Canada: Un Leitmotiv Judiciaire Suscite L'incertitude : La Cour D'appel Fédérale Ordonne Au Canada De Mener Une Nouvelle Consultation Sur L'approbation Du Projet D'agrandissement Du Pipeline Trans Mountain

Une fois de plus, l’incertitude plane sur le Canada en ce qui concerne le projet d’agrandissement du pipeline Trans Mountain (projet TMX), ce qui en soi laisse présager que l’imprévisibilité liée au cadre réglementaire du Canada régissant les grands projets d’infrastructures énergétiques dans leur ensemble se poursuivra. Ce dernier épisode d’incertitude découle de la décision qu’a récemment rendue la Cour d’appel fédérale (CAF) dans Tsleil-Waututh Nation c. Canada (Procureur général), publiée le 30 août 2018. Dans sa décision, la Cour conclut que l’Office national de l’énergie (ONE) a failli à son devoir d’évaluer l’impact du transport maritime lié au projet TMX sur la faune marine, et que la Couronne n’a pas adéquatement consulté les communautés autochtones. La Cour a annulé le décret délivré par le Cabinet fédéral (GEC), annulant par le fait même le certificat d’utilité publique (CUP) que l’ONE avait délivré pour le projet TMX.

Ce même jour, et peu de temps après l’annonce du jugement, les actionnaires de Kinder Morgan ont voté massivement en faveur de la vente du projet TMX au gouvernement du Canada. Bien que le jugement n’ait aucune incidence sur la vente du projet TMX au gouvernement du Canada, la capacité de ce dernier de revendre le pipeline à un tiers est sujette à davantage d’incertitude en raison des délais et des changements possibles aux conditions du projet TMX qui pourraient être apportés à la suite d’autres consultations.

Ce n’est pas la première fois que des approbations de projets de l’ONE sont contestées devant les tribunaux.1 En 2016, dans l’affaire Nation Gitxaala c. Canada, un autre jugement rédigé par la juge Dawson, la CAF a tiré une conclusion semblable, annulant ainsi le décret délivré par le GEC et, par le fait même, le CUP que l’ONE avait délivré pour le projet du pipeline Northern Gateway. Finalement, le projet du pipeline Northern Gateway n’a pas été réalisé. Seul le temps nous dira si le projet TMX connaîtra le même sort.

Résumé de l’affaire

Dans l’affaire Tsleil-Waututh, la révision judiciaire a principalement porté sur deux séries de prétendues lacunes dans la décision du GEC relativement au projet TMX. La première concernait des questions de nature administrative et réglementaire, alors que la deuxième concernait l’obligation de la Couronne de consulter les peuples autochtones. La demande de révision a été présentée par six groupes autochtones2, par les villes de Vancouver et de Burnaby et par deux organisations non gouvernementales3 (collectivement, les « demanderesses »). Ensemble, les demanderesses ont contesté le décret et la décision du GEC, ainsi que sa capacité de se fonder sur le rapport de l’ONE de mai 2016 qui recommandait au GEC d’approuver la construction et l’exploitation du projet TMX.

Questions de nature administrative et réglementaire

Les demanderesses ont prétendu que le rapport de l’ONE comportait des lacunes tellement graves que le GEC ne pouvait pas se fonder sur celui-ci pour prendre sa décision d’approuver le projet TMX. Les lacunes soulevées étaient les suivantes :

  1. le processus de l’ONE contrevenait aux exigences en matière d’équité de la procédure;
  2. l’ONE a omis de régler certaines questions avant que le projet TMX ne soit recommandé pour approbation;
  3. l’ONE a omis de considérer des solutions de rechange au terminal portuaire Westridge;
  4. l’ONE a omis d’évaluer l’impact du transport maritime lié au projet en vertu de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (LCEE de 2012); et
  5. l’ONE a commis des erreurs dans son application de la Loi sur les espèces en péril (LSEP).

Bien que les demanderesses aient tenté de faire valoir que le rapport de l’ONE et la recommandation au GEC étaient susceptibles de révision judiciaire, la Cour, compte tenu du précédent jurisprudentiel établi dans l'affaire Gitxaala, a rejeté ces arguments. Ce faisant, la Cour a estimé qu’en vertu du régime législatif actuel, le décideur était le GEC, mais que ce dernier ne pouvait fonder sa décision sur un rapport de l’ONE comportant des lacunes importantes. Ainsi la Cour a conclu que le rapport de l’ONE n’était pas immunisé contre la révision, mais qu’il fallait plutôt le réviser pour garantir que le GEC pouvait légitimement s’y fier.

C’est dans ce contexte que la Cour a constaté, dans l’affaire Tsleil-Waututh, que la majorité des questions de nature administrative et réglementaire soulevées par les demanderesses en révision n’avait pas d’incidence sur la validité du rapport de l’ONE. Toutefois, la Cour a déterminé que l’ONE avait commis une « erreur critique » à l’étape de l’établissement de la portée des impacts du projet lorsqu’il a exclu, sans raison, le transport maritime lié au projet dans son évaluation de la portée des impacts du projet selon la LCEE de 2012. Ce faisant, l’ONE n’a pas respecté l’exigence selon laquelle il devait déterminer, en vertu de la LCEE de 2012, si les impacts du transport maritime lié au projet étaient susceptibles d’avoir une incidence défavorable importante sur l’environnement et, dans l’affirmative, si ces impacts étaient justifiés dans les circonstances. L’ONE a plutôt évalué les impacts du transport maritime lié au projet dans son évaluation de l’intérêt public en vertu de la Loi sur l’Office national de l’énergie. Ce faisant, il semble que l’ONE se soit ostensiblement fié au fait qu’il n’assurait pas la surveillance réglementaire sur le trafic maritime.

En raison de cette exclusion, l’ONE a conclu que l’article 79 de la LSEP ne s’appliquait pas à son évaluation des impacts du transport maritime lié au projet TMX. De plus, l’ONE a omis de considérer ses obligations en vertu de l’article 79 pour ce qui est des espèces en péril, particulièrement les épaulards résidents du Sud. Néanmoins, l’ONE a, dans son rapport, effectué une analyse partielle des impacts du transport maritime lié au projet et a conclu que ces activités étaient susceptibles d’avoir des impacts négatifs considérables sur la population d’épaulards résidents du Sud. Il a été soutenu que cette évaluation permettait à l’ONE de respecter, pour l’essentiel, l’article 79 de la LSEP, sans égard à son erreur dans l’établissement de la portée des impacts selon la LCEE de 2012. Toutefois, tout en reconnaissant que l’ONE ne pouvait pas réglementer le transport maritime, y compris la vitesse et les trajectoires des navires, la Cour a conclu que l’ONE était tenu d’évaluer les conséquences de son incapacité pour faire en sorte des mesures soient prises en vue d’atténuer les impacts sur les épaulards résidents du Sud, mais qu’il avait omis de le faire et qu’il avait plutôt recommandé l’approbation du projet TMX sans qu’aucune mesure d’atténuation ne soit imposée pour éviter ou diminuer ces impacts.

La Cour a conclu que l’exclusion par l’ONE du transport maritime lié au projet dans son établissement de la portée des impacts du projet TMX occasionnait une suite de graves lacunes, de sorte que le rapport de l’ONE n’était pas du genre à fournir au GEC l’information dont il avait besoin. La Cour a déterminé que les conclusions déficientes de l’ONE à propos des impacts du projet TMX étaient tellement critiques que le GEC ne pouvait pas, sur le plan fonctionnel, évaluer les impacts environnementaux du projet TMX et l’intérêt du public requis par la loi.

Questions relatives aux consultations avec les peuples autochtones

Les demanderesses autochtones ont exprimé une multitude de préoccupations et soulevé des lacunes tant dans la conception que dans l’exécution de la consultation menée par la Couronne. La Cour a quand même jugé que le cadre de consultation choisi par la Couronne pour le projet TMX était raisonnable et suffisant, et que l’ONE s’était convenablement acquitté de ses obligations pour ce qui est de la consultation avec les peuples autochtones. En revanche, la Cour a conclu que dans la consultation qui a suivi la publication du rapport de l’ONE, connue sous le nom de consultation de phase III, la Couronne ne s’était pas acquittée convenablement de son obligation de consultation. Malheureusement, cette situation n’est pas sans rappeler l’affaire Gitxaala, où la CAF a conclu que la Couronne avait aussi omis de satisfaire à ses obligations à la même étape (appelée consultation de phase IV dans l’affaire Gitxaala).

Pour en conclure que la consultation de phase III dans le projet TMX, laquelle était centrée sur les préoccupations des peuples autochtones quant aux impacts liés au projet et sur les mesures d’accommodement additionnelles requises, était sérieusement déficiente et qu’elle ne respectait pas les exigences d’une consultation raisonnable, la Cour s’est fondée sur les faits suivants :

  1. Les représentants de la Couronne ont écouté et noté les préoccupations des demanderesses autochtones de bonne foi, mais ils ont omis d’offrir un espace de dialogue réceptif, réfléchi et véritable en réponse à ces préoccupations.
  2. La capacité de la Couronne de consulter et de dialoguer à la phase III du processus de consultation était limitée pour deux raisons : a) la réticence de la Couronne de s’éloigner des conclusions et des recommandations de l’ONE afin de réellement comprendre les préoccupations des demanderesses autochtones, de les considérer et d’y répondre de manière adéquate, et b) la conception erronée de la Couronne selon laquelle elle ne pouvait pas imposer de conditions supplémentaires au projet TMX. Il s’agit là d’une conception erronée qui ne respectait pas les principes de droit énoncés dans l’affaire Gitxaala, selon lesquels le GEC a nécessairement le pouvoir d’imposer des conditions à tout CUP.
  3. Les efforts supplémentaires d’atténuation et de consultation de la Couronne, tel que le Comité consultatif et de surveillance autochtone et le Plan national de protection des océans, que la Cour a qualifié d’initiatives louables conçues pour appuyer le processus de consultation et répondre aux questions relatives au transport maritime, respectivement, étaient mal définis au moment de la consultation de phase III et ne pouvaient pas répondre aux préoccupations ou les atténuer au moment où le projet TMX a été approuvé.

Prochaines étapes pour le GEC et le projet TMX

En annulant le décret délivré par le GEC, la Cour a déclaré nul le CUP qui approuvait la construction et l’exploitation du projet TMX et a transféré au GEC l’approbation du projet TMX afin qu’il rende une nouvelle décision dans les plus brefs délais. La Cour a exigé que toute nouvelle décision prenne en compte les éléments suivants :

  1. le GEC doit demander à l’ONE (ou à son remplaçant) d’examiner de nouveau ses recommandations et ses conditions;
  2. le GEC peut demander à l’ONE d’effectuer ce nouvel examen en tenant compte de tout autre facteur précisé par le GEC;
  3. le GEC peut imposer un délai précis à l’ONE pour qu’il effectue ce nouvel examen;
  4. l’ONE doit réexaminer, en tenant compte des principes exposés, si le transport lié au projet est secondaire au projet TMX, l’application de l’article 79 de la LSEP au transport lié au projet, l’évaluation environnementale du projet TMX par l’ONE à la lumière de la définition du projet TMX, la recommandation de l’ONE en vertu de la LCEE de 2012 et toute autre question que le GEC estime appropriée;
  5. la Couronne doit mener de nouveau la consultation de phase III; le projet TMX pourra seulement être présenté au GEC pour approbation lorsque cette consultation aura été faite et que des accommodements auront été apportés.

En ce qui concerne toute future consultation de phase III, la Cour a conclu que les préoccupations soulevées par les demanderesses autochtones au cours de la consultation de phase III précédente étaient spécifiques et ciblées, de sorte que le dialogue que la Couronne doit engager se doit également d’être spécifique et ciblé. De l’avis de la Cour, cela devrait permettre au nouveau processus de consultation d’être bref et efficace, tout en s’assurant qu’il soit significatif, dans le but ultime qu’il soit réalisé dans, ce que la Cour a qualifié, de « courts délais ».

Il reste à voir si le gouvernement du Canada déposera une demande d’autorisation d’appel de la décision devant la Cour suprême du Canada, ou s’il tentera plutôt de remédier à la situation et de combler les lacunes constatées par la Cour.

Conclusion

À la suite de l’affaire Gitxaala, le jugement de la Cour dans l’affaire Tsleil-Waututh démontre, une fois de plus, que les promoteurs de grands projets d’infrastructure énergétique au Canada, plus particulièrement les projets soumis à la supervision de l’ONE, sont confrontés à des aléas réglementaires considérables, impossibles à contrôler ou à atténuer. Des erreurs des autorités de réglementation ou du gouvernement, que ce soit au début de l’examen réglementaire, comme dans le cas de l’établissement de la portée des impacts du projet TMX en vertu de la LCEE de 2012 par l’ONE, ou vers la fin de l’examen réglementaire, comme dans le cas de la consultation des peuples autochtones après la décision de l’ONE dans le cadre du projet TMX et du projet du pipeline Northern Gateway, continuent de se produire. Ces erreurs sont commises même si le régime législatif et réglementaire, en particulier les lois concernant l’obligation de la Couronne en matière de consultation avec les peuples autochtones, est bien en place et connu.

En définitive, les promoteurs de projets, les autorités de réglementation et le gouvernement doivent s’assurer, tant individuellement que collectivement, d’identifier, de comprendre et de régler les préoccupations qui sous-tendent l’opposition aux projets d’infrastructure énergétique. Voilà qui est d'autant plus vrai qu’un grand nombre de modifications sont proposées dans le projet de loi C-69, dont la Régie canadienne de l’énergie devra tenir compte dans l’évaluation des futures demandes de construction de pipelines.4

Footnote

1 Nation Gitxaala c. Canada, 2016 CAF 187, 2016 4 RCF 418; Chippewas of the Thames First Nation c. Pipelines Enbridge inc., 2017 CSC 41, 2017 1 RCS 1099; Clyde River (Hameau) c. Petroleum Geo Services Inc., 2017 CSC 40, 2017 1 RCS 1069.

2 La Nation Tsleil-Waututh, la Nation Squamish, la Bande indienne de Coldwater, le Stó:lō Collective, Upper Nicola et Stk’emlupsemc te Secwepemc de la Nation Secwepemc.

3 La Raincoast Conservation Foundation et la Living Oceans Society.

4 https://www.stikeman.com/fr-ca/savoir/droit-canadien-energie/L-ONE-bientot-remplace-par-la-Regie-canadienne-de-l-energie

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions