European Union: Droit Public De L'économie HEBDO N°86

Last Updated: 13 October 2015
Article by Philippe Delelis and Nicolas Brice

EDITORIAL

Les Ibères Sont Rudes*

Voici que l'Espagne pourrait un jour perdre la Catalogne après un scrutin régional qui a vu une coalition hétéroclite – mais unie par le rejet du pouvoir central – remporter la majorité des sièges au parlement régional. Les partisans du maintien de la communauté autonome dans l'Espagne font observer que les partis indépendantistes n'ont pas obtenu la majorité des voix et que ni la constitution espagnole (c'est certain) ni les traités européens (c'est moins sûr) ne permettent d'envisager la suite qu'ils souhaiteraient. Mais en restera-t-on là ?

Les tendances centrifuges au sein de l'Europe ne sont pas nouvelles mais elles ont tendance à s'accentuer pour des motifs divers : quelquefois la tradition culturelle (aussi appelée « folklore » par les ethnologues traditionnels), souvent les langues (aussi appelés « idiomes » par les linguistes traditionnels). On observe par exemple que, outre l'espagnol, troisième langue la plus parlée au monde après le mandarin et l'anglais, la Catalogne pratique aussi officiellement deux idiomes : le catalan et l'occitan. Troba l'error. On retrouve les mêmes symptômes en Ecosse, autrefois en Bretagne, et toujours un peu au Pays Basque (pardon, l'Euzkadi) qui ne va pas tarder à se manifester. Aurki error du. Que d'idiomes, grands dieux (celtiques) ! Que d'idiomes !

Mais la nouvelle raison des forces centrifuges est clairement économique : la Flandre, la Lombardie, la Bavière et la Catalogne (20% du PIB espagnol) : tous demandent à garder leurs richesses et ne plus contribuer à financer d'autres régions considérées comme peu méritantes. Le contraire de la solidarité nationale mais qu'importe, puisque la nation vacille. L'Europe des régions va-t-elle naître ? Mais des régions riches, alors... celles qui auront provoqué la dislocation des Etats-nations. Quid des autres ?

Ailleurs en Europe, plus à l'est, les nations se renforcent, au contraire, sous l'effet des migrations, des fermetures de frontières, des gaz lacrymogènes, des constructions de murs, du refus des « diktats » de Bruxelles...

L'Europe est devenue une mosaïque peu lisible. Elle change au rythme des palmas du flamenco andalou dont le tempo serait maintenant irrégulier.

* René Goscinny (Astérix en Hispanie, 1969)

SOURCES

Jurisprudence

Extension de l'office du juge du référé précontractuel. Dans le cadre d'un référé précontractuel, plusieurs sociétés avaient demandé au juge d'annuler l'ensemble de la procédure mise en Suvre pas la commune de Brie pour l'attribution d'un marché relatif à des études d'urbanisme. Le TA a annulé la procédure à compter de l'examen des candidatures au motif que le Conservatoire national des arts et métiers, établissement public membre du groupement attributaire, avait une mission de service public d'enseignement et de recherche qui ne comprenait pas la délivrance de prestations de conseil juridique en droit de l'urbanisme. Dans un considérant de principe, le CE élargit l'office du juge du référé précontractuel. Il juge qu'il appartient à celui-ci "de s'assurer que l'appréciation portée par le pouvoir adjudicateur pour exclure ou admettre une candidature ne constitue pas un manquement aux obligations de publicité et de mise en concurrence". En ce sens, "lorsque le candidat est une personne morale de droit public, il lui incombe de vérifier que l'exécution du contrat en cause entrerait dans le champ de sa compétence et, s'il s'agit d'un établissement public, ne méconnaîtrait pas le principe de spécialité auquel il est tenu". Toutefois en l'espèce, ce n'était pas l'établissement public mais l'association de gestion de l'établissement, personne privée, qui était membre du groupement, l'ordonnance est donc annulée (CE, 18 septembre 2015, SARL Sitadin Urbanisme et Paysage et SCP Garnier et autres, n°390041).

Forclusion des réclamations après décompte général non contesté. Dans le cadre d'un litige relatif au solde d'un marché public de travaux, la société ayant exécuté les travaux demandait à l'hôpital de Grasse un montant d'environ 87 000 euros. Le TA, confirmé par la CAA, avait au contraire condamné la société à verser à l'hôpital près de 4000 euros. Le CE se fonde sur le CCAG-Travaux pour juger que la CAA n'a pas commis d'erreur de droit : si l'entrepreneur n'a pas porté réclamation relative au décompte général dans un délai de 6 mois à compter de la notification de la décision prise sur les réclamations auxquelles a donné lieu le décompte général, il est considéré comme ayant accepté ladite décision et toute réclamation ultérieure est irrecevable(CE, 18 septembre 2015, Avena BTP, n°384523).

Interdiction d'un principe d'attribution de tous les marchés d'un groupement de commande au même titulaire. Le juge des référés du TA de Grenoble ayant annulé la procédure lancée par le syndicat intercommunal des eaux du Bas Roubion, celui-ci s'est pourvu devant le CE. Le syndicat avait lancé une procédure adaptée en tant qu'ordonnateur d'un groupement de commandes constitué avec une commune. Le règlement de consultation prévoyait que les trois marchés concernés par la procédure devaient être conclus avec le même entrepreneur. Le CE confirme la décision du juge des référés : le syndicat ne pouvait légalement prévoir que les trois marchés devraient être conclus avec le même attributaire (CE, 18 septembre 2015, SIEBR, n°389740).

Faculté de négocier du pouvoir adjudicateur. Une société dont l'offre a été rejetée par l'Ecole du Louvre en vue de l'attribution d'un marché public a formé un recours afin d'obtenir l'annulation du marché passé au motif que le pouvoir adjudicateur n'avait pas respecté ses obligations de publicité et de mise en concurrence en se bornant à prévoir dans le CCAP qu'elle se réservait le droit de négocier avec les trois premiers candidats du classement. Le TA et la CAA ont rejeté sa demande. Le CE juge que s'il décide de faire usage de sa faculté de négocier dans le cadre d'une procédure adaptée, le pouvoir adjudicateur doit en informer les candidats dès le lancement de la procédure et ne peut renoncer à négocier en cours de procédure. Il peut aussi se borner à informer les candidats, lors du lancement de la procédure, qu'il se réserve la possibilité de négocier, sans être tenu, s'il décide effectivement de négocier après la remise des offres, d'en informer l'ensemble des candidats. La décision du pouvoir adjudicateur de recourir à la négociation dans le cadre d'une procédure adaptée ne peut être utilement critiquée devant le juge. En revanche, s'il choisit, comme il lui est loisible de le faire, de ne négocier qu'avec certains des candidats qui ont présenté une offre, il appartient au juge, saisi d'un moyen sur ce point, de s'assurer qu'il n'a méconnu aucune des règles qui s'imposent à lui, notamment le principe d'égalité de traitement entre les candidats (CE, 18 septembre 2015, Société Axcess, n°380821).

Persistance de la responsabilité contractuelle en l'absence de réception. L'architecte et l'entrepreneur ayant réalisé des travaux de restauration dans le cadre d'un marché de maîtrise d'Suvre conclu avec la commune de Neuilly-sur-Marne ont contesté devant le TA le solde du marché. La commune avait de son côté demandé au TA la réparation du préjudice subi du fait du mauvais fonctionnement du système de chauffage sur le fondement de leur responsabilité contractuelle. Le TA, après expertise, a condamné solidairement l'architecte et l'entrepreneur à hauteur de 80% (la commune et une autre entreprise ayant leur part de responsabilité). La CAA rappelle que la commune ayant manifesté clairement son refus de réceptionner l'ouvrage pour l'installation de chauffage, les relations contractuelles n'avaient pas pris fin et la responsabilité contractuelle du maître d'Suvre et de l'entrepreneur pouvait être engagée. La Cour s'appuie sur le CCTP du marché de travaux et les résultats de l'expertise pour juger que le TA a fait une juste appréciation des responsabilités respectives. Par ailleurs, elle réforme le jugement du TA et condamne la commune à verser le solde du marché dû à l'architecte, en y soustrayant la part du lot inexécuté (CAA Versailles, 15 septembre 2015, n°13VE02081-2085-2088).

Caractère conventionnel de la QPC. Des requérants français ont invité la CEDH à trancher la question de savoir si le refus de la Cour de cassation ou du Conseil d'Etat de renvoyer au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité méconnaissait la Convention européenne des droits de l'Homme. Ils soutenaient notamment que l'examen par les juridictions suprêmes était contraire à l'exigence d'impartialité. La Cour rappelle d'abord que l'article 6 de la Conv. EDH "ne garantit pas en tant que tel le droit d'accès à un tribunal pour contester la constitutionnalité dune disposition légale, notamment lorsque le droit national prévoit que le contrôle de constitutionnalité n'est pas déclenché directement par un requérant, mais par un renvoi effectué par la juridiction devant laquelle inconstitutionnalité alléguée est soulevée". Elle juge que "le refus d'un juge interne de poser une question préjudicielle [peut], dans certaines circonstances, affecter l'équité de la procédure", notamment "lorsque le refus s'avère arbitraire" (CEDH, 17 septembre 2015, n°3569/12).

Gouvernement

Economie. Le décret du 23 septembre 2015 relatif aux exceptions dominicales dans les commerces de détail situés dans les zones commerciales, les zones touristiques et les zones touristiques internationales crées par la loi « Macron » a été publié. Ces commerces pourront ouvrir le samedi soir jusqu'à minuit et le dimanche (décret n°2015-1173 du 23 septembre 2015 portant application des dispositions de la loi n°2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques relatives aux exceptions au repos dominical dans les commerces de détails situés dans certaines zones géographiques, JO du 24 septembre 2015).

Urbanisme. L'ordonnance du 23 septembre 2015 relative à la partie législative du livre Ier du code de l'urbanisme entreprend une recodification afin d'accroître l'accessibilité et l'intelligibilité des règles (ordonnance n° 2015-1174 du 23 septembre 2015 relative à la partie législative du livre Ier du code de l'urbanisme, JO du 24 septembre 2015).

Union Européenne

Marchés publics. Cour des comptes européenne. Un rapport de la Cour des comptes européenne rendu public le 15 septembre 2015 conclut à la nécessité d'efforts supplémentaires de la part des Etats membres afin de résoudre les problèmes liés aux marchés publics dans l'Union (erreurs quant aux critères de sélection et d'attribution, de procédures, non respect des obligations de publication et transparence, etc.) et recommande à la Commission la création d'une base de données permettant l'analyse des irrégularités (Rapport spécial n°10/2015: Les problèmes liés aux marchés publics dans le cadre des dépenses de cohésion de l'UE nécessitent des efforts supplémentaires).

PRATIQUE

La Tierce Opposition en Contentieux Administratif

La tierce opposition est une voie de recours ouverte aux personnes n'ayant pas été parties à la procédure ou n'y ayant pas été représentées alors qu'elles avaient intérêt à y défendre leurs droits. En formant une tierce opposition, elles peuvent alors faire à nouveau juger les dispositions d'une décision juridictionnelle qui leur font grief. Ainsi l'action ouverte devant la juridiction qui a statué vise à obtenir l'annulation d'une décision de justice rendue par une juridiction en quelque sorte mal informée. Elle se distingue, en ce sens, de l'appel ou de l'intervention.

Le tiers doit prouver le lien le rattachant au litige ainsi que le fait que la décision rendue préjudicie l'un de ses droits (CE, 29 novembre 1912, Boussuge, Rec. 1128). La jurisprudence se contente de la preuve qu'un de ses intérêts a été lésé.

Cette voie de rétractation existe même sans texte et la tierce opposition est recevable contre les décisions de toutes les juridictions administratives (sauf disposition législative contraire). L'action peut être formée à toute époque (sauf texte spécial prévoyant un délai à peine de forclusion) c'est-à-dire deux mois contre les jugements des TA et CAA, mais elle n'a pas d'effet suspensif de la décision rendue.

La jurisprudence a encadré l'usage de cette voie. Ainsi, le Conseil d'Etat a établi que n'est pas recevable une tierce-opposition contre un jugement après qu'une partie a formé un appel contre ledit jugement (une intervention en procédure d'appel ou une tierce-opposition contre l'arrêt d'appel étant possibles). D'autre part, si le jugement est frappé d'un appel postérieurement à l'introduction d'une tierce-opposition, le tiers-opposant est recevable à intervenir dans la procédure d'appel et la tierce-opposition y survit; en revanche si le jugement est annulé elle devient sans objet (CE, 2 juillet 2014, n°366150).

Le juge ne réexaminera que les moyens invoqués par le tiers opposant.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
Some comments from our readers…
“The articles are extremely timely and highly applicable”
“I often find critical information not available elsewhere”
“As in-house counsel, Mondaq’s service is of great value”

Related Topics
 
Related Articles
 
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions