Canada: SCOTUS – L'interdiction de brevet en cas de mise en vente (« on sale bar ») demeure inchangée et couvre toujours les ventes secrètes

Last Updated: July 23 2019
Article by H. Samuel Frost

Dans ses motifs concis, la Cour suprême des États-Unis établit sans difficulté que l’America Invents Act (AIA) n’a pas modifié la portée de l’interdiction de brevet en cas de mise en vente, et conclut ce qui suit :

La loi sur les brevets qui était en vigueur immédiatement avant l’adoption de l’AIA prévoyait une interdiction de brevet en cas de mise en vente. L’interprétation de cette disposition par la présente Cour à ce jour appuie la thèse qu’une vente ou une offre de vente n’a pas à avoir pour effet de mettre une invention à la disposition du public pour constituer de l’art antérieur invalidant le brevet. La Cour d’appel fédérale a rendu explicite ce qui était implicite dans ce précédent de la Cour d’avant l’AIA, jugeant que les « ventes secrètes » sont susceptibles d’invalider un brevet. Compte tenu de ce précédent incontestable antérieur à la mise en vigueur de l’AIA, la Cour fait jouer la présomption qu’en reprenant le même libellé de mise en vente (« on sale ») dans l’AIA, le Congrès a adopté la construction judiciaire antérieure de cette expression. L’ajout de l’expression générale « ou autrement accessible au public » est un changement insuffisant pour que la Cour puisse conclure que le Congrès avait l’intention de modifier le sens de « mise en vente ». (Citations omises) [TRADUCTION]

Helsinn Healthcare SA (Helsinn) est une entreprise pharmaceutique suisse qui a acquis le droit de développer le palonosétron, l’ingrédient actif d’un médicament nommé Aloxi. Helsinn a conclu deux ententes avec MGI Pharma, Inc. (MGI), une entreprise pharmaceutique du Minnesota, à titre de partenaire de commercialisation du palonosétron : une licence d’utilisation et une entente d’approvisionnement et d’achat.

Les deux ententes contenaient des renseignements posologiques et exigeaient que MGI assure le secret de tous les renseignements confidentiels reçus dans le cadre de celles-ci. Helsinn et MGI en ont fait l’annonce dans un communiqué de presse conjoint, et MGI les a signalées à la Securities and Exchange Commission, sans toutefois dévoiler les compositions posologiques précises couvertes par les ententes.

Près de deux ans après la conclusion des ententes, soit le 30 janvier 2003, Helsinn a déposé une première demande de brevet provisoire, suivie d’une série de demandes ultérieures. Une quatrième demande de cette série a été déposée en mai 2013 et publiée en tant que U.S. Patent No. 8 598 219 (le brevet 219). Le brevet 219 concerne une dose fixe de 0,25 mg de palonosétron dans une solution de 5 ml. Selon sa date de prise d’effet, le brevet 219 est régi par l’AIA.

Tant la législation antérieure à l’AIA que l’AIA elle-même comprennent une disposition relative à la « mise en vente », précisée au sous-paragraphe 102(a)(1) de l’AIA, qui se lit comme suit :

« Une personne a droit à un brevet sauf [...] si l’invention revendiquée a été brevetée, décrite dans une publication imprimée ou est d’usage public, en vente ou autrement offerte au public avant la date de prise d’effet de son dépôt. » [accentuation ajoutée] [TRADUCTION]

Bien que l’AIA comporte de nombreuses modifications substantielles apportées à la disposition relative à la nouveauté, le changement essentiel, en l’espèce, est l’intégration de l’expression générale « ou autrement accessible au public ».

Comme nous l’avons déjà mentionné, la Cour de district a décidé que la disposition relative à la « mise en vente » ne s’appliquait pas. Elle a conclu qu’en vertu de l’AIA, une invention n’est pas « en vente » à moins que la vente ou l’offre en question mette l’invention revendiquée à la disposition du public. La Cour d’appel fédérale a infirmé cette décision, concluant que « si l’existence de la vente est publique, les détails de l’invention n’ont pas à être divulgués au public dans les conditions de vente » [TRADUCTION] pour relever de l’interdiction de brevet en cas de mise en vente de l’AIA. La vente entre Helsinn et MGI ayant été rendue publique, elle a estimé que l’interdiction de brevet en cas de mise en vente s’appliquait.

Citant diverses décisions antérieures, la Cour suprême note que pour promouvoir l’objectif « d’encourager l’innovation et le développement » tout en « évitant les monopoles qui découragent inutilement la concurrence », le Congrès a imposé plusieurs conditions sur les « occasions limitées d’obtenir un droit de propriété sur une idée ». [TRADUCTION] L’une de ces conditions est l’interdiction de brevet en cas de mise en vente, qui tient compte de la « réticence du Congrès à permettre à un inventeur de retirer de l’utilisation publique des connaissances existantes » en obtenant un brevet portant sur ces connaissances (elle explique, en citant une autre décision, que « cela retarderait considérablement le progrès de la science et des arts appliqués » pour permettre à un inventeur de « vendre publiquement son invention » et ensuite « prendre un brevet » et « interdire ainsi au public d’utiliser davantage son invention autrement que ce qui en découle ».) [TRADUCTION]

La Cour observe que le Congrès a édicté l’AIA en 2011 dans un contexte où un ensemble important de règles juridiques interprétait l’article 102 portant sur l’interdiction de brevet en cas de mise en vente. Elle fait observer en outre que bien que « la présente Cour n’a jamais abordé la question précise présentée en l’espèce, nos précédents suggèrent qu’une vente ou une offre de vente n’a pas à mettre une invention à la disposition du public ». [TRADUCTION] Elle note également que la Cour d’appel fédérale a formulé explicitement ce qui était implicite dans les précédents de la Cour, où celle-ci a longtemps soutenu que les « ventes secrètes » peuvent invalider un brevet. Se référant aux observations verbales de l’amicus des États-Unis, elle souligne que si le terme mise en vente avait un sens bien établi avant l’adoption de l’AIA, alors l’ajout de l’expression « ou autrement accessible au public » à la loi « serait une façon indirecte de tenter de renverser » cet « ensemble de règles établies ». [TRADUCTION]

Par conséquent, la Cour conclut que « puisque le terme mise en vente a acquis un sens bien établi lors de la promulgation de l’AIA, nous refusons de lire l’ajout d’une phrase générale de façon à altérer cet ensemble de précédents » [TRADUCTION].

Au moins un mémoire d’amicus curiae fait valoir que restreindre la disposition relative à la nouveauté aux seules activités qui divulguent l’invention assure la conformité des États-Unis à la norme de nouveauté absolue en vigueur dans la plupart des grands pays industriels. Bien que cela soit exact, une disposition qui piège une vente non divulguée ou une utilisation commerciale n’est pas incompatible avec une norme de nouveauté absolue. La disposition relative à la nouveauté prévue dans la loi sur les brevets de l’Afrique du Sud porte sur les « inventions utilisées en secret à une échelle commerciale en Afrique du Sud avant la date de dépôt (date de priorité) » [TRADUCTION].

En sus de la restriction géographique, un tel critère « à deux volets », qui se fonde sur la divulgation publique et sur l’utilisation commerciale, assure sans doute une égalité des chances accrue pour toutes les inventions. Toutes les demandes de brevet doivent alors être déposées avant la première divulgation publique ET la première utilisation commerciale (sans tenir compte de tout délai de grâce applicable). Une norme de nouveauté fondée uniquement sur une divulgation au public pourrait très bien traiter toutes les inventions sur un même pied d’égalité au regard des communications publiques. Toutefois, quant à l’exploitation commerciale, elle divise simplement les inventions en celles qui sont exploitables sans divulgation publique avant le dépôt, et celles qui ne le sont pas. L’exploitation commerciale de presque toutes les inventions mécaniques se solde par une divulgation publique, de sorte que celles-ci ne peuvent pratiquement pas être exploitées avant la date critique; par contre, de nombreuses technologies, comme certaines inventions de procédés, peuvent être amplement exploitées en secret sans divulguer l’invention.

Fait intéressant, le Canada semblerait être le seul pays qui aurait expressément supprimé une disposition relative à la « mise en vente » de sa Loi sur les brevets il y a plus de 20 ans, laquelle était formulée de façon très semblable à la disposition actuelle des États-Unis. La présente norme canadienne de nouveauté est fondée uniquement sur la divulgation de l’invention de manière à la rendre disponible au public, harmonisant ainsi le droit canadien avec les normes internationales, ce qui, selon certains, est l’intention de l’AIA.

Bien que la décision soit claire, il est suggéré que la portée exacte de l’interdiction de brevet en cas de mise en vente demeure susceptible de causer des difficultés et pourrait nécessiter davantage de clarification par les tribunaux. Une disposition générale, fondée sur un principe et non sur une activité précise comme l’« exploitation commerciale », rendrait certainement beaucoup plus facile pour un tribunal de conclure que toute activité, si elle résulte en une « exploitation commerciale », donne lieu à l’application de la disposition. Il y existe beaucoup d’inventions plus récentes dont l’exploitation commerciale peut être bien éloignée de la simple vente d’un produit physique breveté. Par exemple, plusieurs inventions liées à l’informatique, en supposant qu’elles franchissent l’obstacle de la brevetabilité de l’article 101, peuvent être exploitées dans le cadre de la prestation d’un service, notamment sur Internet, de sorte que ce qui a été « mis en vente » n’est pas un produit physique et se trouve à plusieurs maillons de l’invention brevetée.

Une autre difficulté éventuelle, qui n’avait pas besoin d’être abordée en l’espèce, est que la loi ne fait aucune distinction entre des activités de « mise en vente » de l’inventeur et celles d’un tiers. L’article 102 d’avant l’AIA, comme l’indique son titre : « CONDITION DE BREVETABILITÉ, NOUVEAUTÉ ET DE PERTE DE DROIT À UN BREVET » [TRADUCTION], inclut notamment le concept de PERTE DE DROIT, ce qui constitue une base pour distinguer les droits de l’inventeur de ceux des tiers. L’article 273 de l’AIA relatif à la défense de contrefaçon protège les droits des tiers. Selon la rédaction de cette disposition, la prémisse claire est que l’« utilisation commerciale » par un tiers ne constitue pas de l’art antérieur invalidant le brevet. Toutefois, il a sans doute été rédigé selon l’interprétation que toute « utilisation commerciale » secrète antérieure, peu importe par qui, serait exclu de l’art antérieur, en raison de l’incidence de l’expression générale « ou autrement accessible au public ». On peut noter que l’article 273 utilise le terme utilisation commerciale plutôt que mise en vente, lequel, tel que suggéré, est certainement un terme plus général qui permettra aux tribunaux de conclure à sa pertinence pour toutes les utilisations de la technologie moderne.

L'information qui est présentée dans ce site web est fournie à titre informatif uniquement. Elle ne constitue pas un avis juridique et ne devrait pas être interprétée comme tel. Vous ne devez pas agir ou négliger d’agir en vous fiant à ces renseignements. Un conseil juridique devrait être obtenu sans délai. Les professionnels de Bereskin & Parr S.E.N.C.R.L., s.r.l. seront heureux de vous conseiller.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Mondaq Free Registration
Gain access to Mondaq global archive of over 375,000 articles covering 200 countries with a personalised News Alert and automatic login on this device.
Mondaq News Alert (some suggested topics and region)
Select Topics
Registration (please scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions