Canada: Douez c. Facebook: la Cour suprême du Canada confirme qu'une entreprise ne peut écarter par contrat l'application d'une loi locale en matière de vie privée

Le 23 juin 2017, la Cour suprême du Canada a rendu une décision portant sur le caractère exécutoire d'une clause d'élection de for dans les contrats en ligne qui influera considérablement sur les risques juridiques auxquels s'exposent les entreprises qui font du commerce électronique de détail. Dans l'affaire Douez c. Facebook, la Cour a rejeté la demande de Facebook qui visait à bloquer une action collective en Colombie-Britannique au motif que ses propres conditions d'utilisation précisaient que les actions en justice devaient être intentées en Californie. La majorité a statué qu'il ne devait pas être donné effet à cette clause étant donné l'inégalité du pouvoir de négociation entre les consommateurs et Facebook, sans compter l'importance des droits à la vie privée.

Contexte

Facebook, une entreprise américaine dont le siège est situé en Californie, exploite l'un des principaux réseaux sociaux au monde et tire la plus grande partie de ses revenus de la publicité. Douez est résidente de la Colombie-Britannique. En 2011, Facebook a lancé un nouveau produit publicitaire appelé « actualités sponsorisées » (Sponsored Stories). Ce produit utilisait le nom et la photo de certains de ses membres pour faire la publicité d'entreprises et de produits auprès des autres membres. Mme Douez a intenté en Colombie-Britannique une action dans laquelle elle alléguait que Facebook s'était servi de son nom et de son image sans son consentement pour faire de la publicité, contrevenant ainsi à la Privacy Act de la Colombie-Britannique. La demanderesse a également demandé la certification de son action en justice à titre d'action collective. Le groupe projeté englobe tous les résidents de la Colombie-Britannique dont le nom ou la photo a été utilisé dans une actualité sponsorisée, à savoir environ 1,8 million de personnes. Au stade préliminaire, Facebook a demandé la suspension de l'action en invoquant la clause d'élection de for et de désignation du droit applicable, qui stipule que tout différend doit être tranché en Californie. Cette clause figure dans les conditions d'utilisation de Facebook auxquelles acceptent de se conformer les utilisateurs lorsqu'ils adhèrent à Facebook. La juge de première instance a refusé de donner effet à la clause et a certifié l'action collective. La Cour d'appel de la Colombie-Britannique a infirmé la décision au motif que la clause d'élection de for de Facebook était exécutoire et que Mme Douez n'avait pas démontré l'existence de motifs sérieux de ne pas lui donner effet. La question de la certification est donc devenue théorique.

La Cour suprême du Canada a renversé la décision de la Cour d'appel de la Colombie-Britannique et conclu que clause d'élection de for n'était pas exécutoire. La décision majoritaire repose sur deux décisions écrites, que nous analysons ci-après.

Motifs des juges Karakatsanis, Wagner et Gascon

Les juges Karakatsanis, Wagner et Gascon, se prononçant au nom de la majorité, amorcent leur argumentaire en admettant que les clauses d'élection de for ont une raison d'être louable, qu'elles sont d'usage courant et qu'on leur donne couramment effet car elles confèrent aux opérations la certitude et la sûreté dérivées des principes fondamentaux du droit international privé que sont l'ordre et l'équité, ce qui fait écho aux opinions dissidentes de la juge en chef McLachlin et des juges Moldaver et Côté. Toutefois, les juges qui ont rendu la décision majoritaire ont déclaré que les tribunaux canadiens ne se contentent pas d'appliquer ces clauses comme n'importe quelles autres clauses puisqu'elles empiètent sur la fonction juridictionnelle de l'autorité judiciaire publique. En effet, ils ont pris en considération le fait que ces clauses ont pour effet de soustraire un litige à la fonction juridictionnelle des tribunaux d'une province tandis que l'exercice de cette fonction juridictionnelle dans chaque province sert le bien commun, puisque toute personne a le droit de saisir une cour de justice, et celle-ci a l'obligation de connaître de sa demande. Par conséquent, lorsqu'aucune loi n'a préséance sur elles, la démarche en deux étapes établie dans Z .I. Pompey Industrie c. ECU-Line N.V. s'applique pour décider s'il y a lieu ou non de donner effet à une clause d'élection de for et de suspendre l'action intentée malgré l'existence de celle-ci.

À la première étape du test, la partie qui demande la suspension doit établir que la clause est valide, claire et exécutoire et qu'elle s'applique à la cause d'action dont le tribunal est saisi. Selon les trois magistrats, la clause d'élection de for qui figure dans les conditions d'utilisation de Facebook est jugée exécutoire.

Le demandeur doit ensuite démontrer l'existence de motifs sérieux pour lesquels le tribunal ne devrait pas donner effet à la clause d'élection de for et suspendre l'action. À cette seconde étape de la démarche, le tribunal doit prendre en considération toutes les circonstances, y compris les inconvénients pour les parties, l'équité entre les parties et l'intérêt de la justice ainsi que l'intérêt public. Bien que ces considérations aient été interprétées et appliquées de manière restrictive dans le domaine commercial , les juges Karakatsanis, Wagner et Gascon ont estimé que le contexte commercial nécessitait que ces facteurs soient modifiés. Ils ont fondé leur raisonnement sur plusieurs jugements rendus par des tribunaux canadiens, anglais et australiens qui ont reconnu que le caractère exécutoire de la clause d'élection de for peut s'appliquer de façon différente selon le contexte contractuel. Ainsi, ils ont déterminé que les tribunaux devaient tenir compte des considérations d'intérêt public touchant l'inégalité flagrante du pouvoir de négociation des parties et la nature des droits en jeu au moment de l'examen du caractère exécutoire de la clause d'élection de for d'un contrat de consommation.

Les juges ont conclu que Mme Douez s'était déchargée de son fardeau d'établir l'existence de motifs sérieux de ne pas donner effet à la clause d'élection de for en se fondant sur des considérations relatives aux politiques publiques et sur d'autres facteurs secondaires.

En effet, ils ont déclaré qu'un tribunal a le pouvoir discrétionnaire de refuser qu'un contrat soit rendu exécutoire pour des raisons de politiques publiques afin de protéger la partie la plus vulnérable ou les mesures sociales, économiques ou politiques prises par l'État dans l'intérêt de la collectivité. Malgré la prétention contraire de Facebook, les juges Karakatsanis, Wagner et Gascon ont conclu qu'il y avait une inégalité flagrante du pouvoir de négociation des parties puisque (i) dans le cas d'un contrat d'adhésion entre un consommateur individuel et une grande entreprise, le consommateur n'a d'autre choix que d'accepter ou non, le choix de « ne pas être en ligne » ne sachant constituer un choix véritable à l'ère d'Internet; (ii) il existe un intérêt prépondérant à ce que les tribunaux canadiens statuent dans les affaires qui portent sur des droits constitutionnels ou quasi-constitutionnels comme les droits à la vie privée des Britanno-Colombiens, compte tenu du fait que seule l'interprétation par une juridiction locale des droits à la vie privée que confère la Privacy Act offrira aux autres résidents de la province clarté et certitude sur la portée de ces droits.

Outre les justifications relevant de l'intérêt public, les trois juges ont affirmé que deux autres considérations secondaires donnaient également à penser que la clause d'élection de for ne devrait pas s'appliquer. La première touche l'intérêt de la justice : la Cour suprême de la Colombie-Britannique est mieux placée qu'une juridiction californienne pour définir l'objet de la loi et l'intention qui la sous-tend, puis décider si l'intérêt public ou l'intention du législateur empêche les parties d'écarter les droits issus de la Privacy Act en choisissant de se soumettre au droit d'un ressort étranger. La seconde présuppose une analyse du coût et des inconvénients d'une poursuite dans l'autre ressort : les frais et les inconvénients occasionnés aux Britanno-Colombiens par l'obligation de poursuivre en Californie, comparés à ceux occasionnés à Facebook font en sorte qu'il serait plus commode de rendre les registres et les dossiers de Facebook disponibles pour examen en Colombie-Britannique que d'obliger Mme Douez à se déplacer jusqu'en Californie pour défendre sa cause.

Dissidence de la juge Abella

La juge Abella s'est ralliée à la majorité en faisant valoir des raisons qui étayaient encore plus l'opposition au caractère exécutoire de la clause d'élection de for dans le contrat de Facebook. Ainsi, elle a conclu que la clause en question ne respectait pas le premier critère du test de l'arrêt Pompey, soulignant la nature non négociée des contrats en ligne et mettant en doute la validité du consentement donné par le consommateur. À son avis, la clause d'élection de for contenue dans les conditions d'utilisation de Facebook constitue « un cas classique d'iniquité », ce qui la rend d'office inexécutoire.

Leçons à tirer pour les entreprises

Ce jugement a des incidences qui vont bien au-delà de la sphère des contrats de consommation. De fait, la Cour suprême a laissé sous-entendre que l'intérêt des tribunaux canadiens à statuer dans des affaires qui portent sur des droits constitutionnels ou quasi-constitutionnels comme les droits à la vie privée pourrait suffire pour leur permettre d'utiliser leur pouvoir discrétionnaire de refuser de donner effet à un contrat pour des raisons liées à l'intérêt public. Le caractère exécutoire d'une clause d'élection de for présente dans d'autres types de contrats pourrait donc être contesté lorsque des droits constitutionnels et quasi-constitutionnels entrent en ligne de compte.

Quelques provinces prévoient un droit privé d'action en cas d'atteinte à la vie privée semblable à celui prévu par la Privacy Act de la Colombie-Britannique. En date d'aujourd'hui, seules les lois de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Saskatchewan contiennent des dispositions qui confèrent à leurs tribunaux une compétence exclusive. Au Québec, le Code civil du Québec prévoit un cadre juridique analogue et la Charte des droits et libertés de la personne attribue un statut quasi-constitutionnel aux droits à la vie privée. Étant donné que la Cour suprême du Canada a déclaré que les clauses d'élection de for ne seraient pas exécutoires si la loi confère clairement une compétence exclusive à une juridiction locale, il convient de rester à l'affût de modifications législatives qui pourraient éventuellement refléter cette décision.

En ce qui concerne les entreprises, cette décision aura des incidences sur toutes les opérations en ligne qui pourraient s'avérer vastes puisque le raisonnement sous-jacent pourrait vraisemblablement s'appliquer dans tout autre contexte relatif à la protection du consommateur. La Cour suprême du Canada a démontré qu'elle était réticente à donner effet à des conditions d'utilisation en ligne non négociées qui mettent les consommateurs dans une position vulnérable pouvant se traduire par une perte de droits. Si la décision portait principalement sur les clauses d'élection de for, le raisonnement sur lequel elle s'appuie pourrait également s'appliquer à d'autres modalités contractuelles en ligne par lesquelles on tente d'outrepasser des lois et des protections importantes (par exemple des conditions d'utilisation aux termes desquelles on cherche à outrepasser les droits d'auteur des utilisateurs ou des protections locales des consommateurs).

Bien que plusieurs lois provinciales, comme la Loi sur la protection du consommateur du Québec, limitent déjà le caractère exécutoire de certaines clauses figurant dans des contrats de consommation, les entreprises qui font du commerce électronique de détail devraient désormais tenir compte du fait que certaines clauses contenues dans les contrats qu'elles passent avec des consommateurs canadiens pourraient ne pas être exécutoires si elles bafouent des droits à la vie privée. Les lecteurs du Québec devraient également noter que la Cour suprême du Canada a conclu que le contrat entre Facebook et ses utilisateurs était un contrat de consommation malgré le fait qu'il porte sur l'offre d'un service gratuit, rejetant ainsi la décision de 2011 rendue par la Cour supérieure du Québec voulant qu'un tel contrat ne soit pas un contrat de consommation.

À la lumière de cette décision déterminante et de ses vastes répercussions sur les transactions de consommation en ligne, les entreprises opérant par l'intermédiaire de sites web doivent noter que leurs contrats et conditions d'utilisation pourraient ne pas être entièrement exécutoires au Canada, particulièrement lorsque les droits à la vie privée sont en jeu. Idéalement, elles évalueraient la légalité de leur modèle d'affaires avant de lancer un nouveau produit ou service en ligne au Canada afin de tenir compte de leur responsabilité accrue et des risques connexes de même que de la possibilité de faire l'objet d'une action collective liée au respect de la vie privée au Canada.

About BLG

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Check to state you have read and
agree to our Terms and Conditions

Terms & Conditions and Privacy Statement

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd and as a user you are granted a non-exclusive, revocable license to access the Website under its terms and conditions of use. Your use of the Website constitutes your agreement to the following terms and conditions of use. Mondaq Ltd may terminate your use of the Website if you are in breach of these terms and conditions or if Mondaq Ltd decides to terminate your license of use for whatever reason.

Use of www.mondaq.com

You may use the Website but are required to register as a user if you wish to read the full text of the content and articles available (the Content). You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these terms & conditions or with the prior written consent of Mondaq Ltd. You may not use electronic or other means to extract details or information about Mondaq.com’s content, users or contributors in order to offer them any services or products which compete directly or indirectly with Mondaq Ltd’s services and products.

Disclaimer

Mondaq Ltd and/or its respective suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the documents and related graphics published on this server for any purpose. All such documents and related graphics are provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq Ltd and/or its respective suppliers hereby disclaim all warranties and conditions with regard to this information, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. In no event shall Mondaq Ltd and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use or performance of information available from this server.

The documents and related graphics published on this server could include technical inaccuracies or typographical errors. Changes are periodically added to the information herein. Mondaq Ltd and/or its respective suppliers may make improvements and/or changes in the product(s) and/or the program(s) described herein at any time.

Registration

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including what sort of information you are interested in, for three primary purposes:

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting.
  • To enable features such as password reminder, newsletter alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our information providers who provide information free for your use.

Mondaq (and its affiliate sites) do not sell or provide your details to third parties other than information providers. The reason we provide our information providers with this information is so that they can measure the response their articles are receiving and provide you with information about their products and services.

If you do not want us to provide your name and email address you may opt out by clicking here .

If you do not wish to receive any future announcements of products and services offered by Mondaq by clicking here .

Information Collection and Use

We require site users to register with Mondaq (and its affiliate sites) to view the free information on the site. We also collect information from our users at several different points on the websites: this is so that we can customise the sites according to individual usage, provide 'session-aware' functionality, and ensure that content is acquired and developed appropriately. This gives us an overall picture of our user profiles, which in turn shows to our Editorial Contributors the type of person they are reaching by posting articles on Mondaq (and its affiliate sites) – meaning more free content for registered users.

We are only able to provide the material on the Mondaq (and its affiliate sites) site free to site visitors because we can pass on information about the pages that users are viewing and the personal information users provide to us (e.g. email addresses) to reputable contributing firms such as law firms who author those pages. We do not sell or rent information to anyone else other than the authors of those pages, who may change from time to time. Should you wish us not to disclose your details to any of these parties, please tick the box above or tick the box marked "Opt out of Registration Information Disclosure" on the Your Profile page. We and our author organisations may only contact you via email or other means if you allow us to do so. Users can opt out of contact when they register on the site, or send an email to unsubscribe@mondaq.com with “no disclosure” in the subject heading

Mondaq News Alerts

In order to receive Mondaq News Alerts, users have to complete a separate registration form. This is a personalised service where users choose regions and topics of interest and we send it only to those users who have requested it. Users can stop receiving these Alerts by going to the Mondaq News Alerts page and deselecting all interest areas. In the same way users can amend their personal preferences to add or remove subject areas.

Cookies

A cookie is a small text file written to a user’s hard drive that contains an identifying user number. The cookies do not contain any personal information about users. We use the cookie so users do not have to log in every time they use the service and the cookie will automatically expire if you do not visit the Mondaq website (or its affiliate sites) for 12 months. We also use the cookie to personalise a user's experience of the site (for example to show information specific to a user's region). As the Mondaq sites are fully personalised and cookies are essential to its core technology the site will function unpredictably with browsers that do not support cookies - or where cookies are disabled (in these circumstances we advise you to attempt to locate the information you require elsewhere on the web). However if you are concerned about the presence of a Mondaq cookie on your machine you can also choose to expire the cookie immediately (remove it) by selecting the 'Log Off' menu option as the last thing you do when you use the site.

Some of our business partners may use cookies on our site (for example, advertisers). However, we have no access to or control over these cookies and we are not aware of any at present that do so.

Log Files

We use IP addresses to analyse trends, administer the site, track movement, and gather broad demographic information for aggregate use. IP addresses are not linked to personally identifiable information.

Links

This web site contains links to other sites. Please be aware that Mondaq (or its affiliate sites) are not responsible for the privacy practices of such other sites. We encourage our users to be aware when they leave our site and to read the privacy statements of these third party sites. This privacy statement applies solely to information collected by this Web site.

Surveys & Contests

From time-to-time our site requests information from users via surveys or contests. Participation in these surveys or contests is completely voluntary and the user therefore has a choice whether or not to disclose any information requested. Information requested may include contact information (such as name and delivery address), and demographic information (such as postcode, age level). Contact information will be used to notify the winners and award prizes. Survey information will be used for purposes of monitoring or improving the functionality of the site.

Mail-A-Friend

If a user elects to use our referral service for informing a friend about our site, we ask them for the friend’s name and email address. Mondaq stores this information and may contact the friend to invite them to register with Mondaq, but they will not be contacted more than once. The friend may contact Mondaq to request the removal of this information from our database.

Security

This website takes every reasonable precaution to protect our users’ information. When users submit sensitive information via the website, your information is protected using firewalls and other security technology. If you have any questions about the security at our website, you can send an email to webmaster@mondaq.com.

Correcting/Updating Personal Information

If a user’s personally identifiable information changes (such as postcode), or if a user no longer desires our service, we will endeavour to provide a way to correct, update or remove that user’s personal data provided to us. This can usually be done at the “Your Profile” page or by sending an email to EditorialAdvisor@mondaq.com.

Notification of Changes

If we decide to change our Terms & Conditions or Privacy Policy, we will post those changes on our site so our users are always aware of what information we collect, how we use it, and under what circumstances, if any, we disclose it. If at any point we decide to use personally identifiable information in a manner different from that stated at the time it was collected, we will notify users by way of an email. Users will have a choice as to whether or not we use their information in this different manner. We will use information in accordance with the privacy policy under which the information was collected.

How to contact Mondaq

You can contact us with comments or queries at enquiries@mondaq.com.

If for some reason you believe Mondaq Ltd. has not adhered to these principles, please notify us by e-mail at problems@mondaq.com and we will use commercially reasonable efforts to determine and correct the problem promptly.