Canada: Un employeur est-il tenu par la loi d'accepter le préavis de démission fourni par un salarié, et ce, peu importe sa durée?

Le 11 août 2017, le Tribunal administratif du travail (« TAT ») a rendu une décision fort intéressante et préoccupante pour les employeurs dans l'affaire Sylvestre c. Distribution Zone Électronique inc.1 En effet, il s'agit de la première décision en droit québécois qui applique non seulement le raisonnement de l'arrêt de la Cour suprême du Canada Asphalte Desjardins2 mais qui pousse à l'extrême une situation particulière où un salarié a fourni un préavis de démission extrêmement long, à savoir 11 mois.

Ainsi, le TAT conclut, d'une part, que l'employeur était tenu d'accepter le préavis de démission fourni par le salarié. D'autre part, et tel que plus amplement détaillé ci-après, le TAT pousse encore plus loin le raisonnement en concluant qu'un employeur ne peut écourter le préavis de démission d'un salarié qui compte plus de deux ans de service continu en l'absence d'une cause juste et suffisante de congédiement et que, à défaut d'une telle cause, le salarié pourrait déposer une plainte fondée sur l'article 124 de la Loi sur les normes du travail (« L.n.t. »).

Cette décision semble étonnamment être passée sous le radar de plusieurs et nous jugeons qu'elle mérite pleinement des explications et des éclaircissements, vu les implications importantes qu'elle peut avoir sur la gestion quotidienne des ressources humaines de toute entreprise au Québec.

1. Rappel de l'arrêt Asphalte Desjardins

Dans un premier temps et pour une meilleure compréhension, nous jugeons opportun de rappeler sommairement les faits et les principes énoncés dans l'arrêt Asphalte Desjardins. Dans cette affaire, le salarié, qui était à l'emploi d'une entreprise québécoise de façon discontinue depuis 14 ans, a remis à son employeur une lettre de démission datée du 15 février 2008 dans laquelle il indiquait qu'il quitterait son emploi le 7 mars 2008. Bien que le salarié ait donné un préavis de démission de 3 semaines à l'employeur, ce dernier lui a plutôt demandé de quitter son emploi le 19 février 2008, soit 4 jours après la remise de la lettre de démission, et ne lui a versé aucune indemnité compensatoire. La Commission des normes du travail a alors demandé à la Cour du Québec que soit versée au salarié l'indemnité de fin d'emploi prévue aux articles 82 et 83 de la L.n.t.

La question en litige visait essentiellement à déterminer la nature de la rupture du lien d'emploi : s'agissait-il d'une démission ou plutôt d'un congédiement à l'initiative de l'employeur?

Lorsqu'elle a été saisie du dossier, la Cour suprême du Canada a énoncé qu'un contrat d'emploi à durée indéterminée ne prend pas fin automatiquement au moment où un salarié donne un préavis de démission; la relation contractuelle se poursuit plutôt entre les parties jusqu'au dernier jour de travail annoncé par le salarié. Ainsi, la Cour nous enseigne que si l'employeur souhaite à son tour mettre fin au contrat avant l'expiration du préavis de démission qui lui a été donné, il doit lui-même donner un délai de congé au salarié en vertu de l'article 2091 du Code civil du Québec (« C.c.Q. »).

De ce fait, la Cour suprême du Canada a clairement établi qu'un employeur qui précipite la fin de l'emploi d'un salarié démissionnaire ne « renonce » pas au préavis de démission qui lui a été présenté; il s'agit plutôt d'une véritable résiliation unilatérale du contrat d'emploi, qui doit être faite en conformité avec la loi.

Il faut donc comprendre de cet arrêt que, placé dans une situation où un salarié annonce son intention de démissionner, l'employeur a trois choix :

  1. exiger que le salarié demeure au travail et exécute ses tâches durant le préavis de démission;
  2. refuser que le salarié se présente sur les lieux du travail pour la durée du préavis de démission annoncé, tout en le rémunérant pendant cette période;
  3. mettre fin à l'emploi du salarié en lui versant une indemnité de délai de congé raisonnable selon l'article 2091 du C.c.Q.

Cela dit, qu'en est-il lorsque le salarié démissionnaire compte plus de deux ans de service continu auprès de la même entreprise? Et que se passe-t-il lorsqu'il donne un préavis de démission très long, voire déraisonnablement long? Aucune décision ne semble avoir été prononcée sur de telles situations depuis l'arrêt Asphalte Desjardins inc.... jusqu'à l'affaire Sylvestre.

2. Rappel des principes juridiques applicables à toute fin d'emploi sans motif sérieux

Au Québec, le droit de mettre fin unilatéralement à un contrat d'emploi à durée indéterminée est régi tant par la L.n.t. que par le C.c.Q. L'article 2091 du C.c.Q. stipule que l'employeur et le salarié peuvent en tout temps mettre fin unilatéralement à l'emploi, sans motif sérieux, à condition de donner à l'autre partie un délai de congé raisonnable.

Toutefois, l'article 124 de la L.n.t. limite la capacité de l'employeur de mettre fin unilatéralement à la relation d'emploi en donnant aux salariés (qui comptent au moins deux années de service continu) la possibilité de contester leur fin d'emploi au motif que l'employeur n'avait pas de cause juste et suffisante pour agir ainsi. Le salarié qui exerce le droit prévu à l'article 124 de la L.n.t. peut demander, entre autres choses, à être réintégré dans son emploi ainsi que le paiement du salaire perdu.

Par conséquent, le droit de l'employeur de mettre fin à la relation d'emploi en donnant un délai de congé raisonnable en vertu de l'article 2091 du C.c.Q. est limité, dans la mesure où les salariés comptant deux ans ou plus de service continu peuvent exiger que l'employeur prouve l'existence d'une cause juste et suffisante de congédiement. Dans un tel cas, il n'est pas possible pour un employeur de mettre fin à l'emploi d'un salarié qui compte plus de deux ans de service continu simplement en lui donnant un délai de congé raisonnable en vertu de l'article 2091 du C.c.Q. : il doit nécessairement avoir un motif juste et suffisant pour ce faire.

Comment alors concilier ces principes avec ceux énoncés dans l'arrêt Asphalte Desjardins inc.? C'est ce que le TAT a tenté d'illustrer dans l'affaire Sylvestre présentée ci-dessous, laquelle traduit clairement la difficulté de concilier l'article 124 de la L.n.t. avec les règles de droit commun prévues au C.c.Q.

3. Les faits de l'affaire Sylvestre et les conclusions du TAT

Les faits à l'origine de cette décision sont simples. M. Sylvestre est directeur de la mise en marché et à l'emploi de l'entreprise de façon continue depuis 26 ans. Le 2 juillet 2015, il annonce son intention de démissionner et de quitter l'entreprise le 3 juin 2016, soit 11 mois plus tard. L'employeur accepte sa démission mais, jugeant le préavis de démission déraisonnable, décide unilatéralement que le dernier jour de travail de M. Sylvestre sera le 23 septembre 2015, soit 11 semaines plus tard. Refusant cette modification et se considérant congédié sans cause juste et suffisante, M. Sylvestre dépose une plainte fondée sur l'article 124 de la L.n.t.

Dans sa décision, le TAT rappelle d'abord les enseignements de l'arrêt Asphalte Desjardins inc. et conclut qu'il s'agit véritablement d'un congédiement, et non d'une démission, puisqu'un employeur qui écourte la période de préavis travaillé annoncée par le salarié avant la date prévue rompt unilatéralement le contrat de travail.

Cela dit, sans même se pencher sur le caractère raisonnable du préavis de 11 semaines qui a effectivement été donné à M. Sylvestre par l'employeur, le TAT rappelle que M. Sylvestre comptait plus de deux ans de service continu auprès de l'entreprise, et conclut de ce fait que l'employeur devait avoir une cause juste et suffisante pour procéder au congédiement. Ainsi, le TAT conclut que la fin d'emploi de M. Sylvestre est contraire à la L.n.t. et que ce dernier aurait dû conserver son emploi avec tous ses droits et privilèges jusqu'à la date de démission annoncée, soit le 3 juin 2016. Conséquemment, le TAT ordonne à l'employeur de verser à M. Sylvestre une indemnité équivalant au salaire et aux autres avantages dont l'a privé le congédiement.

4. Réflexion suivant l'affaire Sylvestre

Nous sommes d'avis, avec égards, que le TAT a erré en forçant l'employeur à maintenir à son service le salarié qui avait donné un préavis de démission jugé trop long par l'employeur, et ce, sans se pencher sur la question de ce qui constituait un préavis raisonnable dans les circonstances et en se fondant uniquement sur le principe général selon lequel un employeur doit avoir une cause juste et suffisante pour mettre fin à l'emploi d'un salarié comptant plus de deux ans de service continu.

En effet, nous croyons que ce raisonnement excède largement celui proposé par la Cour suprême du Canada dans l'arrêt Asphalte Desjardins inc. Nous sommes d'avis que l'employeur devrait pouvoir déterminer si le préavis de démission donné est, dans les circonstances propres à chaque cas, raisonnable ou non. Dans le cas où il jugerait le préavis de démission déraisonnable, l'employeur devrait avoir la possibilité de fixer lui-même la date de fin d'emploi du salarié conformément à l'article 2091 du C.c.Q. sans se faire opposer l'argument selon lequel il s'agit d'un congédiement sans cause juste et suffisante.

Nous sommes d'avis que c'est d'ailleurs ce que la Cour suprême du Canada a voulu dire dans l'arrêt Asphalte Desjardins inc. lorsqu'elle s'est exprimée en ces termes :

Bien sûr, on ne peut « imposer » à l'employeur le délai de congé décidé unilatéralement par le salarié. Un employeur peut refuser qu'un salarié se présente sur les lieux de travail pour la durée du délai, mais il doit néanmoins le rémunérer pour cette période, dans la mesure où le délai de congé fourni par le salarié est raisonnable.3

[le soulignement est de nous]

Par ailleurs, nous jugeons important de souligner que, dans l'arrêt Asphalte Desjardins, le salarié avait occupé son emploi auprès de l'employeur de 1994 à 2008. La décision de première instance indique que « cette période a cependant été entrecoupée de moments où il a travaillé pour d'autres employeurs4  », sans qu'il ne nous soit possible d'affirmer avec certitude si le salarié comptait plus de deux ans de service continu chez Asphalte Desjardins inc. au moment où il a annoncé sa démission. Chose certaine, jamais la Cour suprême du Canada n'a fait mention de l'article 124 de la L.n.t. ou d'une quelconque obligation d'avoir une cause juste et suffisante pour écourter le préavis de démission d'un salarié.

Selon nous, conclure autrement, comme l'a fait le TAT dans l'affaire Sylvestre, donnera lieu à des situations inusitées et non fondées où les salariés ayant plus de deux ans de service continu auprès d'une même entreprise tenteront de donner des préavis de démission déraisonnablement longs à leur employeur, en espérant recevoir une indemnité équivalente à leur salaire pour toute la durée desdits préavis, et ce, plus particulièrement en contexte de préretraite.

Finalement, il est important de noter qu'à la suite de la décision rendue par le TAT au mois d'août dernier, l'employeur a déposé une demande de révision judiciaire à la Cour supérieure. Nous surveillerons attentivement la décision qui sera rendue sur le sujet.


Footnotes

1 2017 QCTAT 3655 (pourvoi en contrôle judiciaire : le 28 août 2017) (n° 400-17-004688-178).

2 Québec (Commission des normes du travail) c. Asphalte Desjardins inc., 2014 CSC 51.

3 Québec (Commission des normes du travail) c. Asphalte Desjardins inc., 2014 CSC 51 au para 44.

4 Commission des normes du travail c. Asphalte Desjardins inc., 2010 QCCQ 7473 au para 5.

About BLG

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration (you must scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions