Canada: Alta Energy Luxembourg - La Cour Canadienne De L'impôt Réaffirme Le Droit Du Contribuable À Se Prévaloir Des Avantages De La Convention

  • La Cour canadienne de l'impôt a décidé dans la décision Alta Energy Luxembourg S.A.R.L. v. Her Majesty the Queen qu'une société résidente du Luxembourg peut se prévaloir des avantages de la Convention en matière d'impôts entre le Canada et le Luxembourg sans être assujettie, pour ce seul motif, à la règle générale anti-évitement (« RGAE ») aux termes de la Loi de l'impôt sur le revenu du Canada (la « LIR »).
  • Dans sa décision du 22 août 2018, la Cour a confirmé que l'analyse de la RGAE ne devait pas se borner à coller des étiquettes, comme le (soi-disant) « chalandage fiscal » [traduction non officielle], mais devait plutôt s'appuyer sur le texte de la loi ou du traité applicables.
  • La décision comprend aussi une intéressante analyse du mécanisme d'application au secteur des ressources naturelles de l'exception visant les biens immobiliers prévue par la Convention entre le Canada et le Luxembourg.
  • Même si la décision a été favorable au contribuable, il est remarquable et troublant que la Couronne ait de nouveau choisi de marquer son opposition au moyen de la RGAE.

Contexte

Voici les principaux faits de l'instance :

  • Alta Energy Partners Canada Ltd. (« Alta Canada ») était une filiale en propriété exclusive d'Alta Energy Partners, LLC du Delaware.
  • Les actions d'Alta Canada constituaient un « bien canadien imposable » pour l'application de la LIR parce que la société exerçait des activités d'acquisition et de mise en valeur d'avoirs miniers canadiens.
  • Dans le cadre de la restructuration de 2012, les actions d'Alta Canada ont été transférées à une société liée du Luxembourg nouvellement formée (l'« appelante »).
  • En 2013, l'appelante a vendu ses actions d'Alta Canada à un tiers avec lequel elle n'avait pas de lien de dépendance pour environ 680 millions de dollars.
  • Au moment de la vente, Alta Canada était titulaire d'un permis d'exploration, de forage et d'extraction d'hydrocarbures visant 62 000 acres dans la formation de Duvernay en Alberta (la « participation directe »). Elle avait également foré six puits et eu une participation dans deux autres puits en qualité de société non exploitante.

Production d'une déclaration par le contribuable et nouvelle cotisation du ministre

L'appelante a produit ses déclarations d'impôt canadiennes en supposant que les 380 millions de dollars de gains en capital qu'elle avait réalisés sur la vente des actions étaient exonérés d'impôt selon la Convention en matière d'impôts entre le Canada et le Luxembourg (la « Convention »). Même si les paragraphes 13(4) et (5) de la Convention établissent que le Canada se réserve le droit d'imposer le gain en capital qui découle de la disposition d'actions dont la valeur est principalement tirée d'un bien immobilier situé au Canada, une exception (l'« exception visant les biens immobiliers ») s'applique aux biens immobiliers dans lesquels la société exerce ses activités. Il faut noter qu'il n'y a pas d'exception comparable dans la convention fiscale entre le Canada et les États-Unis.

La ministre du Revenu national (la « ministre ») a procédé à une nouvelle cotisation de l'appelante, rejetant sa prétention selon laquelle la vente des actions était exonérée de l'impôt canadien. La ministre a avancé deux arguments à l'appui de sa conclusion voulant que l'exception visant les biens immobiliers ne s'applique pas à la participation directe :

  • Alta Canada avait foré et extrait des hydrocarbures seulement dans un petit nombre de sections du terrain dont elle avait le contrôle (les « sections » désignent les zones d'un terrain pour lesquelles le permis est délivré);
  • L'application de l'exception visant les biens immobiliers à cette affaire est assujettie à la RGAE au motif que l'appelante s'était servi de la Convention pour faire du « chalandage fiscal abusif » [traduction non officielle].

Questions en appel

Dans cet appel de la décision de la ministre, la Cour de l'impôt a été priée de se prononcer sur les points suivants :

  • Le gain en capital réalisé par l'appelante en raison de la vente des actions d'Alta Canada était-il exonéré d'impôts en vertu des paragraphes 13(4) et (5) de la Convention?
  • Dans l'affirmative, la RGAE avait-elle prépondérance sur la Convention en raison du soi-disant « chalandage fiscal abusif »? [traduction non officielle]

Décision : application de l'exonération prévue par la convention, mais pas de la RGAE

L'exception visant les biens immobiliers dans le contexte des ressources naturelles

Même si ce n'est pas le sujet de notre billet, la décision comprend une précieuse analyse de la manière dont l'exception visant les biens immobiliers s'applique dans le secteur des ressources naturelles. En l'espèce, les terrains n'étaient pas tous exploités activement au moment de la vente. La position de la Couronne était que l'exception devait s'appliquer aux permis analysés au cas par cas strictement et que seuls devaient être visés les terrains inclus dans le permis sur lesquels on procédait activement à du forage ou à de l'extraction.

Le juge Hogan de la Cour de l'impôt, rejetant cette approche, a fait observer que la position de la Couronne ne tenait pas compte de la réalité commerciale de l'industrie des ressources naturelles. Dans le cas de l'industrie pétrolière, elle a ignoré le fait que le pétrole extrait du puits vertical d'une section provient dans de nombreux cas d'un bassin qui dessert plusieurs sections. Même si cette affaire traite du secteur pétrolier et gazier, le juge Hogan a étendu la portée de son analyse aux exploitations forestières, dont les pratiques environnementales exemplaires exigent que certaines sections d'un terrain forestier demeurent intactes. Selon le juge Hogan, le fait de limiter l'exception visant les biens immobiliers aux sections d'un terrain forestier qui sont exploitées encouragerait la coupe à blanc au détriment du développement durable.

Par conséquent, après avoir analysé l'article 13 et l'exception visant les biens immobiliers, le juge Hogan a conclu que l'intention des rédacteurs de la Convention aurait été que les sociétés du secteur des ressources naturelles puissent se prévaloir de l'exception visant les biens immobiliers si le bien est mis en valeur conformément aux pratiques exemplaires du secteur, comme c'était le cas en l'espèce.

Application de la RGAE

Subsidiairement, la Couronne a avancé l'argument selon lequel la RGAE doit s'appliquer pour neutraliser le résultat obtenu au moyen de la Convention. À de nombreux égards, on a repris l'argument développé dans la décision Canada c. MIL (Investments) S.A. rendue par la Cour d'appel fédérale en 2007. Le recours à cet argument est surprenant puisque l'arrêt MIL et bon nombre d'affaires ultérieures ont la réputation d'avoir consolidé la proposition voulant qu'une politique générale vague contre le « chalandage fiscal » ne peut appuyer la conclusion d'abus de l'objet d'une Convention.

Jurisprudence sur le chalandage fiscal

Dans l'affaire MIL, un contribuable domicilié aux îles Caïmans avait changé son lieu de résidence pour le Luxembourg avant de vendre ses actions d'une société canadienne, apparemment afin de tirer parti de l'exonération des gains en capital prévue par la Convention. Le juge Pelletier, rejetant la position de la Couronne selon laquelle le « chalandage fiscal » constituait en soi un abus des dispositions de la Convention a écrit :

[N]ous ne voyons rien, dans les dispositions de la [LIR] et du traité fiscal auxquelles nous avons été renvoyés, interprétées d'après leur objet et leur contexte, qui appuierait l'argument selon lequel l'avantage fiscal obtenu par l'intimée constituait un abus de l'objet de l'une quelconque de ces dispositions.

L'affaire MIL appuie clairement la proposition voulant que pris isolément, le soi-disant « chalandage fiscal » n'est pas abusif au sens de la RGAE. Des déclarations similaires ont été faites dans les arrêts Fundy Settlement c. Canada (aussi appelée St. Michael Trust Corp. c. Sa Majesté la Reine, ou l'affaire « Garron »), et Antle c. Canada, qui comportaient le détournement d'un gain en capital vers une fiducie de la Barbade suivi d'une demande de dispense d'application de l'Accord entre le Canada et la Barbade. Par exemple, le juge Sharlow de la Cour d'appel fédérale a déclaré dans l'affaire Garron :

Le fait que les fiducies auraient également droit à l'exonération prévue dans l'accord est dû au fait que, dans l'Accord fiscal avec la Barbade, le Canada a convenu de ne pas imposer certains gains en capital réalisés par une personne résidant à la Barbade. Si, aux fins de l'accord, les fiducies résident à la Barbade, on ne saurait dire qu'en invoquant à leur profit l'exonération prévue, elles détournent ou abusent des dispositions de l'Accord fiscal avec la Barbade.

Ces décisions appuient vigoureusement la position selon laquelle le recours à une convention n'est pas abusif du seul fait de l'absence d'impôts au Canada ou ailleurs.

Le ministère des Finances du Canada (le « ministère des Finances »), en réponse à la jurisprudence qui précède, a annoncé la tenue d'un processus de consultation sur le chalandage fiscal dans le budget fédéral de 2013, qui a été suivi par un document de consultation. Dans ce document, le ministère des Finances, qui a reconnu l'existence de jurisprudence sur le chalandage fiscal, déclare :

Tel que discuté plus en détail ci-dessous, les tribunaux canadiens ont généralement reconnu l'existence de cas de chalandage fiscal au vu des faits présentés devant eux, mais ils n'ont pu toutefois réussir à trouver une politique de convention fiscale claire ou l'intention des législateurs afin de refuser l'application d'un avantage d'une convention fiscale lors d'un tel arrangement.

Prises collectivement, ces trois décisions établissent de façon relativement claire que les tribunaux canadiens ne sont pas enclins pour l'instant à rendre des décisions défavorables aux contribuables lorsqu'il est question de chalandage fiscal. En d'autres termes, les tribunaux du Canada doivent disposer d'une orientation législative plus claire établissant que le chalandage fiscal constitue un usage inapproprié des conventions fiscales conclues par le Canada. [c'est nous qui soulignons]

Le ministère des Finances a finalement décidé de ne pas adopter la règle nationale sur le chalandage fiscal qui avait été proposée dans le document de consultation. Toutefois, il a ultérieurement signé la Convention multilatérale pour la mise en Suvre des mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices de l'OCDE (l'« IM »). Une fois qu'elle sera entrée en vigueur, l'IM introduira une nouvelle règle antichalandage fiscal dans de nombreuses conventions fiscales canadiennes et constituera vraisemblablement le mécanisme par lequel le gouvernement remettra en question les ententes de chalandage qui ne lui plairont pas.

Le juge Hogan a reconnu le contraste existant entre l'argument sur la RGAE en l'espèce et les déclarations antérieures du ministère des Finances :

Il est clair pour moi que la [Couronne] cherche à obtenir le même résultat en l'espèce aux termes de la RGAE que celui censé être atteint aux termes de la règle susmentionnée. À mon avis, la [Couronne] cherche à appliquer la RGAE pour traiter ce que le ministère des Finances croit désormais être une lacune involontaire dans la Convention. [traduction non officielle]

Compte tenu de tous ces facteurs, le juge Hogan a conclu sans mal que la proposition vague de « chalandage fiscal » ne constitue pas un abus de la Convention, en l'absence d'abus lié à des articles précis de la Convention. À l'appui de son raisonnement, le juge Hogan a fait observer que le Modèle de Convention de l'OCDE ne comporte pas d'exception visant les biens immobiliers et qu'il faut présumer que le Canada avait une raison valable de permettre au Luxembourg de réserver le droit aux gains en capital dans ces circonstances précises. Et il conclut qu'il « ne revient certainement pas à la Cour de perturber leur accord à cet égard » [traduction non officielle].

Conclusion

Il est indubitable que la ministre du Revenu national n'a pas aimé le résultat fiscal qui a été obtenu par suite de la réorganisation de l'appelante. Toutefois, cette désapprobation ne suffit pas à justifier l'application de la RGAE. Comme il a été déclaré par la Cour suprême du Canada, dans l'analyse de la RGAE, « il ne faut pas confondre la détermination de la raison d'être des dispositions applicables de la Loi avec le jugement de valeur quant à ce qui est bien ou mal non plus qu'avec les conjectures sur ce que devrait être une loi fiscale ou sur l'effet qu'elle devrait avoir ». La position adoptée par la ministre peut au mieux être qualifiée de déconcertante compte tenu de la jurisprudence existante sur le sujet, de son apparente contradiction avec les déclarations du ministère des Finances et de l'impact de l'IM jusqu'à présent.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions