Canada: L'affaire Instrubel se rend à la Cour suprême : ce que cela peut signifier pour l'arbitrage international au Canada

1. Aperçu et importance de la décision

Le jugement que vient de rendre la Cour d'appel du Québec dans l'affaire Instrubel, n.v. c. La République Irakienne1 fait un pas de plus dans la reconnaissance judiciaire des réalités économiques auxquelles les justiciables font face, dans un contexte respectueux de l'arbitrage international. Soulignant que les sentences arbitrales sont aussi méritoires que les autres lorsqu'il s'agit de procédures d'exécution, et cela même en ce qui concerne l'argent circulant sous forme d'inscriptions comptables dans les livres d'organismes internationaux, cette décision démontre la volonté des tribunaux canadiens à faciliter l'exécution des sentences arbitrales. Maintenant que la Cour suprême du Canada vient d'accorder la permission d'en appeler, nous verrons bientôt à quel point le Canada sera favorable à l'arbitrage.

La décision finale de la CSC peut également donner des indications quant à l'exécution des sentences arbitrales et quant à la protection anticipatoire des créanciers, avant la sentence.

2. Contexte du cas

Une série récente de décisions de cours d'appel canadiennes souligne qu'à l'ère de la mondialisation et de l'électronique, les tribunaux doivent être sensibilisés aux réels besoins pratiques des parties. En ce qui concerne la préservation des biens en prévision d'une exécution, « exiger d'un créancier judiciaire qu'il attende que le débiteur étranger soit présent ou ait des biens dans la province, avant qu'un tribunal puisse conclure qu'il a compétence en matière de reconnaissance et d'exécution, reviendrait à se fermer les yeux sur la réalité économique actuelle ».2 

Instrubel, une entreprise néerlandaise, a engagé une procédure d'arbitrage contre le ministère de l'Industrie de la République d'Irak concernant des contrats conclus plus de 30 ans auparavant.3 La Chambre de commerce internationale à Paris a rendu des sentences arbitrales contre l'Irak en 1996 et 2003. En 2013, l'Irak n'avait toujours pas payé les dommages que la sentence arbitrale de 2003 l'avait condamné à verser ($32 millions plus intérêts). Par conséquent, Instrubel a considéré que son recouvrement de la sentence était en péril et a demandé, au Québec, un bref de saisie-arrêt avant jugement en mains tierces, nommant l'Association du transport aérien international (« ATAI ») comme tierce saisie. Instrubel alléguait que l'Irak possédait des actifs au Québec sous forme de droits d'aérodrome et de navigation aérienne détenus par l'ATAI, soit au siège social de l'ATAI à Montréal soit chez l'une de ses filiales mondiales.

Cour supérieure du Québec : Reconnaître le rôle des tribunaux dans la facilitation de l'arbitrage... jusqu'à un certain point

La Cour supérieure du Québec a accueilli, en partie, la requête des défendeurs visant à faire annuler le bref de saisie avant jugement. Les fonds étant détenus dans un compte bancaire suisse, la Cour a conclu qu'elle n'avait pas compétence pour autoriser un bref de saisie-arrêt qui s'étendait aux biens détenus hors Québec.4 Par conséquent, le juge Stephen Hamilton (plus tard élevé à la Cour d'appel du Québec) a rayé les mots « soit... soit à l'une de ses succursales dans le monde entier » du bref. Il a ordonné à l'ATAI de déposer, dans les trente jours, une nouvelle déclaration concernant les redevances d'aérodrome et de navigation aérienne de la République d'Irak détenues par l'ATAI à son siège social de Montréal, au nom de la République d'Irak.

Tout en limitant ainsi le libellé du bref, le juge Hamilton a reconnu le rôle des tribunaux canadiens dans la facilitation de l'arbitrage, déclarant que « les tribunaux n'ont aucun lien avec le présent litige autre que de venir en aide à l'exécution des sentences arbitrales ».5 

Cour d'appel du Québec : Évitons de jouer à cache-cache

En appel, le juge Mark Schrager a conclu que la compétence de la Cour à l'égard de l'ATAI en tant que tierce saisie découlait du lieu où la créance était recouvrable, plutôt que du lieu où le compte bancaire avait été ouvert. Le juge Schrager a souligné le domicile de l'ATAI à Montréal, donc sujet à la compétence des tribunaux du Québec.6 Il a estimé que la créance était, aux fins du droit international privé, située à l'endroit où elle était recouvrable, c'est-à-dire au domicile ou à l'établissement principal du débiteur.7

Le juge Schrager a également souligné l'importance de faciliter l'arbitrage international de manière à ne pas imposer d'accomplir l'irréalisable.8 Il a trouvé que l'endroit où l'IATA déposait l'argent qu'elle recevait en dépôt n'avait pas d'importance, de sorte qu'il n'était pas nécessaire de rayer les mots « ni... ni dans aucune de ses succursales dans le monde entier » du bref de saisie avant jugement. Il se fondait ainsi sur l'importance d'encourager le commerce international et d'éviter de forcer les créanciers judiciaires à se livrer à un « jeu d'apparat » international et de découvrir ou de deviner où un tiers saisi a pu déposer l'argent figurant dans ses écritures comptables.9 

Que signifient ces décisions ?

La décision de la Cour d'appel du Québec confirmant la capacité d'agir contre les saisies-arrêts locaux, par opposition aux biens éloignés, contribue à la réputation du Canada comme étant un pays favorable à l'arbitrage. Elle facilite l'exécution des sentences arbitrales dans les causes d'arbitrage international et ouvre la voie à la souplesse dans la préservation des actifs nécessaires aux procédures d'exécution.

La Cour suprême du Canada a aussi écrit sur le besoin de préserver pour les créanciers étrangers la possibilité de choisir où exécuter leurs jugements et d'évaluer où se trouvent les biens de leurs débiteurs. Ce faisant, la Cour, consciente de l'intérêt public du Canada en tant que nation commerçante à l'échelle mondiale, a lié le besoin de règles libérales et simples en matière d'exécution de jugements étrangers à l'impératif de faciliter la circulation transfrontalière de la richesses, de compétences et de personnes.

La décision de la Cour suprême du Canada dans l'affaire Instrubel établira à quel point cet intérêt public peut être déterminant, et guidera les tribunaux canadiens dans la souplesse dont ils peuvent faire preuve dans l'autorisation de moyens d'exécution. 

3. Comment conserver les biens en prévision de l'exécution d'une sentence arbitrale internationale ?

Si la Cour suprême du Canada est d'accord avec la Cour d'appel du Québec, l'emplacement précis des dépôts monétaires sera moins important que l'endroit où les flux comptables peuvent être arrêtés.

L'affaire Instrubel a donné lieu à un bref de saisie-arrêt avant jugement, non seulement ordonnant à la tierce saisie de déclarer sous serment les fonds qu'elle doit au débiteur et les biens meubles qu'elle détient mais qui appartiennent au débiteur, mais ordonnant aussi de placer ces biens sous contrôle judiciaire et d'en faire la tierce saisie son gardien. Ce n'est là qu'un moyen parmi d'autres de préserver l'actif en prévision d'une sentence arbitrale.

La décision Instrubel traite aussi brièvement de l'utilisation des injonctions Mareva. Le traitement des injonctions Mareva par les tribunaux canadiens en fait un outil puissant pour préserver les actifs en attendant l'exécution. Des affaires récentes contre la République kirghize témoignent de la volonté des tribunaux canadiens d'accorder des injonctions Mareva pour aider à l'exécution de sentences arbitrales internationales.

Dans l'affaire Sistem Muhendislik Insaat Sanayi Ve Ticaret Anonim Sirketi c République kirghize10, la Cour supérieure de justice de l'Ontario a statué que la République kirghize avait un intérêt équitable dans les actions d'une société minière ontarienne, Centerra Gold Inc, même si ces actions étaient détenues légalement par une entité publique. Une ordonnance Mareva a empêché cette entité de transférer ses actions à l'extérieur de l'Ontario.

Dans l'affaire CE International Resources Holdings LLC c Yeap Soon Sit11, la Cour suprême de la Colombie-Britannique a accordé une injonction Mareva à titre de mesure provisoire pour donner au demandeur le temps de demander le même redressement à l'arbitre présidant le litige à New York. Ce faisant, la Cour a reconnu que, sans cette mesure d'injonction, les biens sur lesquels le demandeur victorieux pourrait s'appuyer seraient probablement perdus. Cela a permis à CE International Resources Holdings LLC de mettre la main sur des actifs appartenant à Yeap Soon Sit mais se trouvant en Colombie-Britannique.

Dans l'ensemble, ces exemples démontrent la compréhension qu'ont les tribunaux canadiens de la souplesse requise dans les procédures d'exécution.

4. L'intérêt public du Canada ?

Le paysage juridique canadien est favorable à l'arbitrage. En général, les tribunaux canadiens sont enclins à offrir aux créanciers arbitraux des recours pratiques et efficaces pour les aider à exécuter les sentences dans un monde où il va de l'intérêt du Canada que les entreprises, les biens et les personnes puissent facilement traverser les frontières.12

5. Affirmer des principes ou changer de politique ?

Si la décision de la Cour suprême du Canada dans l'affaire Instrubel est conforme à celle de la Cour d'appel du Québec, les jugements d'arbitrage international, même ceux qui concernent des parties et des différends non rattachés au Canada, seront plus facilement exécutoires au Canada. Cela sera conforme à l'opinion selon laquelle « la prévisibilité dans l'application des dispositions relatives au règlement des différends est une condition préalable indispensable à toute transaction commerciale internationale, et facilite et encourage la poursuite d'un commerce plus libre à l'échelle internationale ».13 

Footnotes

1 Instrubel, n.v. c The Ministry of Industry of the Republic of Iraq, 2019 QCCA 78 Instrubel.

2 Chevron Corp. c Yaiguaje, 2015 SCC 42 au para 57.

3 Instrubel, n.v. c The Ministry of Industry of the Republic of Iraq, 2016 QCCS 1184 au para 7.

4 Ibid au paras 76-77.

5 Ibid au para 78.

6 Instrubel,supra note 2 au para 42.

7 Ibid.

8 Ibid au para 50.

9 Ibid.

10 Belokon et al. c The Kyrgyz Republic, 2016 ONSC 4506.

11 CE International Resources Holdings LLC c Yeap Soon Sit, 2013 BCSC 186; 2013 BCSC 1804.

12 Chevron, supra note 1 au para 1.

13 Ibid au para 57.

To view the original article click here

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Mondaq Free Registration
Gain access to Mondaq global archive of over 375,000 articles covering 200 countries with a personalised News Alert and automatic login on this device.
Mondaq News Alert (some suggested topics and region)
Select Topics
Registration (please scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions