, le requérant avait saisi le tribunal administratif de Paris qui avait partiellement fait droit à sa demande de communication. Il s'est alors pourvu en cassation. Le Conseil d'État estime que « les restrictions et exceptions à la communication de documents administratifs prévues par l'article 6 de la loi peuvent être opposées à une demande formulée sur le fondement de l'article 3 » (loi du 17 juillet 1978). Il juge que « des témoignages ou des procès-verbaux d'audition peuvent, compte tenu du contexte juridique ou factuel dans lequel ils sont établis, faire apparaître le comportement des personnes qui portent ces témoignages ou sont entendues ; que, dans ces conditions, celles-ci peuvent se voir reconnaître la qualité d'intéressés au sens du II de l'article 6 de la loi du 17 juillet 1978 et la communication de documents faisant apparaître leur comportement ne sont communicables qu'à elles lorsque leur communication à des tiers serait de nature à leur porter préjudice ». En l'espèce, en raison du contexte, la divulgation des documents était susceptible de porter préjudice aux témoins et aux personnes à l'origine de la saisine de la CNDS et le requérant ne pouvait être regardé comme « intéressé » à la communication de ces documents (CE 21 sept. 2015, n° 369808).

Maitre d'ouvrage délégué. Indemnités de retard. Une société titulaire d'un marché public d'un marché de construction d'un centre d'incendie et de secours avait demandé au TA d'établir le décompte général d'un lot. Le TA a condamné le service départemental d'incendie et de secours de l'Eure qui avait relevé appel du jugement. Sur l'engagement de la responsabilité du SDIS pour l'indemnisation de l'allongement de la durée du chantier, la Cour juge que "les difficultés rencontrées dans l'exécution d'un marché à forfait ne peuvent ouvrir droit à indemnité au profit de l'entreprise titulaire du marché que dans la mesure où celle-ci justifie soit que ces difficultés ont eu pour effet de bouleverser l'économie du contrat, soit qu'elles sont imputables à une faute du maître de l'ouvrage dont la responsabilité contractuelle peut être également recherchée pour les fautes qu'aurait commises le maitre d'ouvrage délégué". En l'espèce, eu égard au caractère très limité de l'intervention et de l'implication de la société maitre d'ouvrage délégué dans la recherche de solutions pour remédier aux retards, la responsabilité contractuelle du SDIS de l'Eure devait être retenue (CAA Douai, 22 septembre 2015, n°13DA01849).   

Résiliation abusive d'un marché. La société d'économie mixte d'actions pour la revalorisation des déchets et des énergies locales (SEMARDEL) avait attribué un marché pour la modernisation du centre de tri des emballages ménagers d'un écosite à la société Vauché. Trois mois après la signature de l'acte d'engagement, la SEMARDEL a résilié le marché au motif que la société n'avait pas manifesté sa volonté de respecter le planning fixé malgré une mise en demeure. La société a dénoncé le caractère abusif de la résiliation et a obtenu une indemnisation de près de 450 000 euros devant le TA de Versailles. La SEMARDEL a fait appel. La CAA juge que la société Vauché n'a pas manqué à son obligation de loyauté en retardant la date de début des travaux à une date figurant au planning provisionnel échangés par les parties et que la SEMARDEL avait elle-même stipulé dans l'acte d'engagement que la date de début d'exécution serait fixée par ordre de service. La résiliation ne pouvait donc pas être prononcée aux torts de la société sur l'absence de commencement d'exécution des travaux. Sur le montant de l'indemnisation du préjudice, la CAA rappelle qu'en l'absence de toute faute de sa part, l'entreprise a droit à la réparation intégrale du préjudice résultant pour elle de la résiliation anticipée du contrat, y compris des frais qu'elle établit avoir engagés en vue de l'exécution du marché et du bénéfice qu'elle aurait été en droit d'attendre si le marché n'avait pas été résilié. Cela inclut notamment les frais engagés pour la présentation de l'offre. La CAA procède également au calcul du bénéfice escompté et le réduit de moitié par rapport au jugement du TA (CAA Versaille, 24 septembre 2015, n°13VE01136).

Gouvernement

PLF 2016. Le ministre des finances et des comptes publics et le secrétaire d'Etat chargé du budget ont présenté le projet de loi de finances pour 2016 en conseil des ministres du 30 septembre 2016. Elle prévoit une réduction du déficit de l'Etat de 1 milliard d'euros à 72 milliards.

PRATIQUE

DÉCISIONS INDIVIDUELLES ET DÉCISIONS RÉGLEMENTAIRES

L'acte individuel – ou décision individuelle – est classiquement opposé au règlement ou décision ou acte réglementaire. Une décision individuelle a nécessairement pour destinataire une ou plusieurs personnes nommément désignées. Plus généralement on peut considérer que toute décision dont le ou les destinataires sont nominativement désignés est une décision individuelle, et ce, qu'il s'agisse de personnes physiques ou morales, ou de personnes privées ou publiques. Les décisions individuelles classiques sont les nominations ou révocations de fonctionnaires, ou les décisions octroyant un permis de construire. 

Au contraire, une décision règlementaire s'adresse à une ou plusieurs personnes désignées de façon abstraite. Elle désigne ses destinataires par leur qualité ou leur fonction. Ils sont déterminés en fonction du contenu de la règle.

La décision individuelle est parfois appelée "acte non règlementaire". Cependant, tous les actes non réglementaires ne sont pas pour autant des actes individuels. L'acte non règlementaire n'a pas de portée générale et impersonnelle. Mais certains actes comportent une ambigüité et l'appartenance à une des deux grandes catégories n'est pas évidente. Il existe de ce fait les décisions dites particulières, aussi appelées "décision d'espèce". Il s'agit de décisions dont les destinataires ne sont pas nominativement désignés mais qui ne sont pas non plus des normes générales en ce sens qu'elles se rapportent à une situation ou une opération particulière. Elles peuvent concerner un ensemble déterminé de personnes.

La distinction entre ces types de décisions est importante pour de nombreux aspects de la vie de l'acte: le juge compétent dans le contentieux administratif, les pouvoirs d'interprétation et d'appréciation de la légalité du juge judiciaire, les exigences de publicité (publication pour l'acte règlementaire et notification pour l'acte individuel) et la fin de vie des actes administratifs.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
Some comments from our readers…
“The articles are extremely timely and highly applicable”
“I often find critical information not available elsewhere”
“As in-house counsel, Mondaq’s service is of great value”

Related Topics
 
Related Articles
 
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions