Canada: Oracle c. Google: La Décision En Appel

Si Pierre Nguyen parle souvent de biscuits, moi je parle souvent du dossier Oracle c. Google.

J'ai écrit en décembre 2012 au sujet de la décision rendue par le juge Alsup du District Court du nord de la Californie, puis en février 2013 quand le mémoire présenté en appel par Oracle avait été rendu public.

Franchement, personne ne m'a interpellé dans la rue pour me parler de ces billets qui, je croyais, n'avaient intéressé personne. C'était jusqu'à ce que je donne une présentation (plutôt bien accueillie, je pense) au Centre de recherche du CHUM intitulée « Ce que le jeu de Monopoly peut nous apprendre sur le droit d'auteur dans les logiciels ». Les questions et les courriels de suivi des membres de l'auditoire m'ont convaincu qu'il y avait un intérêt à continuer d'en parler. C'est justement quelques semaines après cette présentation que le jugement de la Cour d'appel pour le 9e circuit a été publié, et c'est le sujet du présent billet. Pardonnez cependant le délai : La décision a été rendue en mai, mais j'ai été trop occupé entre mai et juillet à consentir à recevoir des courriels en réponse à des demandes en ce sens transmises en préparation de l'entrée en vigueur de la Loi anti-spam canadienne.

Pour rappel, ce dossier est fascinant puisqu'avoir voulu inventer un problème difficile pour une question d'examen de fac de droit dans un cours de droit d'auteur dans les logiciels, il aurait été difficile de faire mieux.

Au surplus, les concepts sont très similaires en droit canadien où on a aussi reconnu la difficulté de déterminer comment (et si) le droit d'auteur protège les logiciels, en particulier les éléments « non littéraires » des logiciels comme leur « structure, séquence et organisation » (ci-après, SSO). Certaines décisions canadiennes pertinentes citent d'ailleurs avec une certaine autorité les décisions américaines clefs sur le sujet. Pas de doute, donc, que le résultat ultime de cette saga aurait au moins une certaine influence en droit canadien.

J'ai résumé les faits et la décision de première instance dans mon premier billet, m'extasiant au passage devant la clarté du jugement du juge Alsup, ce dont je suis un peu gêné maintenant que le jugement a été cassé en appel sur tous ses points:

oneachpoint

Donnons-lui cependant que son explication des données techniques du problème était et demeure excellente.

Les faits

Pour ceux qui ne veulent pas aller relire mes vieux billets, résumons la cause ainsi :

Oracle prétend que Google a reproduit (ce que Google admet) dans son logiciel d'exploitation pour appareils mobiles Android les noms et la SSO de 37 « packages » de « l'application programming interface » (API) Java. Google avait cependant programmé elle-même du nouveau « code implémentatif » pour chacun des « packages » reproduits.

Un « API » est une sorte de carré de sable pour développer des applications compatibles avec plusieurs plateformes. On sait comment il peut être payant de détenir un API populaire auprès des programmeurs : c'est en grande partie ce qui explique les succès des iPhone et Android de ce monde.

Concrètement, ça signifie donc que Google a inséré dans le code source d'Android 37 « paquets » de code informatique nommés exactement de la même façon que leur équivalent dans l'API Java et ayant exactement les mêmes fonctions que leur équivalent dans l'API Java. Sauf pour leur nom cependant, le code informatique des 37 « paquets » était différent. Seulement 3 % des lignes de code de l'API Java avaient donc été reproduites.

Les « paquets » de code sont utilisés par les programmeurs qui y font des renvois : Au lieu de devoir tout recopier une fonction dans leur « cSur » du code de leur application, ils n'ont qu'à insérer un « appel » de la fonction correspondante en invoquant le « paquet » correspondant.

Par exemple, au lieu de devoir écrire dans mon programme informatique plusieurs lignes de code servant à permettre d'identifier et retenir le plus grand nombre parmi une série de nombres, je pourrais tout simplement invoquer une fonction (ou méthode) que quelqu'un a déjà programmée pour moi. Dans l'API Java, la méthode « max » dans la classe « Math » contenue dans le « package » java.lang sert précisément à cela.

Au lieu d'écrire plusieurs lignes de code, je n'aurais donc qu'à écrire (à peu près) :

Variable A = java.lang.Math.max ([nombre 1], [nombre 2], [nombre 3], [nombre 4],)

Pourquoi Google a-t-elle fait cela? Elle voulait que les programmeurs déjà habitués de programmer des applications en utilisation l'API Java puissent retrouver les mêmes fonctions dans les mêmes « packages » dans Android en pouvant les invoquer en utilisant les mêmes noms que dans l'API Java.

La seule question devant la Cour, le reste ayant plutôt été décidé par un jury, était celle de savoir si les éléments reproduits par Google, soient les noms des « packages » et leur SSO, étaient protégés par le droit d'auteur. Dans la négative, Google ne pouvait évidemment pas être condamnée, même si le jury, saisi indépendamment de la question de l’existence de contrefaçon, a effectivement décidé qu'il y avait copie.

Pour les raisons que j'ai déjà expliquées, le juge Alsup a conclu que les éléments reproduits par Google n'étaient pas protégés.

D'après la Cour d'appel du 9e circuit, le juge Alsup a fait deux erreurs fondamentales, dont je discuterai l'une après l'autre, maintenant que cette trop longue introduction à ce trop long billet (merci à ce blogue de me rassurer) est terminée.

Première erreur : Croire que Google ne pouvait organiser le SSO de Android d'une seule façon pour qu'il soit « interopérable » avec Java et accepter que ce besoin d'interopérabilité soit un frein à la « copyrightability » de l'API de Java

Google plaidait qu'elle devait absolument utiliser les noms et l'organisation des « packages » de l'API Java pour pouvoir rendre son code « interopérable » avec celui de l’API Java.

Or, il y a un concept en droit d'auteur, le « merger doctrine », qui dit que lorsqu'il y a une ou très peu de façons d'exprimer une idée, l'expression de l'idée et l'idée elle-même « fusionnent ». S'il n'y a qu'une seule façon d'exprimer une idée, par exemple une équation expliquant une nouvelle loi de la physique (comme E = mc2), l'expression de l'idée (soit l'équation) est impossible à distinguer de l'idée elle-même (soit, dans le cas de E = mc2, la relation d'équivalence masse-énergie).

Google prétendait que puisqu'elle n'avait qu'une façon de programmer Android, la SSO de l'API Java ne pouvait donc pas être protégée par droit d'auteur puisque « le code est devenu l'idée », alors que nul ne peut avoir un droit d'auteur dans une idée.

Dans les faits, ce que voulait Google, c'était pouvoir profiter de l'existence d'un bassin de programmeurs familiers avec l’API Java. La preuve démontre Google aurait pu organiser la SSO de Android de façon complètement différente de celle de l'API Java et réussir quand même à créer un logiciel en mesure d'accomplir les mêmes fonctions que celles de l'API Java. Google n'aurait simplement pas bénéficié du même raccourci et d'une popularité aussi immédiate auprès des programmeurs.

Rappelons que le juge Alsup n'avait pour seule mission que de déterminer si les éléments reproduits étaient protégés par le droit d'auteur : purement une question de « copyrightability » donc.

Dans ce contexte, il était donc mal avisé pour le juge Alsup de considérer les options qui s'offraient à Google pour programmer Android.

Il fallait plutôt considérer les options qui s'offraient aux créateurs de l'Suvre dont on analyse la « copyrightability », soit les programmeurs qui ont conçu l'API Java, pas ceux de Google lorsqu'ils ont conçu Android. Si le travail des ingénieurs ayant conçu la SSO de l'API Java était suffisamment créatif et que plusieurs options s'offraient à eux quant au choix du nom des « packages » et à leur organisation, l'Suvre est en principe « copyrightable » puisqu'on ne peut pas dire que l'idée et l'expression de l'idée ont « fusionné ».

Petite illustration :

Je deviens écrivain. Mon premier livre contient les éléments suivants :

" Il y a la planète Hoth, où il fait très froid, la planète Endor dont les habitants, les Ewoks, sont comme des petits ours et la planète Naboo dont les habitants sont des gungans.

" Les gardiens de l'ordre sont appelés les « jedi » et leur arme de prédilection est le « sabre laser ».

" Mon personnage principal est un garçon intrépide du nom de Luke Skywalker qui est un des leaders d'une membre d'une bande de rebelles avec sa sSur jumelle, la Princesse Leia et un ancien contrebandier du nom de Han Solo.

" Le vaisseau spatial de combat de prédilection des rebelles est le X-Wing.

" Les méchants sont les dirigeants de l'Empire, soit l’empereur lui-même, un grand maître des forces obscures du nom de Darth Sidious et son serviteur, un cruel mi-homme/mi-robot du nom de Darth Vader à la voix caverneuse et à la respiration difficile.

L'histoire de mon livre, intitulé, disons « Naboo Love Taboo », est complètement originale : il s'agit d'une comédie romantique racontant la brève histoire d'amour entre Luke Skywalker et une femme gungan (une gunganne?).

Évidemment, aussitôt mon livre publié, je reçois une mise en demeure de Lucasfilm, qui invoque contrefaçon de son droit d'auteur. En réponse, j'avoue candidement avoir copié une partie de la SSO de Star Wars en reprenant les noms et « fonctions » de certains personnages, de certains vaisseaux et de certaines planètes. Par contre, je me défends en argumentant que je n'avais pas le choix puisque mon but était justement de créer une comédie romantique dans l'univers bien connu de Star Wars et ainsi intéresser les gens qui sont déjà amateurs de cette saga, sans quoi il aurait été beaucoup plus difficile de trouver un auditoire pour mon premier livre. En quelque sorte, je voulais que mon Suvre soit « interopérable » avec l'univers de Star Wars.

Ainsi, je n'avais donc qu'une seule façon de nommer et d'organiser les planètes, vaisseaux et personnages pour en arriver à mes fins. En conséquence, ces éléments de l'Suvre de George Lucas ne peuvent pas être protégés par le droit d'auteur.

On voit tout de suite que cet argument ne fait pas de sens. C'est pourtant assez près de ce que Google a plaidé (avec succès en première instance) en réussissant à faire passer l'interopérabilité comme une nécessité. Évidemment, quand la seule question dont on doit décider est celle de la « copyrightability » il faut plutôt se demander si George Lucas a fait preuve de créativité en nommant ainsi les planètes, personnages et vaisseaux de l'univers de Star Wars.

Si George Lucas n'avait eu, lui, qu'une seule façon de nommer planètes, personnages et vaisseaux (comme, par exemple, Maurice Druon qui n'avait pas le choix dans ses Rois maudits, de prendre les noms des personnages historiques ou comme l'auteur d'un livre de vampires ne peut prétendre avoir un droit d'auteur sur le fait que ses personnages ont des longues dents et ont pour « fonction » de croquer leurs victimes et boire leur sang), il est vrai que ces éléments n'auraient pas été considérés comme protégeables.

Il était cependant clair, d'après la preuve, que les programmeurs de Sun (qui a été achetée par Oracle) qui ont créé l'API Java auraient pu organiser et nommer les « packages » de toutes sortes de différentes façons (par exemple en insérant plusieurs méthodes dans un même « package » plutôt que de créer plusieurs « packages » unifonctionnels, ou l'inverse) et créer un API fonctionnel.

Ainsi, la Cour d'appel du 9e circuit a considéré que le juge de première instance a erré en analysant, dans un débat portant purement sur la « copyrightability », les options qui s'offraient à la défenderesse Google lorsqu'elle a créé Android plutôt que les options qui s'offraient aux créateurs de l'Suvre « copiée ».

C'est étrange, parce que le juge Alsup reconnaissait pourtant…

" que les créateurs de l’API Java avaient fait preuve de créativité:

ofcourse

" que le langage Java n'imposait absolument pas à Google de copier la structure du code de l’API Java:

rulesofjava

Comment, dans les circonstances, la cour de première instance a-t-elle pu se tromper autant?

Au final, on semble avoir simplement donné trop de poids au fait que Google prétendait être liée par la façon de programmer l'API Java et au « besoin » d'interopérabilité (une sorte d'interopérabilité bien particulière par ailleurs puisque Android n'est pas et n'a pas été conçu pour être directement compatible avec Java... en somme, une interopérabilité qui semble ne bénéficier qu'à Google).

Comme on l'a vu, si Google se sentait ainsi liée, c'est simplement parce qu'elle voulait bénéficier du fait que Java était bien connu des programmeurs qui pourraient facilement créer des applications pour Android. C'est d'ailleurs une grande partie de ce qui explique l'indéniable succès d'Android.

Enfin, et c'est ce qui conduit au deuxième point sur lequel il y a eu une erreur importante, le juge Alsup a considéré de toute façon que la SSO de l’API Java était une « méthode d'opération », soit quelque chose de purement fonctionnel, et que ce type « d'invention » ne pouvait être protégée que par brevet.

Deuxième erreur : Considérer que la SSO était purement fonctionnelle et donc dépourvue de protection en vertu du droit d'auteur puisque ça tombe plutôt dans le champ des brevets

D'après Alsup donc, même s'il n'y avait pas eu « fusion » de l'idée et de l'expression, la SSO de l'API Java était une « méthode » qui ne pouvait être protégée que par brevet. Le problème avec cette conclusion est que tout code informatique a nécessairement pour but d'accomplir une certaine fonction.

De là, il n'y a qu'un pas à franchir pour conclure qu'un programme informatique ne pourrait jamais être protégé par droit d'auteur, ce qui est contraire à tout ce que dit à ce sujet le droit américain (et canadien soit dit en passant).

La Cour d'appel explique plutôt que l'expression (dont la SSO) d'une méthode peut être « copyrightable » si l'auteur avait plusieurs options devant lui pour créer cette fonction. Comme on l'a vu, c'était le cas des programmeurs de Sun qui ont créé l'API Java.

Bref, si je vous explique en alexandrins (ou à tout le moins d'une façon suffisamment originale) une méthode pour cuisiner un biscuit (bon, un autre!), mon texte n'est pas dépourvu de protection pour la seule et unique raison que j'explique une méthode et que c'est donc fonctionnel. Ainsi, tout le monde n'est pas libre de copier mon texte ou son organisation (encore une fois, si cette organisation est originale), même s'il est vrai que tout le monde demeure libre de trouver un moyen différent d'expliquer la même méthode.

La Cour d'appel du 9e circuit a donc infirmé la décision du juge Alsup au sujet de la « copyrightability » et un soupir de soulagement a été poussé par plusieurs des intervenants qui ont soutenu Oracle en appel. Si la décision du juge Alsup avait été confirmée, on aurait bien pu se demander ce qui restait en terme de droit de PI pour protéger les logiciels, sauf dans les cas peu subtils où il y a eu copie servile de grands pans de code.

La suite?

Le jury en première instance avait déterminé qu'il y avait contrefaçon, mais avait été incapable de s'entendre au sujet de la défense de « fair use », ce qui n’était pas grave en vertu de la décision du juge Alsup puisque rien ne sert de discuter d’un moyen de défense à une contrefaçon d’une oeuvre non protégeable. Compte tenu du résultat en appel sur la question de la « copyrightability », le dossier est renvoyé au jury avec des nouvelles instructions pour qu’il se prononce sur le « fair use ».

À défaut d'écrire « Naboo Love Taboo », je me suis engagé à écrire un article sur le droit d'auteur dans les logiciels pour les Développements récents 2014 en propriété intellectuelle et j'en profiterai pour analyser la décision de la Cour d'appel du 9e circuit d'un point de vue canadien. Je vous sens déjà trépigner d’impatience tellement vous avez hâte.

Norton Rose Fulbright Canada LLP

Norton Rose Fulbright is a global legal practice. We provide the world's pre-eminent corporations and financial institutions with a full business law service. We have more than 3800 lawyers based in over 50 cities across Europe, the United States, Canada, Latin America, Asia, Australia, Africa, the Middle East and Central Asia.

Recognized for our industry focus, we are strong across all the key industry sectors: financial institutions; energy; infrastructure, mining and commodities; transport; technology and innovation; and life sciences and healthcare.

Wherever we are, we operate in accordance with our global business principles of quality, unity and integrity. We aim to provide the highest possible standard of legal service in each of our offices and to maintain that level of quality at every point of contact.

Norton Rose Fulbright LLP, Norton Rose Fulbright Australia, Norton Rose Fulbright Canada LLP, Norton Rose Fulbright South Africa (incorporated as Deneys Reitz Inc) and Fulbright & Jaworski LLP, each of which is a separate legal entity, are members ('the Norton Rose Fulbright members') of Norton Rose Fulbright Verein, a Swiss Verein. Norton Rose Fulbright Verein helps coordinate the activities of the Norton Rose Fulbright members but does not itself provide legal services to clients.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Register for Access and our Free Biweekly Alert for
This service is completely free. Access 250,000 archived articles from 100+ countries and get a personalised email twice a week covering developments (and yes, our lawyers like to think you’ve read our Disclaimer).
 
Email Address
Company Name
Password
Confirm Password
Position
Mondaq Topics -- Select your Interests
 Accounting
 Anti-trust
 Commercial
 Compliance
 Consumer
 Criminal
 Employment
 Energy
 Environment
 Family
 Finance
 Government
 Healthcare
 Immigration
 Insolvency
 Insurance
 International
 IP
 Law Performance
 Law Practice
 Litigation
 Media & IT
 Privacy
 Real Estate
 Strategy
 Tax
 Technology
 Transport
 Wealth Mgt
Regions
Africa
Asia
Asia Pacific
Australasia
Canada
Caribbean
Europe
European Union
Latin America
Middle East
U.K.
United States
Worldwide Updates
Registration
Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including what sort of information you are interested in, for three primary purposes:
  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting.
  • To enable features such as password reminder, newsletter alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our information providers who provide information free for your use.
  • Mondaq (and its affiliate sites) do not sell or provide your details to third parties other than information providers. The reason we provide our information providers with this information is so that they can measure the response their articles are receiving and provide you with information about their products and services.
    If you do not want us to provide your name and email address you may opt out by clicking here
    If you do not wish to receive any future announcements of products and services offered by Mondaq you may opt out by clicking here

    Terms & Conditions and Privacy Statement

    Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd and as a user you are granted a non-exclusive, revocable license to access the Website under its terms and conditions of use. Your use of the Website constitutes your agreement to the following terms and conditions of use. Mondaq Ltd may terminate your use of the Website if you are in breach of these terms and conditions or if Mondaq Ltd decides to terminate your license of use for whatever reason.

    Use of www.mondaq.com

    You may use the Website but are required to register as a user if you wish to read the full text of the content and articles available (the Content). You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these terms & conditions or with the prior written consent of Mondaq Ltd. You may not use electronic or other means to extract details or information about Mondaq.com’s content, users or contributors in order to offer them any services or products which compete directly or indirectly with Mondaq Ltd’s services and products.

    Disclaimer

    Mondaq Ltd and/or its respective suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the documents and related graphics published on this server for any purpose. All such documents and related graphics are provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq Ltd and/or its respective suppliers hereby disclaim all warranties and conditions with regard to this information, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. In no event shall Mondaq Ltd and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use or performance of information available from this server.

    The documents and related graphics published on this server could include technical inaccuracies or typographical errors. Changes are periodically added to the information herein. Mondaq Ltd and/or its respective suppliers may make improvements and/or changes in the product(s) and/or the program(s) described herein at any time.

    Registration

    Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including what sort of information you are interested in, for three primary purposes:

    • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting.
    • To enable features such as password reminder, newsletter alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
    • To produce demographic feedback for our information providers who provide information free for your use.

    Mondaq (and its affiliate sites) do not sell or provide your details to third parties other than information providers. The reason we provide our information providers with this information is so that they can measure the response their articles are receiving and provide you with information about their products and services.

    Information Collection and Use

    We require site users to register with Mondaq (and its affiliate sites) to view the free information on the site. We also collect information from our users at several different points on the websites: this is so that we can customise the sites according to individual usage, provide 'session-aware' functionality, and ensure that content is acquired and developed appropriately. This gives us an overall picture of our user profiles, which in turn shows to our Editorial Contributors the type of person they are reaching by posting articles on Mondaq (and its affiliate sites) – meaning more free content for registered users.

    We are only able to provide the material on the Mondaq (and its affiliate sites) site free to site visitors because we can pass on information about the pages that users are viewing and the personal information users provide to us (e.g. email addresses) to reputable contributing firms such as law firms who author those pages. We do not sell or rent information to anyone else other than the authors of those pages, who may change from time to time. Should you wish us not to disclose your details to any of these parties, please tick the box above or tick the box marked "Opt out of Registration Information Disclosure" on the Your Profile page. We and our author organisations may only contact you via email or other means if you allow us to do so. Users can opt out of contact when they register on the site, or send an email to unsubscribe@mondaq.com with “no disclosure” in the subject heading

    Mondaq News Alerts

    In order to receive Mondaq News Alerts, users have to complete a separate registration form. This is a personalised service where users choose regions and topics of interest and we send it only to those users who have requested it. Users can stop receiving these Alerts by going to the Mondaq News Alerts page and deselecting all interest areas. In the same way users can amend their personal preferences to add or remove subject areas.

    Cookies

    A cookie is a small text file written to a user’s hard drive that contains an identifying user number. The cookies do not contain any personal information about users. We use the cookie so users do not have to log in every time they use the service and the cookie will automatically expire if you do not visit the Mondaq website (or its affiliate sites) for 12 months. We also use the cookie to personalise a user's experience of the site (for example to show information specific to a user's region). As the Mondaq sites are fully personalised and cookies are essential to its core technology the site will function unpredictably with browsers that do not support cookies - or where cookies are disabled (in these circumstances we advise you to attempt to locate the information you require elsewhere on the web). However if you are concerned about the presence of a Mondaq cookie on your machine you can also choose to expire the cookie immediately (remove it) by selecting the 'Log Off' menu option as the last thing you do when you use the site.

    Some of our business partners may use cookies on our site (for example, advertisers). However, we have no access to or control over these cookies and we are not aware of any at present that do so.

    Log Files

    We use IP addresses to analyse trends, administer the site, track movement, and gather broad demographic information for aggregate use. IP addresses are not linked to personally identifiable information.

    Links

    This web site contains links to other sites. Please be aware that Mondaq (or its affiliate sites) are not responsible for the privacy practices of such other sites. We encourage our users to be aware when they leave our site and to read the privacy statements of these third party sites. This privacy statement applies solely to information collected by this Web site.

    Surveys & Contests

    From time-to-time our site requests information from users via surveys or contests. Participation in these surveys or contests is completely voluntary and the user therefore has a choice whether or not to disclose any information requested. Information requested may include contact information (such as name and delivery address), and demographic information (such as postcode, age level). Contact information will be used to notify the winners and award prizes. Survey information will be used for purposes of monitoring or improving the functionality of the site.

    Mail-A-Friend

    If a user elects to use our referral service for informing a friend about our site, we ask them for the friend’s name and email address. Mondaq stores this information and may contact the friend to invite them to register with Mondaq, but they will not be contacted more than once. The friend may contact Mondaq to request the removal of this information from our database.

    Emails

    From time to time Mondaq may send you emails promoting Mondaq services including new services. You may opt out of receiving such emails by clicking below.

    *** If you do not wish to receive any future announcements of services offered by Mondaq you may opt out by clicking here .

    Security

    This website takes every reasonable precaution to protect our users’ information. When users submit sensitive information via the website, your information is protected using firewalls and other security technology. If you have any questions about the security at our website, you can send an email to webmaster@mondaq.com.

    Correcting/Updating Personal Information

    If a user’s personally identifiable information changes (such as postcode), or if a user no longer desires our service, we will endeavour to provide a way to correct, update or remove that user’s personal data provided to us. This can usually be done at the “Your Profile” page or by sending an email to EditorialAdvisor@mondaq.com.

    Notification of Changes

    If we decide to change our Terms & Conditions or Privacy Policy, we will post those changes on our site so our users are always aware of what information we collect, how we use it, and under what circumstances, if any, we disclose it. If at any point we decide to use personally identifiable information in a manner different from that stated at the time it was collected, we will notify users by way of an email. Users will have a choice as to whether or not we use their information in this different manner. We will use information in accordance with the privacy policy under which the information was collected.

    How to contact Mondaq

    You can contact us with comments or queries at enquiries@mondaq.com.

    If for some reason you believe Mondaq Ltd. has not adhered to these principles, please notify us by e-mail at problems@mondaq.com and we will use commercially reasonable efforts to determine and correct the problem promptly.

    By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions